Zim­babwe: l’op­po­si­tion conteste for­mel­le­ment les ré­sul­tats de l’élec­tion

Acadie Nouvelle - - MONDE -

Le prin­ci­pal par­ti d’op­po­si­tion du Zim­babwe a for­mel­le­ment contesté, ven­dre­di, les ré­sul­tats du pre­mier scru­tin où le nom de Ro­bert Mu­gabe ne fi­gu­rait pas sur les bul­le­tins de vote.

Le par­ti re­pré­sen­té par Nel­son Cha­mi­sa de­mande que son can­di­dat soit dé­cla­ré vain­queur ou qu’un nou­veau vote soit te­nu.

Cette re­quête consti­tue une nou­velle source d’in­cer­ti­tude au Zim­babwe, où l’on es­pé­rait que ces élections pa­ci­fiques marquent le dé­but d’une nou­velle ère. Elles ont plu­tôt été se­couées par des dé­ploie­ments mi­li­taires dans les rues du pays et par le har­cè­le­ment violent des par­ti­sans de l’op­po­si­tion.

Les avo­cats du Mou­ve­ment pour le chan­ge­ment dé­mo­cra­tique se sont pré­sen­tés en cour moins d’une heure avant la date li­mite pour cette contes­ta­tion, ven­dre­di. Le tri­bu­nal a main­te­nant 14 jours pour se pro­non­cer.

Cer­tains lea­ders de l’op­po­si­tion ex­priment dé­jà leur scep­ti­cisme quant à la ca­pa­ci­té du sys­tème ju­di­ciaire zim­babwéen d’éva­luer cette af­faire de ma­nière équi­table.

La Com­mis­sion élec­to­rale du Zim­babwe a dé­cla­ré que le pré­sident Em­mer­son Mnan­gag­wa et son par­ti, le ZANU-PF, avaient été ré­élus avec 50,8 pour cent des voix, contre 44,3 pour cent pour M. Cha­mi­sa lors des élections du 30 juillet.

La contes­ta­tion de ces ré­sul­tats re­tar­de­ra l’inau­gu­ra­tion de M. Mnan­gag­wa, qui de­vait avoir lieu di­manche.

L’op­po­si­tion a ra­pi­de­ment al­lé­gué que le vote avait été tru­qué, mais avait ré­ser­vé ses élé­ments de preuve pour les tri­bu­naux.

Un cer­tain nombre d’ONG ont néan­moins mis en cause de forts taux de par­ti­ci­pa­tion dans cer­tains sec­teurs, de même qu’un écart frap­pant entre le nombre d’élec­teurs ayant vo­té pour la pré­si­dence et pour les sièges par­le­men­taires.

M. Mnan­gag­wa, un confi­dent de longue date de Ro­bert Mu­gabe, pré­tend vou­loir dé­mo­cra­ti­ser le Zim­babwe et le rendre plus ou­vert sur le monde.

Ro­bert Mu­gabe a quit­té la pré­si­dence en no­vembre der­nier, à la suite d’un coup d’État du­quel se sont ré­jouis bon nombre de Zim­babwéens après des dé­cen­nies de sur­place tant éco­no­mique que po­li­tique. ■

- Associated Press: Ts­van­gi­rayi Muk­waz­hi

Les par­ti­sans de l’op­po­si­tion au gou­ver­ne­ment sor­tant se sont faits par­ti­cu­liè­re­ment en­tendre au cours des der­niers jours.

Nel­son Cha­mi­sa - Associated Press: Je­rome De­lay

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.