A Bon Verre, Bonne Table

LA CULTURE DE LA TO­MATE

- Mo­ni­ca Brand­ner, Brand­ner Farms Or­ga­nics

Les to­mates pros­pèrent dans la ré­gion de Lea­ming­ton, dans le sud-ouest de l’on­ta­rio. Si­tuée à la même la­ti­tude que le nord de la Ca­li­for­nie, cette ré­gion a été adop­tée par de nom­breux pro­duc­teurs de to­mates, dont Brand­ner Farms Or­ga­nics, à Ru­th­ven.

Chaque prin­temps, la pro­prié­taire Mo­ni­ca Brand­ner fait d’abord ger­mer des graines dans ses serres. De quatre à six se­maines plus tard, elle em­pote les se­mis ou les trans­plante dans ses champs, lors­qu’il n’y a plus de risque de gel. Vous pou­vez faire de même et uti­li­ser des lampes de culture ou mettre les pots sur le bord d’une fe­nêtre ex­po­sée au so­leil. Se­lon les graines choi­sies, il est pos­sible d’ac­croître consi­dé­ra­ble­ment le nombre de va­rié­tés de to­mates que l’on peut culti­ver.

Pour gar­der ses plants de to­mates en bonne san­té, Mo­ni­ca re­jette les pes­ti­cides et opte plu­tôt pour des mé­thodes bio­lo­giques, qui consistent à par­se­mer ses champs de to­mates de fleurs sau­vages qui at­tirent la mante

(un in­secte car­nas­sier) et à ins­tal­ler des ni­choirs près des champs, pour y at­ti­rer des hi­ron­delles. Pour éloi­gner les in­sectes nui­sibles, elle re­com­mande de plan­ter des sou­cis et du ba­si­lic (qui contri­buent aus­si à la sa­veur des to­mates) à proximité des plants.

On peut aus­si sim­ple­ment ache­ter des se­mis, se­lon Mo­ni­ca. Qu’ils soient des­ti­nés à des pots ou à un po­ta­ger, il est es­sen­tiel d’uti­li­ser un sol riche mé­lan­gé à du com­post. Pour ai­der à nour­rir les ra­cines, Mo­ni­ca perce des trous dans le sol et met dans cha­cun une cuiller à soupe de sel d’ep­som, juste avant de plan­ter les se­mis.

« Les to­mates adorent notre sol sa­blon­neux et notre été chaud et sec. »

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from Canada