Les ser­pents :un ré­cit al­lé­go­rique

24 Heures Montreal - - Culture - – EM­MA­NUEL MAR­TI­NEZ, AGENCE

C’est une in­ha­bi­tuelle his­toire d’ogre que pro­pose Les Ser­pents à l’es­pace Go.

Ce ré­cit al­lé­go­rique met aux prises trois femmes qui se re­trouvent à l’ex­té­rieur d’une mai­son per­due dans un champ de maïs. La pre­mière, in­ter­pré­tée par Isabelle Mi­que­lon, est la mère de l’homme qui y ha­bite. Ma­té­ria­liste et op­por­tu­niste, elle n’est seule­ment là que pour lui em­prun­ter de l’ar­gent.

Elle ren­contre France, l’épouse apeu­rée de son fils, qui est sous le joug de son ma­ri. Sui­vant ses ordres, elle in­ter­dit l’ac­cès à la de­meure à la mère. Ca­the­rine Pa­quin-bé­chard se dé­marque dans la peau de ce per­son­nage dont l’an­goisse et l’en­thou­siasme sont ren­dus avec in­ten­si­té et jus­tesse.

Puis dé­barque l’ex­con­jointe, jouée par Ra­chel Grat­ton. Dis­tin­guée, elle re­vient pour la pre­mière fois de­puis qu’elle est par­tie. Son re­tour se trans­forme ain­si en un genre d’en­sor­cel­le­ment pour sa vie an­té­rieure.

S’opère alors un point de bas­cule qui cla­ri­fie un des thèmes cen­traux de la pièce, soit le dé­sir pour un cer­tain style de vie et l’in­sa­tis­fac­tion dé­cou­lant de ces choix qui confinent ces femmes à des rôles dont elles ai­me­raient s’éman­ci­per.

Ogre

Même si son ef­frayante ombre plane du­rant toute la re­pré­sen­ta­tion, l’homme n’ap­pa­raît ja­mais, lais­sant les planches aux trois pro­ta­go­nistes. Cet ogre qui avale son en­tou­rage par ses exi­gences in­carne les dik­tats de leur exis­tence.

Les ex­cel­lents ef­fets so­nores pour tra­duire sa pré­sence ren­forcent la frayeur pro­ve­nant de cet être ignoble. Cette mise en scène de Luce Pel­le­tier réus­sit ain­si à of­frir un uni­vers bien mar­qué.

Tou­te­fois, ce texte écrit en 2004 par la Fran­çaise Ma­rie Ndiaye est tein­té de mo­no­logues qui exigent de la concen­tra­tion. De plus, la sin­gu­la­ri­té de l’in­trigue et la froi­deur des in­ter­ac­tions ac­cen­tuent la dis­tance entre la scène et les spec­ta­teurs, qui peuvent donc avoir de la dif­fi­cul­té à s’iden­ti­fier à cette oeuvre.

– PHO­TO CA­RO­LINE LA­BERGE/COURTOISIE

Ra­chel Gra­ton, Ca­the­rine Pa­quin-bé­chard et Isabelle Mi­que­lon sur scène.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.