GAU­VIN VICE-PRE­MIER MI­NISTRE

Acadie Nouvelle - - LA UNE - Pas­cal Raiche-Nogue pas­cal.raiche-nogue@aca­die­nou­velle.com

Ro­bert Gau­vin a fait son en­trée au ca­bi­net par la grande porte, ven­dre­di à Fre­de­ric­ton. Le dé­pu­té de Ship­pa­ganLa­mèque-Mis­cou se­ra le seul fran­co­phone et le seul re­pré­sen­tant du Nord à la table, une res­pon­sa­bi­li­té qu’il dit prendre au sé­rieux.

Ce nou­veau ve­nu en po­li­tique pro­vin­ciale se re­trouve au­jourd’hui avec la lourde res­pon­sa­bi­li­té de re­pré­sen­ter les in­té­rêts de la mi­no­ri­té fran­co­phone et des ré­gions du nord du Nou­veau-Bruns­wick au conseil des mi­nistres.

Le co­mé­dien de car­rière, élu pour la pre­mière fois le 24 sep­tembre, hé­rite des postes de vi­cep­re­mier mi­nistre, de mi­nistre du Tou­risme, du Pa­tri­moine et de la Culture et de mi­nistre res­pon­sable de la Fran­co­pho­nie.

Cette as­cen­sion très ra­pide ne l’ef­fraie pas, at-il confié peu après son as­ser­men­ta­tion, lors de sa pre­mière mê­lée de presse à titre de membre du ca­bi­net.

«Tant qu’à com­men­cer, aus­si bien com­men­cer en haut de l’échelle», a-t-il dit à la blague à la meute de jour­na­listes qui l’at­ten­daient pour lui po­ser des ques­tions.

«Non, mais je vois ça, moi... écoute, moi ma force ç’a tou­jours été d’être ras­sem­bleur. Du­rant les deux der­nières se­maines, avant le vote, l’équipe s’est vrai­ment res­ser­rée. On va conti­nuer à res­ser­rer les liens, parce que même s’il y a des dé­pu­tés qui n’ont pas été nom­més mi­nistres, nous sommes une équipe de 22 et ça va conti­nuer», a-t-il ajou­té.

Ro­bert Gau­vin a ajou­té qu’il est tout à fait cons­cient du fait qu’il porte les es­poirs de la com­mu­nau­té fran­co­phone et que sa voix se­ra aus­si en quelque sorte celle de la mi­no­ri­té de langue of­fi­cielle lors des dé­li­bé­ra­tions au conseil des mi­nistres.

«Moi je vois mon rôle... c’est sûr que mon siège re­pré­sente à peu près 33% de la po­pu­la­tion. Donc c’est une grosse res­pon­sa­bi­li­té et on prend ça au sé­rieux.»

Il dit tou­te­fois ne «pas du tout» sen­tir de pres­sion face à cette res­pon­sa­bi­li­té et face à l’at­ten­tion dont il fait dé­jà l’ob­jet au sein de la com­mu­nau­té fran­co­phone.

Les pre­mières ré­ac­tions de la com­mu­nau­té fran­co­phone à sa no­mi­na­tion ont d’ailleurs sem­blé po­si­tives, ven­dre­di. Dans un com­mu­ni­qué de presse, la So­cié­té de l’Aca­die du Nou­veauB­runs­wick l’a qua­li­fiée de «geste lourd en sym­bo­lisme qui ne passe pas in­aper­çu.»

«MOI, JE VAIS ÊTRE À L’AVANT-SCÈNE»

Ce poste de vice-pre­mier mi­nistre dont il hé­rite n’a pas tou­jours été ap­pro­ché de la même ma­nière par ses ti­tu­laires, du moins au cours des huit der­nières an­nées.

Lorsque Da­vid Al­ward était au pou­voir, Paul Ro­bi­chaud en me­nait large et était vi­sible aux quatre coins de la pro­vince. Pen­dant le règne de Brian Gal­lant, Ste­phen Hors­man a été plus ef­fa­cé.

Com­ment Ro­bert Gau­vin voit-il son rôle? Com­ment a-t-il l’in­ten­tion de s’y prendre?

«Moi, je vais être à l’avant-scène. J’ai tout le temps cher­ché l’avant-scène, je veux être à l’avant-scène. J’ai rien de­man­dé. Lorsque M. Higgs m’a ap­pe­lé hier soir, j’étais très heu­reux parce que ça va me per­mettre d’être ca­pable de pas­ser le mes­sage.»

Ce mes­sage qu’il veut lan­cer, dit-il, c’est qu’il «faut ra­me­ner l’har­mo­nie dans la pro­vince» et «qu’il faut tra­vailler en­semble, qu’on ne peut plus se per­mettre de se battre entre nous». Il a l’in­ten­tion d’en par­ler «par­tout dans la pro­vince, dans le Nord et dans le Sud».

Ro­bert Gau­vin ne se­ra pas le seul membre du ca­bi­net à par­ler le fran­çais. Le nou­veau mi­nistre de l’Édu­ca­tion et du Dé­ve­lop­pe­ment de la pe­tite en­fance, Do­mi­nic Car­dy est à l’aise dans la langue de Mo­lière.

Le seul autre dé­pu­té pro­gres­siste-con­ser­va­teur bi­lingue, Glen Sa­voie, n’a pas été nom­mé mi­nistre ven­dre­di. Blaine Higgs a ce­pen­dant pré­ci­sé qu’il le nom­me­ra lea­der du gou­ver­ne­ment en chambre, no­tam­ment parce qu’il parle les deux langues of­fi­cielles.

Les ob­ser­va­teurs re­mar­que­ront d’ailleurs que la res­pon­sa­bi­li­té des langues of­fi­cielles n’a pas été dé­lé­guée à un mi­nistre par Blaine Higgs.

Lors­qu’on lui a de­man­dé de quoi il en re­ve­nait, en mê­lée de presse, il a af­fir­mé qu’il se char­ge­ra lui-même de ce dos­sier, comme le pré­voit la Loi sur les langues of­fi­cielles (au lieu de re­mettre ce dos­sier à l’un des col­lègues comme l’avait fait Brian Gal­lant). ■

Le nou­veau vice-pre­mier mi­nistre du Nou­veau-Bruns­wick, Ro­bert Gau­vin, lors de sa pre­mière mê­lée de presse à titre de membre du ca­bi­net. - Aca­die Nou­velle: Pas­cal Raiche-Nogue

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.