7 Jours

L’amitié mise à rude épreuve

On dit souvent que c’est dans les moments difficiles qu’on reconnaît ses véritables amis. C’est d’autant plus vrai pour Alex, qui devient tétraplégi­que après un accident lors d’une excursion d’escalade avec son meilleur copain, Simon.

- Marie-Hélène Goulet PAR

Avant l’accident, Alex (Claude Legault) avait tout pour être heureux. Père de deux beaux enfants, l’architecte de renom avait le bonheur de partager sa vie avec Maryse (Catherine Sénart), une femme aimante. Le jour, il travaillai­t avec son ami Simon (David La Haye) qui, par ses différence­s, savait le compléter. «Alex, c’est le bon gars stable, père de famille, travaillan­t, qui vit dans une belle maison et fait beaucoup de bénévolat. Simon est plus volage. Il a une blonde (Mélissa Désormeaux-Poulin) mais, quand elle ne fera plus l’affaire, il en trouvera bien une autre. Il habite dans un loft en ville et aime le jet-set», affirme l’auteur Benoît Chartier.

Après l’accident, les situations s’inversent. Au départ, Alex est reconnaiss­ant à son ami de tout ce qu’il fait pour sa famille et lui, mais, lorsqu’il réalise que ce dernier prend de plus en plus de place dans le coeur de sa femme et de ses enfants, il déraille. «Alex entretient un désir de vengeance. Il va vouloir reprendre ce qui lui échappe. Sans être exactement une série à suspense, Mon meilleur ami n’est pas seulement l’histoire d’un handicapé, mais celle d’un homme dont la vie et le comporteme­nt basculent.»

VRAIES HISTOIRES D’AMITIÉ

On n’aurait pas pu donner un meilleur titre à la série en cinq épisodes de Benoît Chartier, car elle résulte de deux histoires d’amitié de l’auteur. La première remonte à 2001, lorsqu’un de ses amis est devenu tétraplégi­que à la suite d’une chute à vélo. «Je me suis beaucoup investi pour l’aider. J’ai passé deux ou trois jours par semaine avec lui à l’hôpital, pendant plusieurs mois. L’histoire de la série s’est développée autour de cette expérience, mais mon ami n’a rien à voir avec le personnage d’Alex.» Le créateur aurait beaucoup aimé que ce copain, qui est maintenant sorti du pétrin, participe au projet, mais il a décliné l’offre tout en donnant son aval pour qu’il se réalise. Le deuxième lien amical est celui entre Benoît Chartier et Claude Legault, qui se connaissen­t depuis qu’ils ont 19 ans. En fait, ils sont si proches que Claude n’a pas hésité à baptiser son personnage de 19-2, Ben Chartier, en l’honneur de son compère. Après avoir lu le scénario de Benoît, c’est l’acteur lui-même qui a manifesté l’envie de jouer le rôle principal.

«Benoît a commencé à me parler de ce projet il y a bien longtemps, explique Claude. Au début, il voulait en faire une comédie sur les personnes handicapée­s, mais cela n’a pas fonctionné. Quand il a finalement abouti à cette série, je lui ai dit en boutade que je prendrais le rôle principal. Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd.»

UN RÔLE DIFFICILE

Quand il s’est proposé pour camper le rôle du tétraplégi­que, l’acteur n’en mesurait pas la difficulté. L’envie de se glisser dans la peau d’un gars très différent de lui et le défi de faire vivre une foule d’émotions avec très peu de gestes l’ont séduit. Pour rendre Alex crédible, il a visité les patients de l’Institut de réadaptati­on GingrasLin­dsay de Montréal et s’est intégré dans leur quotidien.

Pendant toute sa préparatio­n, Claude Legault ne s’est pas douté à quel point son expérience de jeu allait être douloureus­e. «Je devais sans cesse penser à ne pas bouger. Cela me causait des tensions immenses», explique le comédien. Recevoir quelques coups sur la gueule dans

Minuit, le soir n’était rien comparativ­ement aux douleurs ressenties sur le plateau de Mon

meilleur ami. Il avoue même que les maux au dos et au cou qui résultent du tournage ne sont pas encore tout à fait disparus.

Il faut dire que la série a été dirigée par un réalisateu­r de choix: Francis Leclerc. Diffusé à Séries+, Mon meilleur ami bénéficier­a certaineme­nt du succès de sa grande soeur, Vertige, qui, malgré des cotes d’écoutes marginales sur le même réseau, a brillé au dernier Gala des prix Gémeaux. «Ce succès est très encouragea­nt, affirme Benoît Chartier. Je pense que la crédibilit­é de Séries+ en matière de production­s originales s’est établie il y a quelques années avec l’associatio­n de Luc Picard et de Ricardo Trogi pour Malenfant. Depuis Vertige, c’est devenu prestigieu­x de développer un projet pour la chaîne.»

 ?? Sébastien Raymond/SÉRIES+
                   ??
Sébastien Raymond/SÉRIES+
 ??  ?? L’accident fatidique a brisé la vie de rêve qu’Alex menait avec sa femme, Maryse, et ses enfants, et a chamboulé sa relation amicale avec Simon.
L’accident fatidique a brisé la vie de rêve qu’Alex menait avec sa femme, Maryse, et ses enfants, et a chamboulé sa relation amicale avec Simon.

Newspapers in French

Newspapers from Canada