Le mé­pris, plus grave que l’igno­rance

Acadie Nouvelle - - MON OPINION - Clé­ment Lou­bert Monc­ton

De temps à autre, cer­taines per­sonnes de no­to­rié­té pu­blique se per­mettent de li­vrer leurs im­pres­sions au su­jet des fran­co­phones vi­vant hors Qué­bec. Ceux-ci ont dé­jà été consi­dé­rés comme des «ca­davres en­core chauds» et plus ré­cem­ment «en voie de dis­pa­ri­tions». Ceux et celles qui tiennent de tels pro­pos ont une pro­fonde mé­con­nais­sance de la vi­ta­li­té des com­mu­nau­tés de langue fran­çaise qui luttent bra­ve­ment contre l’as­si­mi­la­tion.

Cette igno­rance est certes dé­plo­rable, mais leur at­ti­tude condes­cen­dante est plus grave puis­qu’elle les em­pêche de re­con­naître leur propre igno­rance. Ce­la n’aide en rien ces les com­mu­nau­tés en ques­tion à s’en sor­tir, à être fiers de leur iden­ti­té. Elles au­raient plu­tôt be­soin d’un sou­tien réel dans leurs ef­forts de tous les jours pour pré­ser­ver et amé­lio­rer leur langue par­lée et écrite et, ain­si, contrer leur in­sé­cu­ri­té lin­guis­tique.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.