Istanbul ré­clame l’ar­res­ta­tion de deux proches du prince

24 Heures Montreal - - Monde | Actualité - – AFP

La Tur­quie a de­man­dé hier l’ar­res­ta­tion de deux proches du prince hé­ri­tier d’ara­bie saou­dite Mo­ham­med ben Sal­mane en lien avec le meurtre du jour­na­liste Ja­mal Kha­shog­gi, ac­cen­tuant la pres­sion sur le dau­phin saou­dien, mis en cause mar­di par d’in­fluents sé­na­teurs amé­ri­cains.

D’après l’agence éta­tique Ana­do­lu, la jus­tice turque a lan­cé des man­dats d’ar­rêt vi­sant Ah­med al-as­si­ri et Saoud al-qah­ta­ni, ac­cé­dant à la re­quête du pro­cu­reur gé­né­ral d’istanbul, qui les soup­çonne « for­te­ment » de « faire par­tie des pla­ni­fi­ca­teurs » du meurtre.

« Au­cun doute »

Le gé­né­ral al-as­si­ri, an­cien chef ad­joint du ren­sei­gne­ment saou­dien, et al-qah­ta­ni, ex-conseiller « mé­dias » à la cour royale, sont deux membres de la garde rap­pro­chée du prince hé­ri­tier saou­dien.

Ils ont été dé­mis de leurs fonc­tions le 20 oc­tobre alors qu’une tem­pête di­plo­ma­tique s’abat­tait sur Riyad après le meurtre de Ja­mal Kha­shog­gi, qui a consi­dé­ra­ble­ment ter­ni l’image de la pé­tro­mo­nar­chie, no­tam­ment celle de Mo­ham­med ben Sal­mane, sur­nom­mé « MBS ».

M. Kha­shog­gi, un édi­to­ria­liste saou­dien cri­tique du pou­voir qui écri­vait no­tam­ment pour le Wa­shing­ton Post, a été tué le 2 oc­tobre dans le consu­lat d’ara­bie à Istanbul.

Si MBS nie tout lien avec le meurtre, la presse turque et des res­pon­sables, sous cou­vert d’ano­ny­mat, l’ac­cusent d’être der­rière le meurtre.

Et alors que le pré­sident amé­ri­cain Do­nald Trump s’est éri­gé en al­lié in­dé­fec­tible du prince hé­ri­tier, des sé­na­teurs ré­pu­bli­cains ont af­fir­mé la veille, après avoir été in­for­més des conclu­sions de la CIA, n’avoir « au­cun doute » sur le fait qu’il avait « or­don­né » le meurtre de M. Kha­shog­gi.

Mattis pas convain­cu

Tou­te­fois, le mi­nistre amé­ri­cain de la Dé­fense Jim Mattis a in­di­qué hier cher­cher en­core des preuves pour dé­si­gner le res­pon­sable de ce crime.

« Si je dis quelque chose, j’ai be­soin de preuves », a-t-il dé­cla­ré. « Je suis convain­cu du fait que nous al­lons trou­ver d’autres preuves de ce qui s’est pas­sé. Seu­le­ment, je ne sais pas ce que ce­la se­ra ni qui se­ra im­pli­qué ».

Par ailleurs, l’ac­teur amé­ri­cain Sean Penn se trou­vait hier à Istanbul afin de tra­vailler sur un do­cu­men­taire sur le jour­na­liste saou­dien Ja­mal Kha­shog­gi, ont rap­por­té les mé­dias.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.