Ca­pi­tals: De­vante Smi­thPel­ly a sai­si sa chance

Acadie Nouvelle - - FINALE DE LA COUPE STANLEY - Ste­phen Why­no As­so­cia­ted Press

À cause de pres­sions liées au pla­fond sa­la­rial, les Ca­pi­tals se de­man­daient si les astres pou­vaient en­core s’ali­gner pour leur per­mettre d’as­pi­rer à tout ra­fler.

Quand les fonds man­quaient pour re­te­nir des élé­ments im­por­tants de clubs do­mi­nants, Wa­shing­ton s’est tour­né vers le mar­ché à ra­bais, em­bau­chant De­vante Smith-Pel­ly. Un «pro­jet», di­sait le di­rec­teur gé­né­ral Brian MacLel­lan. Puis, dans l’étau du pla­fond sa­la­rial, à la date li­mite des échanges, ils ont ac­quis Mi­chael Kemp­ny, un dé­fen­seur peu uti­li­sé avec Chi­ca­go.

«Par­fois les meilleurs ajouts sont ceux qui passent in­aper­çus, a dit l’en­traî­neur Bar­ry Trotz. Le chan­ge­ment de dé­cor se fait par­fois tout en dou­ceur. Vous vous dites que c’est un chan­ge­ment pour le mieux, d’ac­cord, mais de fa­çon mar­gi­nale. Mais dans cer­tains cas, ça fi­nit par faire une grosse dif­fé­rence.»

Kemp­ny était un in­con­nu, tan­dis que Smith-Pel­ly avait por­té trois uni­formes dans la LNH. Ils ont main­te­nant de grands rôles avec un club qui s’est ap­pro­ché à une vic­toire de sou­le­ver la coupe Stan­ley.

Smith-Pel­ly a ac­cep­té un pacte d’un an au sa­laire mi­ni­mum, après un paie­ment for­fé­taire re­çu des De­vils. Kemp­ny n’a coû­té qu’un choix de troi­sième tour.

Alexan­der Ove­ch­kin, Ev­ge­ny Kuz­net­sov, Bra­den Holt­by et com­pa­gnie ont re­çu un fier coup de main de Smi­thPel­ly. Après une ré­colte de sept buts en sai­son ré­gu­lière, l’an­cien du CH en est à six fi­lets en sé­ries, in­cluant deux buts cru­ciaux en fi­nale.

«Vous avez un nombre li­mi­té d’oc­ca­sions de mon­trer vos ha­bi­le­tés, a dit l’On­ta­rien âgé de 25 ans, un choix de deuxième ronde des Ducks d’Ana­heim en 2010. Je sa­vais que c’était peut-être ma der­nière chance (quand les Caps l’ont en­ga­gé). J’ai pris la dé­ci­sion des De­vils de fa­çon as­sez per­son­nelle. Ici, j’ai écou­té ce que m’ont dit les en­traî­neurs et j’ai fait en sorte de res­pec­ter leur vi­sion, tout sim­ple­ment.»

Wa­shing­ton a sou­mis le nom de Smi­thPel­ly pour le tro­phée Mas­ter­ton, qui sa­lue la per­sé­vé­rance et le dé­voue­ment. À la suite de l’in­ci­dent de ra­cisme à son en­droit en fé­vrier, lors d’un match à Chi­ca­go, il a créé du po­si­tif en ai­dant à di­ri­ger des fonds vers la pa­ti­noire pu­blique Fort Dupont, dans la ca­pi­tale des États-Unis.

«Ce qui est ar­ri­vé est très né­ga­tif, c’est sûr, a dit Smith-Pel­ly. Mais avec l’ar­gent ver­sé à Fort Dupont, j’es­time que ça peut chan­ger la vie de plu­sieurs jeunes du sec­teur (à Wa­shing­ton).»

Kemp­ny s’est taillé une place aux cô­tés de John Carl­son.

«Il a très bien fait lorsque confron­té à des gars comme Ev­ge­ni Mal­kin ou Sid­ney Cros­by, a dit Trotz. Il est ef­fi­cace. Il ne va pas mar­quer souvent, mais il sait comment se mettre au coeur de l’ac­tion. Il est un bel exemple de comment évo­luer d’un style conser­va­teur à un style où on an­ti­cipe bien les oc­ca­sions.»

Kemp­ny fai­sait par­tie du troi­sième trio des Hawks, qui le lais­saient par­fois de cô­té.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.