La tem­pé­ra­ture des océan re­vu à la hausse

24 Heures Montreal - - Actualités | Monde -

De­puis 2014, les ex­perts cli­ma­tiques étaient per­plexes : la hausse de tem­pé­ra­ture me­su­rée des océans n’était pas aus­si forte que ce que les mo­dèles cli­ma­tiques pré­di­saient.les ther­mo­mètres étaient-ils im­pré­cis ?

Une nou­velle étude ré­sout le pro­blème et confirme que les mo­dèles voyaient juste : au to­tal, la tem­pé­ra­ture des océans, dans la couche de 2000 mètres sous la sur­face, a été re­vue à la hausse de fa­çon im­por­tante pour la pé­riode 1971-2010 par rap­port à un rap­port scien­ti­fique de ré­fé­rence par­rai­né par L’ONU.

Ce nou­veau tra­vail com­bine quatre études scien­ti­fiques pu­bliées de­puis 2014 et qui concordent pour dire que les me­sures an­cien­ne­ment uti­li­sées n’étaient pas as­sez pré­cises et trop basses.

In­di­ca­teur im­por­tant

« Le ré­chauf­fe­ment océa­nique est un in­di­ca­teur très im­por­tant du chan­ge­ment cli­ma­tique, et nous avons les preuves que ce ré­chauf­fe­ment va plus vite que ce que nous pen­sions », dit l’un des au­teurs du ré­su­mé pu­blié dans Science, Zeke Haus­fa­ther, de l’uni­ver­si­té de Ca­li­for­nie. .

Le cher­cheur parle d’« in­di­ca­teur », car les océans ab­sorbent l’ex­cès de cha­leur de l’at­mo­sphère créé par les re­jets de gaz à ef­fet de serre. Le ré­chauf­fe­ment de l’eau agit comme un si­gnal confir­mant la vi­tesse du chan­ge­ment cli­ma­tique, ex­plique-t-il.

Alors que le Groupe in­ter­gou­ver­ne­men­tal d’ ex­perts sur l’ évo­lu­tion du cli­mat (GIEC) es­ti­mait en 2014 que le « conte­nu ther­mique des océans », l’uni­té uti­li­sée pour ces me­sures, était entre 0,20 et 0,32 watt par mètre car­ré pour la pé­riode 1971-2010, les nou­velles études convergent au­tour d’un chiffre su­pé­rieur, entre 0,36 à 0,39 — et 0,55 à 0,68 pour la pé­riode la plus ré­cente (1990).

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.