Fac­tu­ra­tion des télécoms: Ot­ta­wa or­donne une en­quête

Acadie Nouvelle - - ÉCONOMIE - Da­vid Pad­don

Les pra­tiques de vente des plus grandes en­tre­prises de té­lé­com­mu­ni­ca­tions au Ca­na­da – source de mé­con­ten­te­ment de­puis long­temps pour de nom­breux consom­ma­teurs – fe­ront l'ob­jet d'une en­quête pu­blique or­don­née jeu­di par le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral.

«Comme de nom­breux Ca­na­diens, nous sommes pré­oc­cu­pés par les al­lé­ga­tions re­la­tives à des pra­tiques de vente in­ac­cep­tables uti­li­sées par des so­cié­tés de té­lé­com­mu­ni­ca­tion», a dé­cla­ré le mi­nistre res­pon­sable des té­lé­com­mu­ni­ca­tions, Nav­deep Bains, dans un com­mu­ni­qué.

«Nous avons en­ten­du les plaintes des Ca­na­diens, et nous pas­sons à l'ac­tion.»

M. Bains a in­di­qué qu'il avait de­man­dé au Con­seil de la ra­dio­dif­fu­sion et des té­lé­com­mu­ni­ca­tions ca­na­diennes (CRTC) de me­ner l'en­quête, y com­pris une en­quête pu­blique, et de faire rap­port sur les pra­tiques de vente uti­li­sées dans l'in­dus­trie. Il de­vra pro­duire son rap­port d'ici le 28 février 2019.

La dé­cla­ra­tion du mi­nistre ne vi­sait au­cun ac­teur de l'in­dus­trie en par­ti­cu­lier ou ne pré­ci­sait pas quelles pra­tiques étaient ju­gées in­ap­pro­priées.

John Law­ford, di­rec­teur exé­cu­tif du Centre pour la dé­fense de l'in­té­rêt pu­blic (CDIP) à Ot­ta­wa, s'est dit heu­reux que le mi­nistre ait de­man­dé une en­quête pu­blique qui por­te­ra sur cer­taines pra­tiques de longue date qui sont ré­pan­dues.

«Je pense que les consom­ma­teurs ver­ront de réels chan­ge­ments, car il se­ra dif­fi­cile d'écrire un rap­port qui ne contient pas au moins quelques re­com­man­da­tions pour chan­ger la fa­çon dont les choses se dé­roulent.»

«J'es­père que les grandes en­tre­prises de té­lé­com­mu­ni­ca­tion se sen­ti­ront un peu plus justes lors­qu'elles ven­dront des pro­duits», a no­té M. Law­ford.

Se­lon lui, cer­taines des plus im­por­tantes sources de mé­con­ten­te­ment sont les ra­bais pro­mo­tion­nels qui prennent fin avant la fin des contrats de ser­vice et les frais sup­plé­men­taires qui ne sont pas bien di­vul­gués.

«Les consom­ma­teurs ont donc l'im­pres­sion qu'on leur pro­met un prix et qu'ils doivent en payer un autre», a sou­li­gné M. Law­ford.

Le pré­sident du CRTC, Ian Scott, avait re­je­té, plus tôt cette an­née, les de­mandes de deux groupes de dé­fense des consom­ma­teurs, qui ré­cla­maient une telle en­quête. Ces groupes, le CDIP et OpenMe­dia, s'en prennent sou­vent aux prin­ci­paux four­nis­seurs du Ca­na­da, dont Bell Ca­na­da, Ro­gers Com­mu­ni­ca­tions, Te­lus et Vi­déo­tron.

Ka­ty An­der­son, d'OpenMe­dia, a es­ti­mé dans un cour­riel qu'il était re­gret­table que le CRTC «ait be­soin des ins­truc­tions du gou­ver­ne­ment», mais elle a ajou­té qu'elle était en­cou­ra­gée par la dé­ci­sion du mi­nistre Bains d'or­don­ner une en­quête.

«J'es­père que ce­la en­ver­ra un si­gnal fort au CRTC pour qu'il pri­vi­lé­gie les in­té­rêts des Ca­na­diens dans toutes ses dé­ci­sions», a af­fir­mé Mme An­der­son.

Le CRTC est un or­ga­nisme de ré­gle­men­ta­tion in­dé­pen­dant char­gé de faire res­pec­ter la Loi sur les té­lé­com­mu­ni­ca­tions et la Loi sur la ra­dio­dif­fu­sion, qui font toutes deux l'ob­jet d'un exa­men du gou­ver­ne­ment fé­dé­ral.

À ce titre, le CRTC peut se re­trou­ver dans des si­tua­tions où il doit équi­li­brer des man­dats par­fois contra­dic­toires – par exemple pro­té­ger les in­té­rêts des consom­ma­teurs tout en créant des condi­tions pro­pices aux in­ves­tis­se­ments du sec­teur pri­vé dans les in­fra­struc­tures et l'in­no­va­tion.

M. Scott n'était pas dis­po­nible pour com­men­ter, mais une porte-pa­role du CRTC a ac­cu­sé ré­cep­tion de la di­rec­tive du mi­nistre.

«Nous com­pre­nons qu'il existe des pré­oc­cu­pa­tions crois­santes à propos de cette ques­tion et nous an­non­ce­rons les pro­chaines étapes en temps vou­lu», a dé­cla­ré Pa­tri­cia Val­la­dao.

Nav­deep Bains

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.