Marche si­len­cieuse à Ship­pa­gan: «Nous avons un de­voir de mé­moire»

Acadie Nouvelle - - ACTUALITÉS - Guillaume Cyr [email protected]­die­nou­velle.com

Des ci­toyens de la Pé­nin­sule aca­dienne ne veulent plus que le si­lence triomphe au dé­tri­ment de la dé­non­cia­tion. Une cen­taine de per­sonnes se sont ras­sem­blées, jeu­di mi­di, pour une marche si­len­cieuse contre la vio­lence faite aux femmes à l’Uni­ver­si­té de Monc­ton, cam­pus Ship­pa­gan (UMCS).

Des fa­nions avaient été dis­tri­bués avant le dé­part. L’image est per­cu­tante: une sil­houette si­len­cieuse sur fond blanc est bran­die pen­dant la marche par les par­ti­ci­pants. «Nous avons un de­voir de mé­moire», si­gni­fie d’em­blée une des par­ti­ci­pantes, avant de com­men­cer.

Dans les rangs, Jo­ce­lyne Ker­ry, pré­si­dente de l’Ac­cueil Sainte-Fa­mille, est en charge de la mai­son d’hé­ber­ge­ment pour les femmes vic­times de vio­lence. Elle est contente de la ré­cep­tion. Le nombre de par­ti­ci­pants est beau­coup plus éle­vé que l’an der­nier, se­lon elle.

«Si on pou­vait mettre un éclai­rage sur la vio­lence pour qu’elle ne soit plus si­len­cieuse?», tonne Mme Ker­ry, avant la marche. L’im­por­tant est de se réunir, an­née après an­née, se­lon elle.

La pré­si­dente ajoute que le taux d’oc­cu­pa­tion a ce­pen­dant grim­pé au cou­rant de la der­nière an­née pour l’Ac­cueil Sainte-Fa­mille. Une in­di­ca­tion que les femmes dé­noncent plus qu’au­pa­ra­vant?

«On tra­vaille très fort pour ai­der les femmes vic­times de vio­lence tout au long de l’an­née», a-t-elle pré­ci­sé.

La co­or­don­na­trice, Émi­lie Ha­ché, de la Table de concer­ta­tion pour contrer la vio­lence conju­gale et fa­mi­liale de la Pé­nin­sule aca­dienne est contente du bon dé­rou­le­ment de l’évé­ne­ment. C’était la deuxième fois que l’évé­ne­ment se dé­rou­lait à l’UMCS, mais l’or­ga­ni­sa­tion en était à sa 15e marche.

La marche était or­ga­ni­sée le jour même de la tue­rie à l’école Po­ly­tech­nique de Mon­tréal (6 dé­cembre 1989), là où qua­torze femmes ont per­du la vie, 29 ans plus tôt.

MOT D’OU­VER­TURE ÉMOU­VANT

Alice Finn, pré­si­dente d’hon­neur de la marche a li­vré un dis­cours qui a fait vi­brer les cordes sen­sibles de plu­sieurs au­di­teurs de la salle. Elle était très émo­tive au mo­ment de prendre la pa­role en com­mé­mo­ra­tion de sa fille, Diane Finn Sa­voie, vic­time de la vio­lence conju­gale. «Elle était in­fir­mière di­plô­mée et se di­ri­geait à la maî­trise», a-t-elle dé­cla­ré, la voix trem­blo­tante.

Mme Finn ajoute que «mal­heu­reu­se­ment, les vic­times sont en­core trop nom­breuses» et que le pro­blème est loin d’être ré­glé.

La mère a pris la pa­role pour le dé­voi­le­ment de la sil­houette si­len­cieuse en mé­moire de sa fille. «La paix, l’amour et le res­pect, avant tout», ajoute-t-elle. ■

Les ci­toyens ont dé­fi­lé de­vant le cam­pus de l’Uni­ver­si­té de Monc­ton à Ship­pa­gan. Aca­die Nou­velle: Guillaume Cyr

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.