Pas fa­cile de trou­ver l’équilibre entre les droits des au­toch­tones et la san­té du trou­peau d’ori­gnaux

Près d’un an s’est écou­lé de­puis que les tri­bu­naux ont ju­gé que les chas­seurs au­toch­tones ont le droit de vendre de la viande d’ori­gnal à des non-Au­toch­tones, et ce, afin de ga­gner leur vie de fa­çon mo­dé­rée. Il est ce­pen­dant tou­jours im­pos­sible d’ob­te­nir

Acadie Nouvelle - - ACTUALITÉS - Jean-Marc Doi­ron jean-marc.doi­ron@aca­die­nou­velle.com

La Cour d’ap­pel du Nou­veau-Bruns­wick a ju­gé, le 17 août 2017 dans l’af­faire Mi­chael Rey­nolds, que les chas­seurs au­toch­tones ont le droit de vendre de la viande d’ori­gnal à des non-Au­toch­tones.

La ques­tion de la chasse com­mer­ciale des Pre­mières Na­tions cause ce­pen­dant des maux de tête au gou­ver­ne­ment pro­vin­cial.

Comme so­lu­tion tem­po­raire, les agents de conser­va­tion du mi­nis­tère de la Jus­tice et de la Sé­cu­ri­té pu­blique ont «mo­di­fié les pra­tiques d’ap­pli­ca­tion de la loi», as­sure un porte-pa­role de Fre­de­ric­ton.

Les agents ont la lourde tâche de trou­ver le juste équilibre entre l’exer­cice du droit des chas­seurs des Pre­mières Na­tions et «la du­ra­bi­li­té du trou­peau d’ori­gnaux au Nou­veau-Bruns­wick».

En­tre­temps, le gou­ver­ne­ment pro­vin­cial confirme qu’il n’a tou­jours pas res­tau­ré les per­mis de trans­fert spé­ciaux qui per­met­taient la vente de viande d’ori­gnal d’un chas­seur au­toch­tone à un non-Au­toch­tone jus­qu’en 2003.

Jean Ber­tin, du mi­nis­tère du Dé­ve­lop­pe­ment de l’éner­gie et des res­sources, ex­plique que «c’est une ques­tion com­plexe et nous tra­vaillons avec les Pre­mières Na­tions pour trou­ver des so­lu­tions pos­sibles à l’ave­nir».

«Nous tra­vaillons sur les im­pli­ca­tions po­ten­tielles sur les po­li­tiques et les pra­tiques pro­vin­ciales exis­tantes qui sont exa­mi­nées par les mi­nis­tères concer­nés, y com­pris le mi­nis­tère du Dé­ve­lop­pe­ment de l’éner­gie et des res­sources, le mi­nis­tère de la Jus­tice et de la Sé­cu­ri­té pu­blique, le Secrétariat des Af­faires au­toch­tones et le Bu­reau du Pro­cu­reur gé­né­ral.»

La dé­ci­sion dans l’af­faire Rey­nolds a eu lieu alors que les bio­lo­gistes du gou­ver­ne­ment pro­vin­cial constatent un dé­clin «évident» de la po­pu­la­tion des ori­gnaux dans les ré­gions du sud du Nou­veau-Bruns­wick.

Le nombre de per­mis de chasse at­tri­bués cette an­née est de 4465, soit 165 de moins que la moyenne des cinq an­nées pré­cé­dentes.

Dans son rap­port sur les gros gi­biers de 2017, le mi­nis­tère du Dé­ve­lop­pe­ment de l’éner­gie et des res­sources af­firme qu’«il est dif­fi­cile d’éva­luer la po­pu­la­tion des ori­gnaux avec pré­ci­sion parce qu’on ignore la quan­ti­té et la dis­tri­bu­tion de bêtes pré­le­vées par la ré­colte non ré­gle­men­tée».

«Il faut se mon­trer conser­va­teur dans l’at­tri­bu­tion des per­mis ré­gle­men­tés pour as­su­rer la du­ra­bi­li­té de la po­pu­la­tion jus­qu’à ce qu’on puisse éta­blir un mé­ca­nisme de ré­colte et de si­gna­le­ment des prises d’ori­gnaux qui tient compte des droits des Au­toch­tones et des droits is­sus de trai­tés exis­tants.»

Les jours qui ont sui­vi la dé­ci­sion de la Cour d’ap­pel sur le droit de vente com­mer­ciale des chas­seurs au­toch­tones, des fonc­tion­naires ont af­fir­mé dans un mé­mo sur les im­pacts du ju­ge­ment qu’elle va «presque cer­tai­ne­ment» pro­vo­quer «une hausse si­gni­fi­ca­tive de la chasse non ré­gle­men­tée d’ori­gnal dans un ave­nir pro­chain».

«À la lu­mière du ré­cent ju­ge­ment de la Cour d’ap­pel du NB dans R. c. Rey­nolds; si le sta­tu quo est main­te­nu, la Loi sur le pois­son et la faune n’of­fri­ra pas au mi­nis­tère du Dé­ve­lop­pe­ment de l’éner­gie et des res­sources la ca­pa­ci­té d’as­su­rer la ges­tion du­rable de la po­pu­la­tion de la faune à l’ave­nir», peut-on lire dans un cour­riel in­terne ob­te­nu par l’Aca­die Nou­velle grâce à une de­mande d’ac­cès à l’in­for­ma­tion.

La chasse à l’ori­gnal au­tom­nale est fort po­pu­laire au Nou­veau-Bruns­wick. Chaque an­née de­puis 2009, au moins 60 000 per­sonnes ont de­man­dé un per­mis. Moins de 8% des pos­tu­lants en ob­tiennent. ■

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.