Téo Taxi re­naît de ses cendres

DANS LES RUES DE MON­TRÉAL

24 Heures Montreal - - La Une - GUILLAUME CYR 24h Guillaume.cyr @que­be­cor­me­dia.com

Le 24 Heures en a donc pro­fi­té en après-mi­di pour faire quelques courses afin de com­pa­rer le ser­vice avec l’an­cienne mou­ture de Téo Taxi.

Constat gé­né­ral : le temps d’at­tente était un peu long, mais les trois chauf­feurs étaient sym­pa­thiques et res­pec­taient les me­sures sa­ni­taires, avec entre autres la mise en place d’un plexi­glas.

À deux re­prises, il a fal­lu at­tendre une tren­taine de mi­nutes avant l’ar­ri­vée du vé­hi­cule. L’autre fois, ce­la a été plus ra­pide, avec un dé­lai d’une quin­zaine de mi­nutes.

« Vous êtes mon pre­mier client, bien­ve­nue ! » s’est ex­cla­mé Sli­mane Dah­mane, qui ve­nait tout juste de com­men­cer son pre­mier quart de tra­vail pour Téo Taxi. Dans la ma­ti­née, il était jus­te­ment al­lé se pro­cu­rer sa toute nou­velle voi­ture Kia Soul 2020 à Mi­ra­bel.

Tra­vailleur au­to­nome

D’ailleurs, M. Dah­mane a in­di­qué avoir dé­jà tra­vaillé dans le pas­sé pour l’an­cienne mou­ture de Téo Taxi, à l’époque où Alexandre Taillefer était à la barre de l’en­tre­prise.

Il n’avait pas ai­mé l’ex­pé­rience, en rai­son des ho­raires dif­fi­ciles et du maigre sa­laire.

« J’ai tra­vaillé deux se­maines. Je ren­trais à 3 h du ma­tin et ça me coû­tait 35 $ de taxi pour ren­trer chez nous, car je ne pou­vais pas prendre le trans­port en com­mun la nuit. »

Avec ce re­tour pour Téo Taxi, il est main­te­nant heu­reux de pou­voir être tra­vailleur au­to­nome, avec une borne ins­tal­lée à la mai­son, tout en condui­sant une voi­ture élec­trique qu’il consi­dère comme la « tech­no­lo­gie de l’ave­nir » dans le do­maine.

Se­lon Ch­ris­tophe Ni­mu­bo­na, aus­si conduc­teur pour

Téo Taxi, les chauf­feurs peuvent se rendre à La­val et à Lon­gueuil.

« On peut al­ler por­ter des gens, oui, mais là-bas, on ne re­ce­vra pas vrai­ment d’ap­pels », a-t-il ex­pli­qué.

Jour­née bien oc­cu­pée

Du cô­té de M. Ni­mu­bo­na, il as­su­rait ne pas « ar­rê­ter » en dé­but d’après-mi­di, alors qu’un autre chauf­feur de taxi, qui n’a pas don­né son iden­ti­té, se di­sait bien oc­cu­pé aus­si.

M. Dah­mane avait ex­pli­qué d’ailleurs ne pas s’at­tendre à une grande jour­née de tra­vail, alors que les bars et les res­tau­rants sont en­core fer­més.

Lors du se­cond dé­pla­ce­ment, au­cune voi­ture Téo Taxi n’était dis­po­nible et un ré­cep­tion­niste a ap­pe­lé pour sa­voir si c’était cor­rect pour le jour­na­liste de l’ac­com­mo­der avec un Taxi Dia­mond, ce qu’il a ac­cep­té. Ce fut tout de même un Téo Taxi qui ar­ri­va sur place 30 mi­nutes plus tard.

Note : Pierre Karl Pé­la­deau est aus­si pré­sident et chef de la di­rec­tion de Qué­be­cor, au­quel ap­par­tient le 24 Heures.

– PHO­TO GUILLAUME CYR/24 H

Sli­mane Dah­mane quelques heures après être al­lé cher­cher sa nou­velle voi­ture.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.