Des ré­si­dents mi­litent pour la conser­va­tion et la res­tau­ra­tion des ponts cou­verts

Si vous n’avez ja­mais échan­gé un bai­ser sous un pont cou­vert en bois, vous man­quez quelque chose, es­time Ray­mond Bou­cher.

Acadie Nouvelle - - ACTUALITÉS -

Ce ré­sident de longue date du Nou­veauB­runs­wick a des sou­ve­nirs vi­vaces de ses 19 ans, lors­qu'il mar­chait sous deux ponts cou­verts avec la femme qui al­lait de­ve­nir son épouse.

Ces deux ponts cou­verts et plu­sieurs autres ont main­te­nant dis­pa­ru, a in­di­qué l'homme, âgé de 75 ans.

«En 1953, nous avions 340 ponts cou­verts dans la pro­vince, nous en avons main­te­nant 58», s'est-il dé­so­lé en en­tre­vue té­lé­pho­nique de­puis Ri­ver­view.

«Nous en avons per­du six de­puis 2004.»

Ces struc­tures en bois, sur­nom­mées «ponts des bai­sers» en rai­son de la re­la­tive in­ti­mi­té qu'ils offrent aux pas­sants, per­mettent de se re­por­ter à une autre époque, a ex­pli­qué M. Bou­cher.

Ray­mond Bou­cher est le pré­sident de l'As­so­cia­tion pour la conser­va­tion des ponts cou­verts du Nou­veau-Bruns­wick, qui mi­lite pour la res­tau­ra­tion et la pré­ser­va­tion de ces ponts, qui sont très po­pu­laires au­près des tou­ristes, se­lon le groupe.

Di­manche après-mi­di, des ré­si­dents se sont ras­sem­blés au pont Star­key, près de la lo­ca­li­té de Co­dys, et au pont McGuire, à Elm­sdale ‒ tous deux fer­més en rai­son des inon­da­tions ‒ afin de de­man­der au gou­ver­ne­ment de pro­té­ger les der­niers ponts de ce genre.

Se­lon M. Bou­cher, seule­ment trois des 58 ponts cou­verts sont pro­té­gés en rai­son de leur va­leur pa­tri­mo­niale, dont le pont de Hart­land, le plus vieux et le plus long pont cou­vert tou­jours en place dans le monde.

Les autres risquent de se faire dé­mo­lir et d'être rem­pla­cés par des struc­tures en acier ou en bé­ton, a-t-il sou­te­nu.

«Nous sommes la seule pro­vince de l'At­lan­tique à avoir des ponts cou­verts sur son ter­ri­toire», a sou­li­gné M. Bou­cher, men­tion­nant que le Qué­bec et l'On­ta­rio étaient les seules autres pro­vinces du Ca­na­da avec des ponts cou­verts.

Cet en­jeu tient à coeur à Jen DeLong, qui a fait deux heures de voi­ture pour se rendre au ras­sem­ble­ment du pont Star­key qui, se­lon ses dires, a été construit par son ar­riè­re­grand-père, Dan Star­key, en 1912.

«Il avait de la fa­mille ici et, pour fa­ci­li­ter le che­min d'une ferme à l'autre, le pont a été construit», a-t-elle ex­pli­qué.

Elle craint que le pont soit rem­pla­cé par une struc­ture en acier.

«C'est l'hé­ri­tage de notre fa­mille et même des gens d'ici, ils voient ce pont de­puis plu­sieurs an­nées», a-t-elle plai­dé.

La Presse ca­na­dienne n'a pu joindre le mi­nis­tère des Tran­sports et des In­fra­struc­tures de la pro­vince, di­manche. En avril, le mi­nistre Bill Fra­ser avait tou­te­fois as­su­ré au ré­seau an­glais de Ra­dio-Ca­na­da que le gou­ver­ne­ment ne ten­tait pas de se dé­bar­ras­ser de ces ponts. Se­lon lui, la pro­vince veut sim­ple­ment trou­ver des moyens pour mieux les pro­té­ger. - La Presse ca­na­dienne ■

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.