Dé­cro­cher pour mieux re­com­men­cer

Acadie Nouvelle - - ÉDITORIAL - Léon Ro­bi­chaud Ship­pa­gan

Der­niè­re­ment, un jeune dé­cro­cheur sco­laire est ve­nu me consul­ter. Cette ren­contre me ra­mène à mon ado­les­cence.

À par­tir de son ado­les­cence, mon père a vé­cu avec la ma­la­die de l’al­coo­lisme, ma­la­die in­con­nue dans les an­nées 1930. Je me sou­viens de sa lutte pour de­meu­rer sobre. Il se joint au mou­ve­ment La­cor­daire, seul or­ga­nisme connu dans ma ré­gion et qui ai­dait les bu­veurs à de­meu­rer sobres. Mal à l’aise dans ce cli­mat fa­mi­lial, j’aban­donne l’école avant d’avoir ter­mi­né ma 7e an­née sco­laire. À la suite d’un wee­kend de crois­sance spi­ri­tuelle à Ba­thurst, mon père de­meure sobre jus­qu’à sa mort. Ayant vu pa­pa ces­ser de dé­cro­cher de sa so­brié­té, j’ai eu la grâce du re­com­men­ce­ment. À 17 ans, une 7e an­née non ter­mi­née, j’entre au Col­lège Saint-Jo­seph. Mes confrères de classe étaient d’en­vi­ron 4 ans plus jeunes que moi. Dans les an­nées 1950, les classes pour adultes ou de rat­tra­page n’exis­taient pas. J’ai réus­si des études uni­ver­si­taires avec suc­cès suite à mon dé­cro­chage.

À vous jeunes dé­cro­cheurs comme moi, j’au­rais le goût de vous dire: «Ne bais­sez ja­mais les bras. Tout peut re­com­men­cer, ex­cep­té la mort. N’ou­bliez pas que la dy­na­mique de la vie ter­restre est un cycle de dé­parts et de re­com­men­ce­ments».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.