Caroline Sa­voie prête sa voix à la cause fran­co-on­ta­rienne

Acadie Nouvelle - - ARTS ET SPECTACLES - Syl­vie mos­seau syl­vie.mous­[email protected]­die­nou­velle.com @Syl­vieMous­seau1

Comme la quin­zaine de chan­teurs de la francophonie ca­na­dienne, Caroline Sa­voie n’en­tend pas bais­ser les bras. En se joi­gnant au pro­jet mu­si­cal à plu­sieurs voix, l’au­teure-com­po­si­trice-in­ter­prète de Dieppe rap­pelle l’im­por­tance de se te­nir de­bout pour pré­ser­ver les ac­quis des fran­co­phones.

À l'in­vi­ta­tion de la chan­teuse fran­coon­ta­rienne, Mé­lis­sa Oui­met, des ar­tistes de l'On­ta­rio, du Qué­bec et de l'Aca­die ont uni leurs voix dans une ré­in­ter­pré­ta­tion de la chan­son Per­sonne ne pour­ra m'ar­rê­ter afin d'ap­puyer la lutte des fran­co­phones en On­ta­rio contre les coupes dans les ser­vices en fran­çais. Mé­lis­sa Oui­met a re­vi­si­té cette chan­son de son ré­per­toire écrite par Amé­lie Larocque afin de l'adap­ter à la cause fran­co­phone. Elle a fait ap­pel à 15 ar­tistes, dont Ja­co­bus et Caroline Sa­voie de l'Aca­die.

«Ça montre qu'on est là pour res­ter, qu'on se tient de­bout et que nous sommes plu­sieurs de par­tout au pays qui en­voient un mes­sage où on dit qu'on n'est pas prêt à bais­ser les bras et à se faire mar­cher sur les pieds. C'est un mes­sage su­per puis­sant», a dé­cla­ré Caroline Sa­voie.

La vi­déo de la chan­son qui est de­ve­nue vi­rale a été par­ta­gée plus de 4000 fois. Des scènes de ma­ni­fes­ta­tions sont en­tre­cou­pées d'images où on voit les ar­tistes chan­ter et leurs villes d'ori­gine. Quand Mé­lis­sa Oui­met l'a ap­pro­chée, l'ar­tiste aca­dienne qui suit la ba­taille des Fran­co-On­ta­riens s'est tout de suite sen­tie in­ter­pel­lée. Elle a le sen­ti­ment que cette chan­son peut ré­son­ner à tra­vers tout le pays. Elle s'in­quiète de la si­tua­tion po­li­tique au Nou­veau-Bruns­wick et d'al­liances pos­sibles entre le gou­ver­ne­ment de Blaine Higgs et un par­ti qui «mé­prise la langue fran­çaise». Elle ap­pelle à la vi­gi­lance. Celle qui a gran­di à Dieppe a la cause fran­co­phone de ta­touer sur le coeur. Elle se ré­jouit de voir les com­mu­nau­tés fran­co­phones du pays se te­nir de­bout.

«Il y a en­core beau­coup de tra­vail à faire, ça, j'en suis consciente. Mais je ne suis pas prête à ac­cep­ter que l'on prenne des mil­liers de pas en ar­rière. Je ne suis pas prête à ac­cep­ter que l'on se fasse mar­cher sur les pieds...», a-t-elle pu­blié sur sa page Fa­ce­book.

La chan­son a été en­re­gis­trée à la fin no­vembre dans un stu­dio à Mon­tréal. Caroline Sa­voie

«J'ai gran­di dans une pro­vince bi­lingue où j'étais une mi­no­ri­té lin­guis­tique, alors pour moi, faire par­tie de ça, c'est su­per émou­vant et de voir les autres qui vivent la même chose que moi, c'est très ras­sem­bleur», a-t-elle ajou­té.

«Per­sonne ne pour­ra chan­ger ma voix, mon iden­ti­té… J’irai en­core plus loin», chantent-ils dans cette pièce poi­gnante et ras­sem­bleuse.

«Ç’a m’a ému de voir tous les Fran­co-On­ta­riens parce que c’est rare de ras­sem­bler au­tant d’ar­tistes fran­co­phones d’un peu par­tout au pays dans une chan­son. Ça en­voie un mes­sage en­core plus fort.»

Mé­lis­sa Oui­met – Gra­cieu­se­té

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.