L’HEURE EST AU RE­CUEILLE­MENT

Acadie Nouvelle - - LA UNE - Ke­vin Bissett La Presse ca­na­dienne

Le pre­mier mi­nistre fé­dé­ral Jus­tin Tru­deau a ren­con­tré, di­manche, les fa­milles des deux po­li­ciers de Fredericton morts en de­voir la se­maine der­nière. Il a confié aux en­fants un se­cret per­son­nel: vivre un deuil est plus fa­cile lors­qu’on a tout un pays der­rière soi pour se ré­con­for­ter.

Ac­com­pa­gné de son fils Ha­drien, M. Tru­deau s’est en­suite ren­du au quar­tier gé­né­ral de la Force po­li­cière de Fredericton pour y dé­po­ser des fleurs au mé­mo­rial dé­dié aux agents Robb Cos­tel­lo et Sa­ra Burns ain­si qu’aux deux autres vic­times ci­viles de la fu­sillade de ven­dre­di, Don­nie Ro­bi­chaud et Bob­bie Lee Wright.

Le pre­mier mi­nistre avait dé­jà pré­vu de se rendre dans la ca­pi­tale du Nou­veauB­runs­wick pour par­ti­ci­per au dé­fi­lé de la Fier­té, mais le pro­gramme de la jour­née a été mo­di­fié à cause de la tra­gé­die.

Il a sem­blé faire al­lu­sion au fort sou­tien po­pu­laire que sa fa­mille et lui avaient re­çu à la suite de la mort de son père, l’an­cien pre­mier mi­nistre fé­dé­ral Pierre El­liott Tru­deau, en 2000.

«J’ai par­lé à leurs en­fants pour leur sou­li­gner quelque chose que j’ai vé­cu: quand on a un pays en­tier der­rière soi pour nous ai­der à tra­ver­ser un deuil, c’est un peu plus fa­cile d’y par­ve­nir. Pas beau­coup plus fa­cile, mais un peu plus fa­cile quand même», a-t-il dé­cla­ré aux jour­na­listes pré­sents.

DÉ­FI­LÉ MOINS FES­TIF

Le dé­fi­lé, beau­coup moins fes­tif que les pré­cé­dents, a quand même eu lieu. «C’est notre fa­çon d’éta­blir de nou­veau notre foi en la col­lec­ti­vi­té et de pou­voir cé­lé­brer, a dit le maire de la ville, Mike O’Brien. C’est un moyen de cé­lé­brer même pen­dant notre pé­riode de deuil.»

L’évé­ne­ment s’est amor­cé par une mi­nute de si­lence. Les or­ga­ni­sa­teurs avaient in­di­qué sur Fa­ce­book qu’ils mar­che­raient «en re­con­nais­sance de notre chef de la po­lice Leanne Fitch, des pre­miers in­ter­ve­nants, et de tous les of­fi­ciers qui risquent leur vie quo­ti­dien­ne­ment pour nous pro­té­ger».

Des funérailles ré­gi­men­taires sont pré­vues pour cé­lé­brer la vie des deux po­li­ciers tom­bés, Sa­ra Burns et Robb Cos­tel­lo, et leur rendre hom­mage, a in­di­qué par com­mu­ni­qué l’agente d’in­for­ma­tion Aly­cia Bart­lett, di­manche après-mi­di. Les ob­sèques au­ront lieu le sa­me­di 18 août, à 13h, au centre uni­ver­si­taire Ait­ken.

La porte-pa­role a aus­si men­tion­né qu’un livre de condo­léances se­ra mis à la dis­po­si­tion du pu­blic à par­tir de lun­di, à l’hô­tel de ville de Fredericton.

SO­LI­DA­RI­TÉ

Il y a eu un grand nombre de gestes de so­li­da­ri­té dans la pe­tite ville. Les ré­si­dants se sont ar­rê­tés au quar­tier gé­né­ral de la force de po­lice de Fredericton pour y dé­po­ser des fleurs, des notes et des our­sons en pe­luche pour les agents dé­cé­dés.

«Nous vous sommes re­con­nais­sants de l’ap­pui que vous nous avez dé­mon­tré en lais­sant des fleurs et des cartes de­vant le poste de po­lice. En tant que Fre­de­ric­to­niennes et Fre­de­ric­to­niens, nous souf­frons de la mort de quatre des nôtres, mais nous sommes éga­le­ment tou­chés par le sou­tien ma­ni­fes­té en­vers nos po­li­ciers tom­bés en ser­vice, les deux autres per­sonnes tuées et leurs fa­milles et amis», a af­fir­mé la chef de po­lice de Fredericton, Leanne Fitch.

TRAU­MA­TI­SÉS

«Ils ont été trau­ma­ti­sés tout comme le reste de la ville, a-t-il dé­cla­ré. La po­lice et la Ville les contac­te­ront dans un ave­nir proche avec des in­for­ma­tions sur la ma­nière dont nous pou­vons nous ras­sem­bler en tant que com­mu­nau­té.»

Le maire O’Brien a af­fir­mé que la Ville al­lait tendre la main aux ha­bi­tants du quar­tier de Brook­side Drive, où la vio­lence mor­telle s’est pro­duite.

Une équipe de bé­né­voles de la CroixRouge ca­na­dienne a ai­dé à or­ga­ni­ser un hé­ber­ge­ment d’ur­gence pour 46 per­sonnes dé­pla­cées par l’en­quête. Au moins huit autres per­sonnes sé­journent en fa­mille ou entre amis.

Mat­thew Vincent Ray­mond, 48 ans, a été ac­cu­sé de quatre chefs de meurtre au pre­mier de­gré et de­vrait com­pa­raître de­vant le tri­bu­nal le 27 août.

La po­lice n’a pas pré­ci­sé si le sus­pect et les vic­times se connais­saient et n’a pas fait d’hy­po­thèse sur le mo­tif du ti­reur. ■

Le pre­mier mi­nistre Jus­tin Tru­deau, ac­com­pa­gné de son fils Ha­drien âgé de quatre ans et du dé­pu­té fé­dé­ral de Fredericton Matt DeCour­cey, à gauche, place des fleurs de­vant le poste de po­lice de Fredericton. - La Presse ca­na­dienne: An­drew Vaughan

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.