Le­gaul ts e ques­tionne sur l’exis­tence du sur­plus de 3 G$

Fran­çois Le­gault a mis en doute l’am­pleur réelle du sur­plus de 3 mil­liards lé­gué par les li­bé­raux et dit vou­loir « ré­vi­ser » les mé­thodes comp­tables du gou­ver­ne­ment.

24 Heures Montreal - - Actualité - – Charles Le­ca­va­lier,

« Il faut se de­man­der si c’est vrai­ment un sur­plus de 3 mil­liards », a af­fir­mé le pre­mier mi­nistre hier à l’en­trée du con­seil des mi­nistres.

« On est en train de ré­vi­ser les mé­thodes de comp­ta­bi­li­sa­tion, je ne suis pas cer­tain qu’il y a un sur­plus de 3 mil­liards », a-t-il ajou­té.

Le comp­table de for­ma­tion met ain­si en doute un sur­plus que son gou­ver­ne­ment a lui­même an­non­cé ven­dre­di en pré­sen­tant le rap­port men­suel des opé­ra­tions fi­nan­cières de l’état qué­bé­cois. On y ap­pre­nait qu’en août seule­ment, Qué­bec a dé­ga­gé 1,6 mil­liard $ d’ex­cé­dents. Pour les cinq pre­miers mois de l’an­née, le cous­sin est de 3 mil­liards $.

Gi­rard pru­dent

Pru­dent, le mi­nistre des Fi­nances Éric Gi­rard di­sait à ce mo­ment que ce sur­plus s’étio­le­rait au fil de l’an­née en rai­son d’un ra­len­tis­se­ment éco­no­mique, mais il ne met­tait pas en doute son exis­tence.

« Je n’an­ti­cipe pas que les 3 mil­liards soient là dans 12 mois », a-t-il af­fir­mé. Il a te­nu le même dis­cours en ma­ti­née hier, sans par­ler de ré­forme comp­table.

« Ils im­pro­visent »

L’an­cien mi­nistre des fi­nances li­bé­ral Car­los Lei­tao n’a pas di­gé­ré cette at­taque qui « met en doute la ri­gueur et l’in­dé­pen­dance du mi­nis­tère des Fi­nances et de ses mé­thodes de cal­cul des re­ve­nus et des dé­penses ».

Le dé­pu­té de Ro­bert-bald­win croit plu­tôt que le Qué­bec au­ra un im­por­tant sur­plus bud­gé­taire cette an­née.

Il pré­voit que l’état ajou­te­ra 1 mil­liard à sa ca­gnotte en sep­tembre seule­ment. Si Fran­çois Le­gault joue à ce jeu, c’est pour ré­duire les at­tentes.

« On n’a qu’à voir le pat­tern des trois der­nières an­nées, à chaque fois, à la fin de l’an­née fis­cale, le sur­plus a ten­dance à être plus éle­vé que ce qui a été comp­ta­bi­li­sé à mi-che­min dans l’an­née », note le pré­vi­sion­niste.

« Fran­çois Le­gault a le pro­blème sui­vant : les gens ont no­té ce sur­plus, tout le monde ré­clame de l’ar­gent. Don­nez-nous, don­nez-nous, don­nez-nous. Po­li­ti­que­ment ça de­vient dif­fi­cile de dire non alors que l’ar­gent est là. Alors ils im­pro­visent », a-t-il lan­cé.

Il ne dé­co­lère pas tou­te­fois de voir Fran­çois Le­gault « mettre en doute » la com­pé­tence des fonc­tion­naires des Fi­nances.

« Mettre en doute le fait qu’au cin­quième mois de l’an­née fi­nan­cière en cours il y a un sur­plus de 3 mil­liards $, c’est im­pen­sable », a-t-il dit.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.