Les chênes de Vi­my, puis­sants sym­boles de la ré­si­lience

Acadie Nouvelle - - JOUR DU SOUVENIR - Mor­gan Lo­wrie

En avril 1917, un sol­dat ca­na­dien se te­nant sur un champ de ba­taille ra­va­gé par la guerre en France a cueilli un sou­ve­nir à en­voyer à la mai­son: une poi­gnée de glands pro­ve­nant d’un chêne abat­tu sur la crête de Vi­my.

Au­jourd’hui, un siècle après la fin de la Pre­mière Guerre mon­diale, des chênes pro­ve­nant de ces glands ont com­men­cé à pous­ser dans des parcs et des cé­no­taphes à tra­vers le Ca­na­da. Et d’autres chênes de Vi­my ont fait le voyage de re­tour en France, où ils vont croître dans un nou­veau parc cen­te­naire à cô­té du Mo­nu­ment com­mé­mo­ra­tif du Ca­na­da à Vi­my.

Le pro­jet est ren­du pos­sible grâce au re­gret­té lieu­te­nant Les­lie Miller, qui a ras­sem­blé les glands du site dé­vas­té de la ba­taille de 1917 et les a plan­tés sur sa ferme à Scar­bo­rough, en On­ta­rio.

Ils ont pros­pé­ré dans leur nou­vel ha­bi­tat, et 10 d’entre eux se trouvent tou­jours sur un ter­rain qui ap­par­tient au­jourd’hui à l’Église bap­tiste chi­noise de Scar­bo­rough.

Ralph Co­le­man, vice-pré­sident du groupe à but non lu­cra­tif Legs des Chênes-De-Vi­my, a dit croire que ces arbres re­pré­sentent un puis­sant sym­bole des liens entre le Ca­na­da et la France et de la ré­si­lience des sol­dats.

«Il y a une telle sy­mé­trie», a-t-il dé­cla­ré à pro­pos des chênes en­voyés en France. «De la mort dé­coule la vie et la ré­gé­né­ra­tion, et la boucle se re­ferme.»

«Il n’y avait plus de chênes sur la crête de Vi­my, et main­te­nant les chênes qui ont gran­di au Ca­na­da et qui des­cendent de la crête de Vi­my ren­voient leurs propres des­cen­dants», at-il sou­li­gné.

Le parc en France, inau­gu­ré ven­dre­di en vue du cen­te­naire de la fin de la guerre, com­por­te­ra quatre an­neaux concen­triques re­pré­sen­tant les quatre di­vi­sions ca­na­diennes qui se sont bat­tues à Vi­my.

Des sen­tiers om­bra­gés of­fri­ront une vue di­recte sur le mo­nu­ment voi­sin.

Le parc de 1,6 hec­tare a été créé par la Fon­da­tion Vi­my, un or­ga­nisme de bien­fai­sance qui sen­si­bi­lise les Ca­na­diens à la ba­taille dé­ci­sive.

Se­lon M. Co­le­man, l’idée de ra­pa­trier les arbres a émer­gé au mi­lieu des an­nées 2000, lorsque Mon­ty Mc­Do­nald, fon­da­teur de Legs des Chênes-De-Vi­my, s’est ren­du sur le cé­lèbre champ de ba­taille et a réa­li­sé qu’au­cun des chênes d’ori­gine à Vi­my n’avait sur­vé­cu.

M. Mc­Do­nald avait tra­vaillé sur la ferme de M. Miller et le vé­té­ran de Vi­my était pour lui comme un grand-père.

En 2015, des bou­tures ont été pré­le­vées sur les arbres d’ori­gine à Scar­bo­rough et gref­fées sur des ra­cines dans une pé­pi­nière de Dun­das, en On­ta­rio, où elles ont com­men­cé à pous­ser pour de­ve­nir de nou­veaux arbres pou­vant être trans­por­tés par avion à Vi­my.

Le groupe es­pé­rait que le pro­jet se­rait prêt pour le cen­te­naire de la ba­taille en 2017, mais ce­la a échoué quand l’éclo­sion d’une ma­la­die af­fec­tant les chênes a conduit le gou­ver­ne­ment fran­çais à in­ter­dire les im­por­ta­tions d’arbres.

Au lieu de ce­la, M. Mc­Do­nald a ras­sem­blé les glands des arbres d’ori­gine et les a trans­por­tés en France par avion en 2016, où ils ont pous­sé dans une pé­pi­nière. ■

Un mar­queur de la place de Vi­my est pré­sen­té dans un parc de Mont­réal. L’ini­tia­tive s’ins­crit dans un pro­jet na­tio­nal qui ver­ra la crois­sance de chênes dans un nou­veau parc du Mo­nu­ment com­mé­mo­ra­tif du Ca­na­da, à Vi­my, en France. - La Presse ca­na­dienne: Gra­ham Hu­ghes

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.