Une im­mi­gr éec lan­des­tine fait le mé­nage pour Trump

24 Heures Montreal - - Monde Actualité - – AFP

Un e fe mme im­mi­gr ée c lan­des­tine tra­vaill ede­puis cinq ans dans l ec lu bde gol fde Bed­mins­ter ap­par­te­nant au group e de Do­nald Trump, pour le­quel elle ar éa­li­sé plu­sieurs tâche sm éna­gères du­rant se ss éjours ré­gu­liers, a-t-elle ra­con­té au New York Times.

D’ori­gine gua­té­mal­tèque, Vic­to­ri­na Mo­rales a elle-même sol­li­ci­té le quo­ti­dien, pour le­quel elle a ac­cep­té de té­moi­gner à vi­sage dé­cou­vert, dans un ar­ticle pu­blié jeu­di.

Mme Mo­rales, qui gagne 13 $ l’heure, a dé­jà fait plu­sieurs fois le mé­nage dans la villa que pos­sède Do­nald Trump dans la ré­si­dence. Avec une autre femme, San­dra Diaz, sans-pa­piers à l’époque où elle tra­vaillait à Bed­mins­ter, au New Jer­sey, dans le même groupe qu’elle, Mme Mo­rales af­firme que plu­sieurs autres em­ployés du golf se trou­vaient aux États-unis en si­tua­tion ir­ré­gu­lière.

Ar­ri­vée illé­ga­le­ment aux États-unis en 1999, Vic­to­ri­na Mo­rales est en­trée au ser­vice de la ré­si­dence, qui com­prend un par­cours de golf, après avoir pré­sen­té de faux pa­piers.

Hon­nête

Lors de son en­tre­tien d’em­bauche, elle as­sure avoir dit à celle qui al­lait de­ve­nir sa su­pé­rieure que ses pa­piers étaient faux, une confes­sion qui ne l’a pas em­pê­chée de dé­cro­cher un em­ploi.

Cette femme de mé­nage de 45 ans ex­plique avoir sou­hai­té ra­con­ter son his­toire en ré­ac­tion aux pro­pos très durs de Do­nald Trump sur les mi­grants, en par­ti­cu­lier ceux ve­nus d’amé­rique la­tine, mais aus­si aux quo­li­bets ra­cistes d’un su­pé­rieur. « Nous sommes fa­ti­gués des abus, des in­sultes, de la ma­nière dont il parle de nous alors qu’il sait que nous l’ai­dons à ga­gner de l’ar­gent », a dé­cla­rémme Mo­ra­le­sau NYT.

La femme de mé­nage ex­pri­mait là un point de vue gé­né­ral sur Do­nald Trump, mais ex­plique avoir été trai­tée avec res­pect par l’an­cien pro­mo­teur im­mo­bi­lier, qu’elle dé­crit comme exi­geant, mais po­li et sus­cep­tible de don­ner de gé­né­reux pour­boires.

« Nous avons des di­zaines de mil­liers d’em­ployés dans nos éta­blis­se­ments et avons des mé­thodes de re­cru­te­ment très strictes », a in­di­qué à L’AFP une porte-pa­role de la Trump Or­ga­ni­za­tion, le hol­ding de Do­nald Trump.

« Si un em­ployé a pro­duit de faux do­cu­ments pour contour­ner la loi », a-t-elle ajou­té, « il se­ra im­mé­dia­te­ment li­cen­cié ».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.