7 Jours

Phil Roy

Chaque se­maine, Pa­trick Huard re­çoit chez lui des per­son­na­li­tés avec les­quelles il échange sur dif­fé­rents su­jets d’ac­tua­li­té. Cette se­maine, Phil Roy s’y est ren­du pour ja­ser de ce qui fait rire les gens.

- PAR NA­THA­LIE SLIGHT Montreal · Ernest Hemingway · Dave Chappelle · Patrick Huard

Phil, crois-tu qu’on peut rire de tout?

Ah, LA fa­meuse ques­tion! Ma ré­ponse, c’est: «Oui, mais...» Il y a as­su­ré­ment un gros mais! On peut rire de tout, mais ça dé­pend du su­jet, de la fa­çon de l’abor­der, du contexte, avec qui, de­vant qui... Il y a tel­le­ment de condi­tions au oui qu’il est dif­fi­cile de toutes les réunir pour rire d’un su­jet dé­li­cat.

Lorsque tu écris un nu­mé­ro, te poses-tu cette ques­tion?

J’écris en fonc­tion de l’hu­main que je suis, en m’ins­pi­rant de mes va­leurs, mes ques­tion­ne­ments, mes bons coups, mes échecs, mes an­goisses. Alors je me dis que tant que ça part de moi, je peux en rire. C’est la ligne di­rec­trice que je me suis don­née, mais ça ne me met pas à l’abri des cri­tiques pour au­tant!

Que veux-tu dire?

Par exemple, sur mes ré­seaux so­ciaux, j’ai ré­cem­ment pu­blié une blague concer­nant le fait que j’avais pris du poids en confi­ne­ment. J’ai ma­jo­ri­tai­re­ment re­çu de bons com­men­taires, mais cer­tains m’ont écrit que je ne de­vrais pas te­nir de tels pro­pos, que c’était gros­so­phobe. Je ne me suis pas sen­ti of­fus­qué ou vi­sé per­son­nel­le­ment. Ce n’était pas une at­taque en­vers Phil Roy, mais une cri­tique en­vers ma pu­bli­ca­tion.

As-tu sup­pri­mé cette blague de tes ré­seaux so­ciaux?

Cette blague part de moi, de mon ex­pé­rience, et je l’as­sume à 100 %. Je sais de quoi je parle: je vis avec un sur­plus de poids de­puis mon en­fance. Trop long­temps, j’ai cru que mes livres en trop étaient sy­no­nymes de mau­vaise san­té, alors que je suis pas mal plus en forme que bien des gens minces: je cours l’épreuve du 10 km au Ma­ra­thon de Mont­réal de­puis

Bonne nou­velle: TVA a an­non­cé que l’émis­sion se­ra de re­tour à l’au­tomne pour une deuxième sai­son! sept ans! Je crois fer­me­ment que plus on parle d’un su­jet comme le poids, plus on le nor­ma­lise, moins il est ta­bou.

Même si ça peut créer des re­mous?

Bien sûr! Moi, ce que j’aime le plus au monde, c’est com­mu­ni­quer. Et la voie que j’ai choi­sie pour le faire, c’est l’hu­mour. Si une de mes blagues crée un dé­bat sur les ré­seaux so­ciaux, tant mieux! Même si on n’est pas d’ac­cord, il est pos­sible d’échan­ger nos points de vue. C’est comme ça qu’on fait avan­cer les choses!

Se­lon toi, est-ce qu’un hu­mo­riste peut rire d’un su­jet même s’il n’est pas di­rec­te­ment concer­né?

Si c’est bien fait, oui! Le meilleur exemple, c’est l’hu­mo­riste amé­ri­cain Dave Chap­pelle. Il a écrit un ex­cellent nu­mé­ro sur les per­sonnes LGBTQ+. Pour­tant, il est hé­té­ro­sexuel, il n’a ja­mais eu à sor­tir du pla­card ou à dé­fendre son orien­ta­tion sexuelle. Mais son nu­mé­ro est tel­le­ment in­tel­li­gent et bien fi­ce­lé que les gens de la com­mu­nau­té LGBTQ+ le par­tagent de fa­çon vi­rale sur les ré­seaux so­ciaux!

Te ver­rais-tu pré­sen­ter un tel nu­mé­ro dans ton spec­tacle d’hu­mour?

Pour le sa­voir, j’uti­lise un truc du cé­lèbre écri­vain Er­nest He­ming­way! Il di­sait à ses étu­diants: «Si vous n’avez qu’une seule chose à re­te­nir de tout ce que je vous ai ap­pris, c’est que votre his­toire doit se ré­su­mer en une seule phrase.» Après avoir ré­su­mé mon nu­mé­ro d’hu­mour en une seule phrase, je vé­ri­fie si j’as­sume le su­jet en di­sant tout haut: «Je m’ap­pelle Phil Roy, je pars en tour­née à tra­vers le Qué­bec, et j’ai un nu­mé­ro sur tel ou tel su­jet.»

Et ça fonc­tionne?

Oui, vrai­ment. Il y a trois ans, j’ai écrit une ode aux seins. Ce nu­mé­ro-là fonc­tion­nait comme une tonne de briques en show et m’a même va­lu une ova­tion dans un ga­la. Mais quand je di­sais à voix haute: «Je m’ap­pelle Phil Roy, je pars en tour­née à tra­vers le Qué­bec, et j’ai un nu­mé­ro sur les seins», ça son­nait faux. J’ignore pour­quoi, mais je ne le sen­tais pas, même si le nu­mé­ro était hu­mo­ris­ti­que­ment bien construit, je ne l’as­su­mais pas. Peu im­porte le su­jet, en hu­mour, il y a une part de fee­ling qui ne s’ex­plique tout sim­ple­ment pas.

Pa­trick Huard ain­si que ses amis et in­vi­tés de la se­maine pro­chaine sau­ront vous di­ver­tir et vous sur­prendre! du lun­di au jeu­di à 19 h, à TVA.

La Tour,

 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from Canada