Monc­ton confirme la pré­sence d’algues bleu-vert dans deux de ses points d’eau

La Ville de Monc­ton a si­gna­lé la pré­sence d’algues bleu-vert au parc Iri­sh­town ain­si que dans le ré­ser­voir d’eau po­table du Grand Monc­ton. Pour le mo­ment, les ré­si­dents n’ont ce­pen­dant pas à s’in­quié­ter de l’eau qui sort de leurs ro­bi­nets.

Acadie Nouvelle - - ACTUALITÉS - Si­mon De­lattre si­mon.de­lattre@aca­die­nou­velle.com

Les algues en ques­tion, des mi­cro-or­ga­nismes aus­si ap­pe­lés «cya­no­bac­té­ries», ont été dé­tec­tées dans le ré­ser­voir d’eau po­table de Turtle Creek. Si­tuée à quelques ki­lo­mètres au sud de Riverview, cette in­fra­struc­ture four­nit l’eau po­table à plus de 100 000 ré­si­dents de Dieppe, de Monc­ton et de Riverview.

La Ville de Monc­ton as­sure qu’il n’y a pas de pro­li­fé­ra­tion des algues pour le mo­ment. L’eau de­meure po­table et peut conti­nuer à être uti­li­sée pour la cuis­son, le bain et le la­vage.

Le temps chaud et sec se­rait en par­tie res­pon­sable du phé­no­mène. Quand les condi­tions sont fa­vo­rables, par­ti­cu­liè­re­ment en été et au dé­but de l’au­tomne, les mi­cro-or­ga­nismes peuvent se mul­ti­plier ra­pi­de­ment, ce qui en­traîne la pro­li­fé­ra­tion de fleurs d’eau de cya­no­bac­té­ries.

Les algues res­semblent à de l’écume à la sur­face de l’eau et peuvent cau­ser un chan­ge­ment de la cou­leur de l’eau qui peut de­ve­nir bleu-vert, verte, rouge, brune ou jaune. Chez les hu­mains, cer­tains types peuvent cau­ser des ir­ri­ta­tions de la peau, des maux de tête, des vo­mis­se­ments et de la diar­rhée.

La mu­ni­ci­pa­li­té pré­cise que des ex­perts étu­dient de près la si­tua­tion et que des échan­tillons sont ana­ly­sés ré­gu­liè­re­ment. Elle dit col­la­bo­rer avec le mi­nis­tère de la San­té, le mi­nis­tère de l’En­vi­ron­ne­ment et des Gou­ver­ne­ments lo­caux, et les villes voi­sines.

L’ac­cès au ré­ser­voir est res­treint, si bien que les ac­ti­vi­tés ré­créa­tives, la pré­sence d’ani­maux de com­pa­gnie ou la nage y sont stric­te­ment in­ter­dites en tout temps.

LA PRÉ­CAU­TION EST DE MISE AU PARC IRI­SH­TOWN

Les au­to­ri­tés mu­ni­ci­pales ont éga­le­ment si­gna­lé une ac­cu­mu­la­tion d’algues bleu­vert le long des rives du point d’eau du parc na­tu­rel Iri­sh­town.

Par me­sure de pré­cau­tion, la bai­gnade et les ac­ti­vi­tés nau­tiques ré­créa­tives comme le kayak et le ca­not y sont in­ter­dites jus­qu’à nou­vel ordre.

Des avis pu­blics ont été pla­car­dés sur les pan­neaux d’af­fi­chage du parc. Des aver­tis­se­ments du mi­nis­tère de la San­té ont aus­si été éri­gés le long des sen­tiers et à tous les points d’ac­cès à l’eau.

«On re­com­mande for­te­ment aux pro­prié­taires de chiens de ne pas lais­ser leurs ani­maux se bai­gner ou boire l’eau à cet en­droit en ce mo­ment», peut-on lire dans un com­mu­ni­qué de la Ville de Monc­ton.

Au cours des der­niers jours, trois chiens sont morts après avoir joué dans le fleuve Saint-Jean, à Fre­de­ric­ton. La pro­vince ef­fec­tue ac­tuel­le­ment des tests pour ten­ter de dé­ter­mi­ner si leurs dé­cès ont été cau­sés par une ex­po­si­tion aux algues bleu-vert. ■

La mu­ni­ci­pa­li­té de Monc­ton de­mande d’évi­ter tout contact avec l’eau du parc Iri­sh­town. - Aca­die Nou­velle: Si­mon De­lattre

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.