7 Jours

LES 7 EN­VIES DE...

Avec des pro­jets comme l’im­pro, Les Sa­piens ou plus ré­cem­ment Rue King, Ma­rie-Ève Mo­ren­cy se taille une place de choix sur nos écrans. Mal­gré une an­née dif­fi­cile, elle re­con­naît vivre des mo­ments pri­vi­lé­giés et a même l’im­pres­sion d’être sur son X.

- Ma­rie-Ève Mo­ren­cy Anxiety · Lifestyle · Good News · Lifehacks · Mental Health · Health Conditions · Europe · United States of America · Italy

1 J’AI­ME­RAIS ÊTRE MOINS

«Im­pa­tiente. Le mé­tier que je fais m’ap­prend à être plus pa­tiente, car on at­tend beau­coup sur les pla­teaux, et je l’ac­cepte. Mais pour les pe­tites choses du quo­ti­dien, des niai­se­ries, je n’ai pas de pa­tience, je chiale et je tape du pied fa­ci­le­ment. Mais je sais rire de moi et je me pa­ro­die toute seule! (rires)»

2 JE SOU­HAITE

«Que le bon­heur que je vis pré­sen­te­ment conti­nue long­temps. Ma car­rière est sur une lan­cée, je suis très amou­reuse de mon chum, toute ma fa­mille se porte bien, j’ai des amis mer­veilleux et j’aime où je suis ren­due à 34 ans. Même mon chat Ma­ki m’ap­porte des mo­ments de bon­heur in­croyables. Comme je me sens sur mon X, je sou­haite cris­tal­li­ser ces mo­ments pré­cieux, car je touche presque le nir­va­na!»

J’AS­PIRE 3

«À faire 1000 pro­jets dans mon mé­tier! Je me consi­dère comme très chan­ceuse, car même si ma car­rière est jeune, elle va bien et j’ai dé­jà tou­ché à plu­sieurs choses très dif­fé­rentes les unes des autres. Ce­la dit, j’ai en­vie d’ex­plo­rer en­core beau­coup d’ave­nues. J’ai­me­rais faire du ci­né­ma ou jouer des rôles dra­ma­tiques, car même si on m’as­so­cie à la co­mé­die, j’ai fait beau­coup de théâtre dra­ma­tique et j’as­pire à re­tou­cher au drame. En at­ten­dant, je vais suivre le bon con­seil que Guy Jo­doin m’a don­né: il m’a dit de prendre ce qui s’offre à moi et de le vivre à 100 %, alors c’est ce que je fais. Mais j’as­pire quand même à goû­ter à tout!»

4 JE NE VEUX PLUS

«Me faire pa­ra­ly­ser par l’an­xié­té. Je suis de na­ture très an­xieuse, au point qu’il y a 10 ans, j’ai vé­cu une pé­riode très sombre due à l’an­xié­té sans trop sa­voir ce qui se pas­sait. J’ai fi­na­le­ment eu de l’aide pour com­prendre ce que j’avais et, au­jourd’hui, je sais que je suis fra­gile sur ce plan. Éton­nam­ment, je ne fais pas d’an­xié­té par rap­port à mon tra­vail, mais dans les autres as­pects de ma vie, plu­sieurs si­tua­tions gé­nèrent cette émo­tion. J’ap­prends à vivre avec ça, à mieux la gé­rer et à com­prendre mes peurs. Di­sons que, du­rant la der­nière an­née, on a tous fait face à l’an­xié­té, n’est-ce pas?»

5 J’AI­ME­RAIS ÊTRE PLUS

«Sou­vent en voyage! J’adore voya­ger. J’ai dé­cou­vert plu­sieurs pays et, avec la ligue d’im­pro, je pou­vais même par­tir deux ou trois fois par an­née en Eu­rope, alors ça me manque. J’ai vi­si­té en voi­ture la côte est des États-Unis et j’ai tri­pé, alors j’ai­me­rais re­par­tir pour ex­plo­rer la côte ouest. J’ai aus­si hâte de dé­cou­vrir l’Ita­lie et l’Asie. Mais, avec ce qu’on vit, je sais que ce n’est pas pour tout de suite. Et pour ma conscience éco­lo, chaque fois que je prends l’avion, je vi­site des sites qui nous offrent de plan­ter des arbres en com­pen­sa­tion des émis­sions de car­bone qu’on pro­voque… Ain­si, je me sens moins cou­pable. (rires)»

6 JE VEUX

«Tou­jours être en amour avec mon chum comme je le suis en ce mo­ment. Lui et moi, c’est simple, on est de vé­ri­tables ado­les­cents et on di­rait qu’on vit un amour d’été qui dure! (rires) Ça fait plu­sieurs an­nées qu’on se connaît, mais on forme un couple de­puis à peine deux ans. On a d’abord été des col­lègues de tra­vail et en­suite des amis. Notre base est pas mal so­lide, et on di­rait que ça fait 10 ans qu’on est en couple. Quand Da­vid et moi avons com­men­cé à sor­tir en­semble, on connais­sait dé­jà les bons et les moins bons cô­tés l’un de l’autre, on avait fait le par­ty en­semble et on s’était aus­si chi­ca­nés plu­sieurs fois. Avec lui, je n’ai peur de rien, on se com­plète tel­le­ment bien! Je sens que je vais faire ma vie avec lui…»

7 JE COMPTE

«Faire en­core da­van­tage pour pré­ser­ver notre belle pla­nète. Je viens de re­le­ver le dé­fi de pas­ser une an­née sans m’ache­ter de vê­te­ments. Mal­gré cette an­née de pan­dé­mie et de con­fi­ne­ment, j’ai beau­coup tra­vaillé et j’ai fait plu­sieurs en­tre­vues té­lé, alors j’avais vrai­ment be­soin de vê­te­ments, mais j’ai ré­sis­té. J’ai de­man­dé à une amie de me prê­ter des robes et j’ai fouillé dans mes pla­cards. Je me suis dé­brouillée avec ce que j’avais. J’achète aus­si beau­coup en vrac et je fa­brique même mon propre dé­odo­rant, mais je compte en faire en­core plus pour évi­ter la sur­con­som­ma­tion.»

 ??  ?? «Avec mes pa­rents et mes meilleurs amis, ve­nus me rendre vi­site sur le pla­teau de Rue King. Un vrai rêve!»
«Avec mes pa­rents et mes meilleurs amis, ve­nus me rendre vi­site sur le pla­teau de Rue King. Un vrai rêve!»
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ?? «Avec mon homme, Da­vid Leb­lanc, au­teur, ac­teur et scé­na­riste!»
«Avec mon homme, Da­vid Leb­lanc, au­teur, ac­teur et scé­na­riste!»
 ??  ?? «Le per­son­nage que j’ai­me­rai toute ma vie: Cris­tal, dans Les Sa­piens.»
«Le per­son­nage que j’ai­me­rai toute ma vie: Cris­tal, dans Les Sa­piens.»
 ??  ?? «Dans la loge de Rue King, avec la gang de fous!»
«Dans la loge de Rue King, avec la gang de fous!»

Newspapers in French

Newspapers from Canada