7 Jours

PROLOGUE AU ROMAN DE MON­SIEUR DE MOLIÈRE De Molière à Boul­ga­kov

-

Le TNM pré­sente l’ex­plo­ra­tion théâ­trale Prologue au roman de mon­sieur de Molière en web­dif­fu­sion du 19 fé­vrier au 8 mars. Ce la­bo­ra­toire de créa­tion au­tour de la pièce Le roman de mon­sieur de Molière, dont les re­pré­sen­ta­tions pré­vues cette an­née ont été re­mises à la sai­son 2022-2023, ex­plore toutes les étapes de la fa­bri­ca­tion d’un tel spec­tacle et vous dé­voile quelques se­crets sur la pro­duc­tion. Une oc­ca­sion unique de voir plu­sieurs ac­teurs et ac­trices d’ici à l’oeuvre, dont Éric Ro­bi­doux, qui in­ter­prète Molière, Ka­rine Gon­thier-Hynd­man, Ra­chel Gra­ton, Jean-Phi­lippe Per­ras, My­lène St-Sau­veur, Jean-Fran­çois Ca­sa­bonne et Phi­lippe Thi­bault-De­nis. tnm.qc.ca

Dans la nuit du 26 dé­cembre 2018, Ro­bert La­londe et sa conjointe ont tout per­du dans un in­cen­die qui a to­ta­le­ment dé­vas­té leur mai­son de cam­pagne, qu’ils ha­bi­taient de­puis 40 ans. En une soi­rée, quatre dé­cen­nies de sou­ve­nirs et d’ob­jets, dont les 4000 livres de M. La­londe, sont par­ties en fu­mée. L’homme en a fait un ré­cit, qu’il nous offre dans son nou­vel ou­vrage,

La re­cons­truc­tion du pa­ra­dis.

Mon­sieur La­londe, qu’est-ce qui vous a ame­né à vou­loir faire un ré­cit de cette tra­gé­die?

Je suis écri­vain et je me suis dit que si j’écri­vais sur l’in­cen­die de ma mai­son et la perte de tout, je pas­se­rais peut-être au tra­vers plus fa­ci­le­ment. C’était une dé­marche thé­ra­peu­tique en fin de compte qui m’a ai­dé à com­prendre ce que je vivais. Ça m’a aus­si per­mis de réa­li­ser que c’était peut-être un mal pour un bien, puisque ça nous a ame­nés à chan­ger de vie. Nous avons em­mé­na­gé dans une nou­velle mai­son, qui est as­sez ex­tra­or­di­naire et qui de­mande beau­coup moins d’en­tre­tien que la pré­cé­dente. C’était un en­droit dif­fi­cile à en­tre­te­nir, et nous pre­nons de l’âge. Ce livre est comme un jour­nal que j’ai te­nu et que j’ai fi­na­le­ment adres­sé aux lec­teurs.

Perdre 4000 livres, est-ce que ç’a été un deuil pour vous? Avez-vous en­vie de les rem­pla­cer?

Ça fai­sait des an­nées que je fai­sais le tour de ma bi­blio­thèque en me di­sant qu’il fau­drait que j’élague. J’avais beau­coup trop de livres, que j’au­rais pu don­ner. Je pas­sais à tra­vers des fois, mais ça me

dé­cou­ra­geait, alors je re­por­tais le pro­jet de ce grand mé­nage. Fi­na­le­ment, le feu a dé­ci­dé pour moi. Ç’a été as­sez ra­di­cal et ça a net­toyé mes rayons au point de les faire dis­pa­raître! Je vais tou­jours me sou­ve­nir de cette image des pom­piers qui tentent de sor­tir mes livres des ruines. Les livres sor­taient par pa­quets ge­lés par l’eau. Je leur ai dit de lais­ser tout ça là. Cette table rase a fait du bien et ç’a été li­bé­ra­teur. J’ai rem­pla­cé cer­tains livres aux­quels je te­nais, mais la page est tour­née. Je fré­quente main­te­nant les bi­blio­thèques; c’est moins en­com­brant.

Est-ce que cette épreuve a chan­gé votre rap­port au ma­té­riel?

Com­plè­te­ment. On s’est ren­du compte qu’on avait trop de choses et qu’on avait beau­coup trop ac­cu­mu­lé. Il y avait beau­coup de sou­ve­nirs dans cette mai­son, et nos amis sont tous ve­nus sur les lieux de l’in­cen­die pour que nous fas­sions notre deuil. Mais on a vite com­pris que ces sou­ve­nirs-là sont à l’in­té­rieur de nous et qu’on les porte avec nous.

Pour­quoi avoir choi­si de ne pas re­cons­truire au même en­droit?

Au dé­part, on avait fait des plans de re­cons­truc­tion. Mais fi­na­le­ment, on s’est dit qu’on avait peut-être fait le temps qu’on de­vait faire à cet en­droit et qu’on n’avait pas en­vie de construire sur une ruine. Alors notre fille a trou­vé la mai­son idéale sur In­ter­net, et voi­là!

Avez-vous un nou­veau pro­jet lit­té­raire en chan­tier?

Oui, tout le temps! Sur­tout qu’en ce mo­ment nous ne pou­vons pas jouer au théâtre. Donc j’écris des pièces de théâtre, même si je ne sais pas quand elles se­ront jouées. J’écris aus­si des cor­res­pon­dances avec de jeunes écri­vains. Je me garde oc­cu­pé et, comme tout le monde, j’ai bien hâte que cette pan­dé­mie passe.

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from Canada