Le Tigre Géant s’an­non­ce­ra en fran­çais au Res­ti­gouche

Acadie Nouvelle - - ACTUALITÉS - res­ti­[email protected]­die­nou­velle.com @JFB­jour­na­liste

Afin de res­pec­ter le ca­rac­tère bi­lingue du Res­ti­gouche et en bonne par­tie en rai­son de la proxi­mi­té du marché fran­co­phone de la Gas­pé­sie, le ma­ga­sin Tigre Géant en construc­tion à Athol­ville s’af­fi­che­ra dans les deux langues officielles.

Le ma­ga­sin Tigre Géant ou­vri­ra ses portes au Mail Su­gar­loaf d’Athol­ville en mars, un client très at­ten­du qui com­ble­ra une bonne par­tie de l’es­pace va­cant ré­sul­tant de la fer­me­ture du Zel­lers il y a quelques an­nées.

Au cours des der­niers mois, beau­coup de tra­vaux de construc­tion ont eu lieu sur place. Ré­cem­ment, deux en­seignes ont été ins­tal­lées sur le pan­neau pu­bli­ci­taire du mail, deux en­seignes qui lais­saient pré­sa­ger que l’ap­pel­la­tion an­glo­phone – Giant Ti­ger – se­rait pri­vi­lé­giée à son pen­dant fran­co­phone, un geste qui au­rait pu heur­ter cer­taines sen­si­bi­li­tés. Mais il n’en est rien.

Joint à Ottawa, une porte-pa­role de la compagnie a confir­mé que les en­seignes de l’en­tre­prise se­ront bel et bien bi­lingues.

«Nous sommes cons­cients que cette communauté est bi­lingue et c’est la rai­son pour la­quelle nos en­seignes se­ront af­fi­chées dans les deux langues officielles du Nou­veauB­runs­wick. Il en se­ra de même pour la ban­nière ex­té­rieure. Lorsque le ma­ga­sin ou­vri­ra, nous al­lons nous as­su­rer de mettre de l’avant une ban­nière en fran­çais et une autre en an­glais», sou­ligne Cas­san­dra Es­trade.

Cette co­ha­bi­ta­tion d’en­seignes est plu­tôt rare dans la chaîne, voire même pos­si­ble­ment unique. À titre d’exemple, le ma­ga­sin de Ba­thurst – une ré­gion pour­tant bi­lingue à une heure à peine d’Athol­ville – em­ploie l’an­glais uni­que­ment pour sa rai­son so­ciale.

Se­lon Mme Es­trade, l’uti­li­sa­tion du fran­çais est gé­né­ra­le­ment confi­née aux ma­ga­sins du Qué­bec alors que l’an­glais est pri­vi­lé­gié ailleurs au pays. Mais Athol­ville, en rai­son de son étroite proxi­mi­té avec la Gas­pé­sie, a ame­né la di­rec­tion à re­con­si­dé­rer cette for­mule.

«Au Qué­bec, nous avons des ma­ga­sins dans des sec­teurs plus an­glo­phones, mais nous uti­li­sons tout de même le fran­çais (Tigre Géant) parce que nous sommes dans une pro­vince où la langue pre­mière est le fran­çais. À Athol­ville, on a été être très sen­sible à la ques­tion lin­guis­tique, car on sait que c’est im­por­tant pour la po­pu­la­tion du coin», note Mme Es­trade.

RAI­SON SO­CIALE

La mu­ni­ci­pa­li­té d’Athol­ville pos­sède de­puis 2011 un ar­rê­té mu­ni­ci­pal ré­gis­sant la langue d’af­fi­chage des com­merces. En fait, la mu­ni­ci­pa­li­té est la seule au Res­ti­gouche à pos­sé­der un tel ar­rê­té. Ce­lui-ci sti­pule que l’af­fi­chage com­mer­cial ex­té­rieur se doit d’être bi­lingue, mis à part la rai­son so­ciale (nom) du com­merce.

«On ne pour­rait pas de­man­der à un ma­ga­sin comme Ca­na­dian Tire ou Wal Mart par exemple de tra­duire leur nom. L’ob­jec­tif de l’ar­rê­té concer­nait sur­tout le reste de l’af­fi­chage», ex­plique le maire de l’en­droit, Mi­chel Sou­cy sou­li­gnant que le choix de Giant Ti­ger n’au­rait du coup pas contre­ve­nu pas à la loi mu­ni­ci­pale.

Ce­ci dit, dans une ré­gion et un marché à ma­jo­ri­té fran­co­phone – et qui plus est à deux pas de la Gas­pé­sie – il ap­plau­dit la dé­ci­sion de la di­rec­tion de Tigre Géant de faire éga­le­ment ap­pel à l’ap­pel­la­tion fran­çaise.

«Je suis très heu­reux de voir que l’en­tre­prise non seule­ment sou­haite s’im­plan­ter ici, mais qu’elle re­con­naît ce que l’on est en tant que ré­gion, que notre po­pu­la­tion est bi­lingue. C’est un plus pour eux, mais aus­si pour nous, les fran­co­phones. C’est un beau gage de res­pect, et je lève mon cha­peau à l’en­tre­prise d’avoir pris cette di­rec­tion», dit-il. ■

Le ma­ga­sin Tigre Géant ou­vri­ra ses portes au Mail Su­gar­loaf d’Athol­ville en mars. Aca­die Nou­velle: Jean-Fran­çois Bois­vert

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.