Ca­ro­line Né­ron au bord de la faillite

Coup de ton­nerre dans le com­merce de dé­tail qué­bé­cois : au bord de la faillite, les ma­ga­sins de bi­joux Ca­ro­line Né­ron se placent sous la pro­tec­tion de la Loi sur la faillite.

24 Heures Montreal - - Actualités - PIERRE-OLI­VIER ZAPPA

Neuf des qua­torze bou­tiques fer­me­ront pro­chai­ne­ment et 64 des 152 em­ployés se­ront li­cen­ciés.

« Dans les faits, ce sont les er­reurs du pas­sé qui nous ont po­si­tion­nés dans cette si­tua­tion, a confié Ca­ro­line Né­ron dans une en­tre­vue à TVA Nou­velles, se­couée par ses ré­cents dé­boires. Dans ma tête, il y avait tou­jours une so­lu­tion, jus­qu’à ce qu’on me dise “tu n’as plus le choix, ton pas­sé est trop lourd” ». Même si les bi­joux se vendent bien et que la ma­jo­ri­té des bou­tiques sont ren­tables, l’en­tre­prise de Ca­ro­line Né­ron traîne de lourdes dettes qui plombent ses fi­nances. « Les loyers dans les centres com­mer­ciaux sont exor­bi­tants, l’acha­lan­dage a di­mi­nué et nous sommes en­ga­gés dans des baux pour de nom­breuses an­nées », a ex­pli­qué la femme d’af­faires.

Une re­lance

Du coup, elle re­con­naît que son manque d’ex­pé­rience l’a ame­née à com­mettre des er­reurs. « Je suis au­to­di­dacte. Mes forces ce sont le dé­ve­lop­pe­ment des af­faires et le mar­ke­ting. Mes fai­blesses étaient dé­fi­ni­ti­ve­ment vers la ges­tion et la fi­nance », a-telle sou­li­gné.

Le plan de re­struc­tu­ra­tion im­plique la fer­me­ture du siège so­cial ba­sé à Mon­tréal. Le mo­dèle d’af­faires se­ra com­plè­te­ment re­vu, en étant da­van­tage axé sur la dis­tri­bu­tion de bi­joux au sein d’autres or­ga­ni­sa­tions et chaînes de ma­ga­sins.

« On est dé­jà en train de s’éta­blir aux États-unis. On a si­gné un groupe à Los An­geles qui est ex­ci­té par la ligne. Même chose à New York ! On est prêt pour le vi­rage », a fait sa­voir l’en­tre­pre­neure qui re­fuse de bais­ser les bras.

Une rup­ture

Sur le plan per­son­nel, les der­niers mois ont aus­si été dif­fi­ciles pour Ca­ro­line Né­ron.

« J’ai eu peur pour mes pa­rents qui se fai­saient du sou­ci. Ma fille aus­si que je voyais pleu­rer. »

Ma­riée à l’homme d’af­faires Réal Bou­clin, fon­da­teur du Ré­seau Sé­lec­tion, elle for­mait l’un des couples les plus en vue de la com­mu­nau­té d’af­faires. Au cours des der­niers mois, ce der­nier a ai­dé fi­nan­ciè­re­ment l’en­tre­prise de sa conjointe.

Or, leur union n’a pas sur­vé­cu aux tur­bu­lences. « Il y a des couples qui vont sor­tir plus forts, d’autres vont se sé­pa­rer. Moi, ç’a été ça », sou­ligne Ca­ro­line Né­ron, prête à en­ta­mer un nou­veau cha­pitre de sa vie per­son­nelle et pro­fes­sion­nelle.

– PHO­TO D’AR­CHIVES/AGENCE QMI

Neuf des qua­torze bou­tiques de Ca­ro­line Né­ron vont fer­mer leur porte dans le cadre d’une re­struc­tu­ra­tion de son en­tre­prise.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.