Les deux vic­times de la fu­sillade de To­ron­to por­tées à leur der­nier re­pos

Plu­sieurs di­gni­taires, dont le pre­mier mi­nistre Jus­tin Tru­deau et la vice-pre­mière mi­nistre de l’On­ta­rio, Ch­ris­tine El­liott, se sont ren­dus dans un sa­lon fu­né­raire de To­ron­to, lun­di, où des proches ren­daient hom­mage à Reese Fal­lon, la jeune femme de 18 an

Acadie Nouvelle - - CANADA - Mi­chelle McQuigge La Presse ca­na­dienne

Un peu plus au nord, à Mar­kham, les fu­né­railles de la pe­tite Ju­lian­na Ko­zis, âgée de 10 ans, étaient cé­lé­brées en toute in­ti­mi­té dans une église or­tho­doxe grecque. Reese Fal­lon et Ju­lian­na Ko­zis ont été in­hu­mées par la suite lors de cé­ré­mo­nies pri­vées.

Alors que la po­lice main­te­nait une forte pré­sence au­tour du sa­lon fu­né­raire, des ado­les­cents se te­naient par la main et se ser­raient dans leurs bras avant d’al­ler faire leurs adieux à Reese Fal­lon, qui ve­nait de ter­mi­ner ses études col­lé­giales. La jeune femme de­vait amor­cer à l’au­tomne des études en soins in­fir­miers à l’Uni­ver­si­té McMas­ter de Ha­mil­ton.

Peu de temps après avoir as­sis­té aux fu­né­railles de Reese Fal­lon, M. Tru­deau, ému, a ten­té d’of­frir un peu d’es­poir aux proches. Il a ad­mis que la mort de ces deux jeunes gens avait ra­vi­vé le sou­ve­nir de son frère Mi­chel, mort dans une ava­lanche il y a 20 ans, à l’âge de 23 ans.

La pe­tite Ju­lian­na Ko­zis, que ses voi­sins ont dé­crite comme une en­fant ex­tra­ver­tie et ath­lé­tique, fai­sait une sor­tie en fa­mille sur l’ave­nue Dan­forth lors­qu’elle a été prise dans la vo­lée de balles tirées par Fai­sal Hus­sain, âgé de 29 ans. Reese Fal­lon a été tuée alors qu’elle pas­sait une soi­rée avec des amis, no­tam­ment des jeunes li­bé­raux. Le pre­mier mi­nistre a d’ailleurs sou­li­gné son im­pli­ca­tion po­li­tique et so­ciale, lun­di.

S’IM­PLI­QUER DANS LA COM­MU­NAU­TÉ

«C’était une jeune femme qui était op­ti­miste par rap­port à l’ave­nir, mais aus­si réa­liste, dans le sens qu’elle sa­vait qu’elle de­vait s’im­pli­quer pour bâ­tir un monde meilleur, a-t-il dit. Et s’il y a un mes­sage aux jeunes qui l’ont connue, aux jeunes qui au­raient vou­lu la connaître, c’est de s’im­pli­quer et de prendre soin de sa com­mu­nau­té.»

Cer­tains des amis de Reese Fal­lon, ain­si que le père de la pe­tite Ju­lian­na Ko­zis, se­raient au nombre des 13 per­sonnes bles­sées dans la fu­sillade. Le ti­reur lui-même a été re­trou­vé mort peu de temps après avoir échan­gé des coups de feu avec deux po­li­ciers.

Une fon­taine du pe­tit parc Alexan­drele-Grand, où cer­taines des vic­times ont été abat­tues, a été inon­dée de fleurs, de bou­gies, d’ani­maux en pe­luche et d’autres sou­ve­nirs de­puis la fu­sillade du 22 juillet. Des boîtes de craie ont été mises à la dis­po­si­tion des ci­toyens pour qu’ils laissent des mes­sages d’amour et d’es­poir.

M. Tru­deau a aus­si été in­ter­ro­gé par les jour­na­listes sur ce que son gou­ver­ne­ment comp­tait faire pour évi­ter de tels drames.

«Évi­dem­ment, on est en train de re­gar­der toutes sortes d’op­tions, a-t-il dit. Notre res­pon­sa­bi­li­té pri­mor­diale, en tant que gou­ver­ne­ment, c’est d’as­su­rer la sé­cu­ri­té des ci­toyens, et nous al­lons re­gar­der dif­fé­rents moyens de le faire, d’as­su­rer que d’autres com­mu­nau­tés, d’autres fa­milles ne souffrent pas.» ■

«Je vou­lais juste dire à ces jeunes, et à tous ceux qui sont en deuil, que nos êtres chers, comme ces deux filles par­ti­cu­liè­re­ment ex­tra­or­di­naires et belles que nous avons per­dues, se­ront avec nous pour tou­jours», a dé­cla­ré

M. Tru­deau après avoir dé­po­sé des fleurs sur un mé­mo­rial im­pro­vi­sé pour les vic­times de l’at­taque.

Jus­tin Tru­deau a dé­po­sé des fleurs à une fon­taine près de la­quelle cer­taines des vic­times ont été tou­chées par le ti­reur. - La Presse ca­na­dienne: Na­than Denette

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.