Quelques trucs pour ten­ter de se dés­in­toxi­quer de son té­lé­phone in­tel­li­gent

Acadie Nouvelle - - ACTUALITÉS - As­so­cia­ted Press

Pour­quoi vé­ri­fions-nous ce qui se passe sur Fa­ce­book, Ins­ta­gram et Twit­ter alors qu’on vou­lait sim­ple­ment sa­voir quel temps il fe­ra de­main?

Il s’avère que la dé­pen­dance au té­lé­phone in­tel­li­gent est in­ten­tion­nelle. Pen­sez au flux constant de no­ti­fi­ca­tions, aux jeux de cou­leurs dans les ap­pli­ca­tions et à tous les «j’aime», aux abon­nés et aux tro­phées qu’on peut rem­por­ter. Nos té­lé­phones et nos ap­pli­ca­tions sont conçus pour nous pro­cu­rer des ré­com­penses et un sen­ti­ment de bien-être à court terme, pour nous in­ci­ter à les uti­li­ser en­core plus long­temps - au dé­tri­ment de la lec­ture, du plai­sir ou sim­ple­ment de l’en­nui.

Voi­ci quelques fa­çons de lut­ter contre la dé­pen­dance à votre té­lé­phone in­tel­li­gent.

LIMITEZ VOS NO­TI­FI­CA­TIONS

Vous avez re­mar­qué ces points rouges sur les iP­hones et les té­lé­phones Sam­sung qui in­diquent com­bien de mes­sages, d’ac­tua­li­tés ou de mises à jour d’ap­pli­ca­tions il vous reste à lire? Bien sûr que oui.

«Le rouge est une cou­leur qui at­tire notre at­ten­tion», sou­ligne le Centre pour une tech­no­lo­gie hu­maine, une or­ga­ni­sa­tion qui fa­vo­rise une re­la­tion plus saine et moins dé­pen­dante avec la tech­no­lo­gie.

D’autres té­lé­phones An­droid do­tés du sys­tème d’ex­ploi­ta­tion Oreo ont des points plus pe­tits. Il n’y a pas de chiffres, et les cou­leurs sont plus sub­tiles, mais le concept est le même: vous in­ci­ter à ou­vrir l’ap­pli­ca­tion.

Pour neu­tra­li­ser le piège sur les iP­hones et les té­lé­phones An­droid les plus ré­cents, ac­cé­dez aux pa­ra­mètres de votre té­lé­phone et désac­ti­vez les points, connus sous le nom de badges, pour toutes les ap­pli­ca­tions, sauf pour celles qui vous in­té­ressent le plus.

Vous pou­vez désac­ti­ver les no­ti­fi­ca­tions pous­sées ap­pli­ca­tion par ap­pli­ca­tion.

Avec Fa­ce­book, vous de­vez ac­cé­der aux pa­ra­mètres de l’ap­pli­ca­tion pour désac­ti­ver les di­zaines de ca­té­go­ries de no­ti­fi­ca­tions, telles que les «mises à jour de vos amis de­puis votre der­nière connexion». Désac­ti­ver une ca­té­go­rie désac­ti­ve­ra éga­le­ment les points rouges.

DÉSINTOXIQUEZ-VOUS RÉ­GU­LIÈ­RE­MENT

Ce­la peut être aus­si simple que d’al­ler aux toi­lettes sans votre té­lé­phone ou de l’éteindre pen­dant les heures de repas ou pen­dant une jour­née de congé. Lais­ser votre té­lé­phone der­rière aide votre cer­veau à se «ré­ini­tia­li­ser».

Si vous avez be­soin d’une mo­ti­va­tion pour vous dés­in­toxi­quer, es­sayez Mo­ment, une ap­pli­ca­tion qui suit au­to­ma­ti­que­ment l’uti­li­sa­tion quo­ti­dienne de votre iP­hone ou iPad chaque jour. Ce n’est pas par­fait, car la mi­nu­te­rie re­part chaque fois que votre écran est dé­ver­rouillé, même si vous êtes loin de votre ap­pa­reil. Pour­tant, les ré­sul­tats vont pro­ba­ble­ment vous sur­prendre. Pour An­droid, il existe une ap­pli­ca­tion ap­pe­lée Qua­li­tyTime.

DÉFINISSEZ UN CA­LEN­DRIER

Nir Eyal, l’au­teur de

com­pare les hu­mains aux sou­ris de la­bo­ra­toire dans une ex­pé­rience por­tant sur les ré­com­penses aléa­toires. Il s’avère que les sou­ris ré­pondent «le plus vo­ra­ce­ment à des ré­com­penses aléa­toires», a écrit M. Eyal en 2012.

Les ap­pli­ca­tions de mé­dias so­ciaux ont per­fec­tion­né l’art des ré­com­penses aléa­toires. Vous ne sa­vez pas quand vous re­ce­vrez une de­mande d’ami ou quelque chose du genre, ou même si vous ver­rez un nou­veau mes­sage d’un ami. Vous com­pre­nez mieux pour­quoi vous avez constam­ment en­vie d’ou­vrir votre compte Fa­ce­book ou Ins­ta­gram?

Pré­voyez un mo­ment pré­cis chaque jour pour vé­ri­fier Fa­ce­book - ou votre cour­riel, ou vos mes­sages ins­tan­ta­nés. Puis ré­sis­tez à la ten­ta­tion jus­qu’au pro­chain mo­ment pré­vu.

Dans le même ordre d’idée, es­sayez de sup­pri­mer l’ap­pli­ca­tion Fa­ce­book de votre té­lé­phone et vi­si­tez uni­que­ment le site à par­tir d’un or­di­na­teur. Ce­la pour­rait ai­der à ré­duire la ten­ta­tion d’y re­tour­ner.

ÉTEIGNEZ AUTOPLAY

Re­gar­der de mul­tiples vi­déos une après l’autre peut par­fois être amu­sant, mais ça ne de­vrait pas être un com­por­te­ment ha­bi­tuel. Des ser­vices comme YouTube et Netflix lancent sou­vent la pro­chaine vi­déo au­to­ma­ti­que­ment. Éteignez cette fonc­tion.

ACHETEZ-VOUS UN RÉ­VEILLE-MA­TIN

Il n’y a pas si long­temps, nous pou­vions nous ré­veiller sans nos té­lé­phones, en uti­li­sant un ap­pa­reil ma­gique ap­pe­lé le ré­veil­ma­tin. Achetez-en un.

Il est re­com­man­dé de ban­nir les té­lé­phones de votre table de che­vet, voire de la chambre en­tière. Ce­la de­vrait per­mettre un meilleur som­meil, en par­tie parce que la lu­mière bleue émise par votre té­lé­phone peut re­tar­der la pro­duc­tion de mé­la­to­nine par votre corps, qui aide à dor­mir la nuit. Mais s’en­dor­mir après un der­nier «j’aime» sur Fa­ce­book ou être an­xieux après avoir lu un ar­ticle peut per­tur­ber votre som­meil.

Alors, met­tez votre té­lé­phone un peu plus loin et qui sait, vous pour­riez même vous ré­veiller et dire bon­jour à votre par­te­naire au lieu de vé­ri­fier votre té­lé­phone avant même de sau­ter du lit.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.