Le dé­part de Tho­mas Mul­cair des Com­munes est mar­qué par ses col­lègues

Acadie Nouvelle - - CANADA - Mé­la­nie Mar­quis La Presse ca­na­dienne

La pug­na­ci­té et la com­ba­ti­vi­té de Tho­mas Mul­cair ont été abon­dam­ment sou­li­gnées dans les dis­cours d'adieu pro­non­cés par les col­lègues qu'il laisse der­rière lui. Après une dé­cen­nie aux Com­munes, le vieux rou­tier de la po­li­tique a of­fi­ciel­le­ment ti­ré sa ré­vé­rence, jeu­di.

Les dé­pu­tés de toutes les for­ma­tions po­li­tiques ont ren­du hom­mage à l'an­cien chef du Nou­veau Par­ti dé­mo­cra­tique (NPD), qui s'as­soyait à la Chambre des com­munes pour une der­nière fois avant de com­men­cer sa nou­velle vie comme pro­fes­seur à l'Uni­ver­si­té de Mon­tréal.

Les dis­cours ont eu lieu en l'ab­sence du pre­mier mi­nistre Jus­tin Tru­deau et du chef conser­va­teur An­drew Scheer, qui étaient tous deux al­lés prê­ter main-forte à leur can­di­dat en vue de l'élec­tion com­plé­men­taire dans le com­té de Chi­cou­ti­mi-Le Fjord.

Tous ceux qui ont pris la pa­role ont sou­li­gné les qua­li­tés d'ora­teur du re­dou­table dé­pu­té d'Ou­tre­mont, qui a don­né du fil à re­tordre à plus d'un ad­ver­saire pen­dant ses an­nées sur la scène fé­dé­rale - tout par­ti­cu­liè­re­ment à l'an­cien pre­mier mi­nistre Ste­phen Har­per.

«Le NPD perd au­jourd'hui son meilleur et son plus re­dou­table dé­bat­teur. Il au­rait ren­du fier son illustre et lé­gen­daire aïeul Ho­no­ré Mer­cier», a of­fert Rhéal For­tin, chef in­té­ri­maire de Qué­bec de­bout, for­ma­tion née du schisme avec le Bloc qué­bé­cois.

«Re­dou­table, in­ci­sif, per­cu­tant: fran­che­ment, toute sa car­rière, cet homme que nous sa­luons au­jourd'hui au­ra été un Qué­bé­cois de­bout et nous le re­mer­cions pour sa con­tri­bu­tion», a-t-il en­chaî­né, se per­met­tant un jeu de mots.

Le dé­part de Tho­mas Mul­cair comme dé­pu­té sur­vient plus d'un an après qu'il eut été chas­sé de la chef­fe­rie de son par­ti par les mi­li­tants néo-dé­mo­crates. Il s'était fait mon­trer la porte en avril 2016 à Ed­mon­ton après avoir en­cais­sé un dur re­vers élec­to­ral au scru­tin d'oc­tobre 2015.

Le po­li­ti­cien aguer­ri re­vê­ti­ra bien­tôt de nou­veaux ha­bits, ceux de pro­fes­seur in­vi­té à l'Uni­ver­si­té de Mon­tréal. Il en­sei­gne­ra prin­ci­pa­le­ment à la maî­trise en en­vi­ron­ne­ment et dé­ve­lop­pe­ment du­rable, un nou­veau pro­gramme mul­ti­dis­ci­pli­naire.

«Ses fu­turs étu­diants et étu­diantes à l'Uni­ver­si­té de Mon­tréal se­ront très chan­ceux de l'avoir comme pro­fes­seur. Ce se­ra sans doute très sti­mu­lant», a pré­dit le mi­nistre li­bé­ral Marc Gar­neau, qui a pro­non­cé le dis­cours d'adieu en Chambre.

C'est le re­gret­té Jack Lay­ton qui avait réus­si à mettre la main sur Tho­mas Mul­cair et le convaincre de se pré­sen­ter sous la ban­nière orange lors d'une élec­tion par­tielle, en 2007, dans une cir­cons­crip­tion loin d'être ga­gnée d'avance, gé­né­ra­le­ment ac­quise aux li­bé­raux.

En­semble, dans les an­nées qui ont sui­vi, ils ont tra­vaillé à se faire connaître et bâ­tir un mou­ve­ment qui a connu son apo­gée avec la fa­meuse «vague orange» qui a dé­fer­lé sur le Qué­bec aux élec­tions de 2011.

Dans son dis­cours d'adieu en Chambre, le dé­pu­té est re­ve­nu avec hu­mour sur le tra­vail co­los­sal que ce­la avait re­pré­sen­té dans une pro­vince où le NPD n'avait ja­mais réus­si à faire une telle per­cée.

«Re­cru­ter des adeptes n'était pas chose fa­cile, mais en­semble, "Lay­ton" et "Mul­clair", comme on se fai­sait si sou­vent ap­pe­ler, for­maient une équipe qui ne re­cru­tait pas des can­di­dats - on les pour­chas­sait», a-t-il lâ­ché, pro­vo­quant les rires dans les ban­quettes néo-dé­mo­crates.

À l'is­sue de l'al­lo­cu­tion du po­li­ti­cien bien­tôt à la re­traite, les élus pré­sents en Chambre se sont mas­sés au­tour de lui pour échan­ger des poi­gnées de main même ceux à qui il a don­né tant de fil à re­tordre avec des ré­pliques par­fois as­sas­sines pen­dant les dé­bats par­le­men­taires.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.