24 Heures

Un Tinder du recrutemen­t

À la recherche des meilleures occasions d’emploi ? Sorte de Tinder du recrutemen­t, l’applicatio­n Hyumeet, une nouveauté québécoise, permet aux employés de dénicher le job de leur rêve, et ce, en gardant l’anonymat.

- – Anne-marie Tremblay, 37e Avenue

C’est en réalisant que plusieurs candidats vivaient de la discrimina­tion à l’embauche qu’antonio Aleman et Line Lacroix ont décidé d’unir leurs forces pour créer Hyumeet. « Nous avons tous les deux été témoins ou victimes de ces obstacles à l’emploi qui font qu’il est difficile pour un immigrant ou encore pour personne plus âgée d’obtenir une entrevue », raconte Antonio Aleman, diplômé en technologi­es de l’informatio­n d’origine mexicaine. Ainsi, grâce à cette applicatio­n mise au point par une jeune pousse de Québec, Québec Hyuman recrutemen­t, le processus est anonyme, du moins au cours des premières étapes. Après avoir rempli leur profil, les candidats voient défiler sur leur écran une série de postes correspond­ant à leurs critères. Un peu à la manière de Tinder, il suffit de balayer vers le haut pour signifier son intérêt. L’employeur reçoit alors une notificati­on. C’est seulement s’il désire lui aussi aller plus loin que l’identité du chercheur d’emploi est dévoilée.

Un processus de sélection anonyme qui limite les biais liés à l’âge ou à l’origine, explique Antonio Aleman. C’est aussi l’outil tout indiqué pour rejoindre les talents passifs, alors que 87 % des salariés canadiens seraient ouverts à explorer de nouvelles avenues. De même, ceux qui envisagent une reconversi­on de carrière peuvent y découvrir les occasions qui s’offrent à eux. Sans compter que cette solution simplifie la recherche ; tout se déroule au bout du clic, sans CV ou lettre de présentati­on.

« Un atout en contexte de pénurie de main-d’oeuvre, poursuit-il, puisque les données montrent que les employeurs ont de 24 à 48 heures pour réagir. »

Le savoir-être au premier plan

Mais c’est surtout en ajoutant une touche humaine au processus de recrutemen­t que l’entreprise tente d’innover. En plus de déterminer leur secteur d’activité et le type d’emploi recherché, les candidats sont invités à définir leurs valeurs et leurs motivation­s, de même qu’à répondre à certaines questions concernant leur personnali­té.

« Très souvent, les employeurs nous disent que les compétence­s techniques peuvent s’acquérir sur le terrain, mais pas le savoir-être. C’est pour cela que nous avons intégré ces informatio­ns. »

Une première, selon le cofondateu­r, affirmant que Hyumeet est la seule applicatio­n dédiée à la recherche d’emploi qui mise sur les aptitudes sociales. Cette façon de faire permet d’aller au-delà des simples compétence­s et de créer la rencontre parfaite.

Présentée en version bêta à l’occasion du salon Carrière Formation de Québec 2019, fin octobre, Hyumeet sera lancée officielle­ment au début de 2020.

En attendant, si la fonction permettant l’anonymat n’est pas encore activée, il est déjà possible de s’y inscrire gratuiteme­nt. D’ailleurs, début novembre, 1200 chercheurs d’emplois et 135 entreprise­s y avaient déjà complété leur profil, à la recherche du « match parfait ».

Un bon départ, alors que l’applicatio­n vise un déploiemen­t canadien, puis internatio­nal à long terme.

 ?? PHOTO ADOBE STOCK ??
PHOTO ADOBE STOCK
 ??  ??
 ?? PHOTO ADOBE STOCK ??
PHOTO ADOBE STOCK

Newspapers in French

Newspapers from Canada