Ja­ni Ba­bi­neau «nage dans le bon­heur»

Acadie Nouvelle - - SPORTS -

Do­mi­nic Ba­bi­neau dit se sen­tir plus ex­ci­té que de cou­tume en vue du ga­la du 15 dé­cembre au club Lions de Monc­ton. Et la cou­pable de son état d’es­prit est évi­dem­ment sa soeur Ja­ni.

«Elle est vrai­ment en ex­cel­lente forme, sou­tient-il. Les gens vont re­voir le 15 dé­cembre la Ja­ni du temps qu’elle était chez les ama­teurs. Elle est tout le contraire de ce qu’elle était lors de son pre­mier et seul com­bat pro­fes­sion­nel en mars 2011. Ja­ni n’avait pas fait ses dé­buts pro­fes­sion­nels pour les bonnes rai­sons à l’époque. Elle bu­vait, elle se dro­guait et elle ne s’en­traî­nait pas. Tout ce qu’elle vou­lait dans le temps c’était de se voir dans le journal.»

«La Ja­ni d’au­jourd’hui est là pour les bonnes rai­sons. Elle

s’est en­traî­née sé­rieu­se­ment et elle est prête. Écoute, elle a même un six pack sur le ventre», lance-t-il sur un ton ad­mi­ra­tif.

«J’ai un sen­ti­ment de fier­té à la re­gar­der al­ler. Pour­tant, il y a un an, j’avais dit à mes pa­rents qu’elle ne se­rait pas long­temps avec nous si elle conti­nuait comme ça. C’est in­croyable le chan­ge­ment qui s’est opé­ré en elle de­puis. Je ne l’ai ja­mais vu en si bonne forme de sa vie», men­tionne-t-il.

La belle condi­tion phy­sique de Ja­ni est d’ailleurs confir­mée par la prin­ci­pale in­té­res­sée.

«Je j’ai ja­mais été aus­si en forme même chez les ama­teurs, jure-t-elle. J’ai tel­le­ment hâte du 15 dé­cembre. Je suis très ex­ci­tée. Ça fait dé­jà deux se­maines que j’ai des pa­pillons dans le ventre. Je nage dans le bon­heur.»

Pas ques­tion tou­te­fois de jouer le jeu des pré­dic­tions. Elle sait sur­tout très bien que ce se­rait pré­somp­tueux de sa

part de le faire, elle qui s’est fait cor­ri­ger par l’On­ta­rienne Aman­da Beau­din lors de son seul duel chez les pro­fes­sion­nelles en 2011. Et mal­gré ses mul­tiples rondes d’en­traî­ne­ment face la boxeuse amateur Ka­thryn Yeo­mans dans les der­niers mois, la pu­gi­liste âgée de 28 ans n’est pas sans sa­voir que son op­po­sante, la Mexi­caine Es­te­fa­nia Oroz­co (1v, 2d), a plus d’ex­pé­rience qu’elle. «Je suis confiante, mais je suis aus­si sur mes gardes. Je pré­fère ne rien pré­dire. Je ne connais même pas le back­ground de mon ad­ver­saire. Tout ce que je sais est que je suis dé­jà à mon poids de com­bat (112 livres) et que je vais pro­ba­ble­ment por­ter un maillot bleu blanc et rouge comme les cou­leurs de l’Aca­die», dit-elle avec hu­mour.

«Et mon père (Éric) se­ra aus­si dans mon coin. D’ailleurs, le plus dif­fi­cile pour nous deux se­ra de ne pas se mettre à brailler avant que le com­bat ne com­mence», ajoute-telle en riant aux éclats. - RL

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.