Un billet d’or pour Syl­vain Cos­sette!

7 Jours - - Actualités -

Le chan­teur, qui a pris une pause de la scène du­rant trois ans, est re­ve­nu en force en sep­tembre der­nier avec le spec­tacle 80’s. Mal­gré la longue at­tente, les fans sont tou­jours au ren­dez-vous. La preuve: l’ar­tiste a ré­cem­ment re­çu un billet d’or pour la vente de 50 000 billets pour son nou­veau spec­tacle. Et ce n’est qu’un dé­but!

Syl­vain, que re­pré­sente cet hon­neur pour toi?

J’en suis très fier, car je ne pen­sais pas que ça al­lait mar­cher au­tant. La tour­née des spec­tacles 70’s, c’était tel­le­ment gros! Je ne m’at­ten­dais pas à ça pour 80’s mais, dès le pre­mier spec­tacle, l’ac­cueil du pu­blic a été gran­diose, et ça se pour­suit. C’est un gros ca­deau.

Tu as pris une pause de trois ans, et le pu­blic était au ren­dez-vous pour ton re­tour. Ça doit te faire plai­sir...

Di­sons que je ne pen­sais pas qu’en re­ve­nant avec un tel concept, j’au­rais une ré­ponse si po­si­tive des fans. La tour­née 70’s, c’était tel­le­ment fou que, par la suite, j’ai eu be­soin d’une longue pause parce que j’étais com­plè­te­ment brû­lé. Ça fonc­tion­nait tel­le­ment bien! Les dates de spec­tacles s’ajou­taient à un rythme in­croyable...

Qu’as-tu fait dif­fé­rem­ment pour 80’s?

C’est simple: je ne fais pas plus de trois spec­tacles par se­maine. Et je pro­fite tou­jours des dé­buts de se­maine pour me re­po­ser avec ma blonde et pas­ser du temps au cha­let. Je suis heu­reux, mais je veux m’as­su­rer de bien do­ser les choses, d’au­tant plus que le spec­tacle 80’s est en­core plus exi­geant que 70’s. Dans les an­nées 1970, la mu­sique et les longs so­los de gui­tare étaient à l’avant-plan, alors que dans les an­nées 1980, c’était l’époque des pe­tits cla­viers. Les chan­sons re­posent sur­tout sur ma voix et, par­fois, il y a des notes hautes à te­nir.

Dans ton spec­tacle, tu re­prends no­tam­ment le suc­cès Wa­ter­line, que tu avais lan­cé avec le groupe Pa­ra­doxe il y a plus de 30 ans. Qu’est-ce que ça te fait de re­vi­si­ter cette chan­son?

C’est pro­ba­ble­ment le mo­ment le plus bi­zarre du spec­tacle, sur­tout que je vois des images du clip sur l’écran. Ça me ra­mène à ma vie dans les bars, qui a tout de même été une belle pé­riode. Le plus drôle, c’est que je vois dans la salle des couples qui se sont pro­ba­ble­ment for­més dans les bars à cette même époque et qui viennent main­te­nant voir le spec­tacle.

En ter­mi­nant, as-tu d’autres pro­jets qui s’en viennent?

Je n’ai rien d’autre pour l’ins­tant, car je veux me consa­crer uni­que­ment à ma tour­née et gar­der ce rythme de quelques spec­tacles par se­maine. Je veux conser­ver un bel équi­libre entre ma vie per­son­nelle et ma vie pro­fes­sion­nelle. En ce mo­ment, je suis comblé sur tous les plans!

Pour connaître les dates de spec­tacles du chan­teur: syl­vain­cos­sette.net

«Dès le pre­mier spec­tacle, l’ac­cueil du pu­blic a été gran­diose, et ça se pour­suit.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.