Des bé­bés au ca­fé

L’in­con­tour­nable sor­tie d’un groupe de nou­velles ma­mans du Res­ti­gouche

Acadie Nouvelle - - ACTUALITÉS -

La scène a de quoi faire sou­rire.

Cris, pleurs, rires, sons de toutes sortes… Une quin­zaine de bé­bés troublent chaque mar­di l’ha­bi­tuelle tran­quilli­té du Ca­fé Eu­ro­pa de Camp­bell­ton.

Et c’est comme ce­la de­puis plu­sieurs mois. Une fois par se­maine, tous les mar­dis plus pré­ci­sé­ment, ceux-ci se réunissent. Une oc­ca­sion de sor­tir de la mai­son.

En fait, ce sont plu­tôt leurs mères qui se re­groupent… bien évi­dem­ment. Elles font toutes par­tie du groupe de sup­port à l’al­lai­te­ment mis sur pied par le Centre de res­sources pour pa­rents du Res­ti­gouche.

«Cer­taines n’al­laitent pas, mais on les ac­cueille tout de même à bras ou­verts. L’idée c’est de bri­ser l’iso­le­ment des nou­velles ma­mans, leur per­mettre de ren­con­trer d’autres femmes qui vivent les mêmes si­tua­tions qu’elles. Toutes les nou­velles ma­mans – qu’elles al­laitent ou donnent le bi­be­ron – ont be­soin de sup­port, de par­ler», ex­plique la co­or­don­na­trice de la ren­contre, An­nie Gui­tard-Cha­pa­dos.

Ce groupe de sou­tien pour l’al­lai­te­ment n’est pas nou­veau en soi. Mais cette an­née, sa co­or­don­na­trice ad­met qu’il est par­ti­cu­liè­re­ment vo­lu­mi­neux.

«Il y en a beau­coup plus qu’à l’ha­bi­tude. Et les par­ti­ci­pantes sont très as­si­dues, très dy­na­miques. C’est tou­jours un plai­sir de se re­trou­ver chaque se­maine», confie-t-elle.

Mis sur pied il y a en­vi­ron trois ans dans la ré­gion, ce groupe se veut en quelque sorte la conti­nui­té du cours pré­na­tal. Il gros­sit et ra­pe­tisse au rythme des nais­sances et de la de­mande des pa­rents.

Pré­sen­te­ment, il compte 16 ma­mans et 17 bé­bés (grâce un couple de ju­meaux), le plus gros groupe post­na­tal de Mme Gui­tardC­ha­pa­dos jus­qu’à pré­sent. Il va sans dire que lorsque tout ce beau monde se dé­place au même mo­ment au même en­droit, l’am­biance prend ra­pi­de­ment vie.

«Ça sur­prend sur le coup de voir au­tant de bé­bés, mais en gé­né­ral les clients adorent ce­la. Ils passent voir les pe­tits et ça leur met un sou­rire au vi­sage», sou­ligne la co­or­don­na­trice.

Chaque se­maine, elle se ren­seigne au­près de par­ti­ci­pantes de leur ex­pé­rience avec l’al­lai­te­ment et ap­porte un su­jet de dis­cus­sion en lien avec ce su­jet. Puis les dis­cus­sions partent en vrille.

«Ça de­vient ra­pi­de­ment comme un groupe d’amies qui jasent entre elles, et c’est bien comme ça», dit-elle.

Pour Mme Gui­tard-Cha­pa­dos, se réunir ain­si dans un ca­fé est beau­coup plus convi­vial qu’à l’in­té­rieur d’un lo­cal.

«Ça res­semble da­van­tage à une vé­ri­table sor­tie qu’à une obli­ga­tion. Et en plus, il y a du ca­fé. Pour de jeunes ma­mans dont les nuits sont par­fois très courtes, c’est un élé­ment très im­por­tant», lance-t-elle à la blague.

La co­or­don­na­trice du groupe de sou­tien à l’al­lai­te­ment, An­nie Gui­tard-Cha­pa­dos, donne un coup de main à Ja­nelle Au­but en ten­tant d’en­dor­mir le pe­tit Sa­muel. Aca­die Nou­velle: Jean-Fran­çois Bois­vert

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.