Bi­lin­guisme: une idée du maire Si­mard fait son che­min

Acadie Nouvelle - - ACTUALITÉS - Mathieu Roy-Comeau [email protected]­die­nou­velle.com

L’idée du maire d’Ed­mund­ston de créer une com­mis­sion sur l’édu­ca­tion et le bi­lin­guisme au Nou­veau-Bruns­wick fait son che­min à Fre­de­ric­ton.

Cy­rille Si­mard a ren­con­tré jeu­di le mi­nistre de l’Édu­ca­tion et du Dé­ve­lop­pe­ment de la pe­tite en­fance, Do­mi­nic Car­dy, et ses deux sous-mi­nistres, pour dis­cu­ter de sa pro­po­si­tion pour faire avan­cer le bi­lin­guisme dans la pro­vince.

M. Si­mard s’était d’abord tour­né vers Twit­ter le 1er jan­vier pour pro­po­ser la créa­tion d’une «com­mis­sion stra­té­gique» sur l’édu­ca­tion et le bi­lin­guisme à l’oc­ca­sion du 50e anniversaire du bi­lin­guisme of­fi­ciel dans la pro­vince.

«Com­ment peut-on mettre en branle une dé­marche pu­blique qui touche le bi­lin­guisme et l’édu­ca­tion de fa­çon stra­té­gique (...) pour faire en sorte que dans 20 ans nous puis­sions nous s’ins­tal­ler et dire que nous avons fait des pro­grès sub­stan­tiels parce que nous avons po­sé des gestes struc­tu­rants qui ont ré­glé une par­tie des pro­blèmes que l’on ren­contre sur une base ré­gu­lière et ré­cur­rente dans notre pro­vince?», ex­plique-t-il en en­tre­vue.

À son avis, il se­rait pos­sible de se ser­vir du sys­tème d’édu­ca­tion, mais aus­si de l’édu­ca­tion dans son sens large, pour avoir plus de ci­toyens bi­lingues, plus de mo­bi­li­té et de par­tage entre les com­mu­nau­tés, plus d’en­tre­prises qui réus­sissent à cause du bi­lin­guisme et «plus de paix so­ciale».

«Les fran­co­phones ne dé­mé­na­ge­ront pas à l’ex­té­rieur et les an­glo­phones non plus. C’est donc la ques­tion du vivre en­semble et de la paix so­ciale», ré­sume Cy­rille Si­mard.

Même s’il ad­met qu’il s’agit d’un su­jet sen­sible qui n’est pas à l’abri des dé­ra­pages, M. Si­mard croit que ce n’est pas une rai­son suf­fi­sante pour glis­ser la ques­tion sous le ta­pis.

«Après 50 ans, j’es­père que nous avons suf­fi­sam­ment d’ac­quis pour pou­voir abor­der la ques­tion avec un re­gard neuf en 2019. On ne peut pas faire la pro­mo­tion de la stag­na­tion.»

«Je ne m’at­tends pas à ce que nous re­met­tions en cause les droits lin­guis­tiques. Pour moi, ce sont des as­sises fon­da­men­tales sur les­quelles il faut bâ­tir.»

PRO­JET DE SO­CIÉ­TÉ

Do­mi­nic Car­dy avait dé­jà com­men­cé à tra­vailler sur un concept si­mi­laire lors­qu’il a aper­çu la pro­po­si­tion du maire d’Ed­mund­ston. Le mi­nistre de l’Édu­ca­tion n’a donc pas hé­si­té à sai­sir l’oc­ca­sion.

«C’est clair pour moi que l’une des choses dont il faut vrai­ment s’oc­cu­per dans le sys­tème d’édu­ca­tion, c’est le fait qu’il y a en­core des di­vi­sions lin­guis­tiques et cultu­relles dans la pro­vince», avance M. Car­dy.

«On a vu les ré­sul­tats des élec­tions, c’est très clair. Et on ne gagne rien si on ne dis­cute pas des choses dif­fi­ciles.»

Si les contours de la com­mis­sion stra­té­gique sur l’édu­ca­tion et le bi­lin­guisme sont en­core loin d’avoir été dé­fi­nis, MM. Car­dy et Si­mard s’en­tendent tous les deux pour dire qu’elle de­vrait être dif­fé­rente des com­mis­sions qui se contentent de par­ler à des ex­perts avant de pro­duire un long rap­port qui se re­trou­ve­ra sur une ta­blette.

Les deux hommes misent no­tam­ment beau­coup sur la par­ti­ci­pa­tion des ci­toyens.

«À mon avis, ce dont on a be­soin c’est d’un pro­jet de so­cié­té sur le sys­tème d’édu­ca­tion, ex­plique Do­mi­nic Car­dy. Com­ment al­lons-nous uti­li­ser le sys­tème d’édu­ca­tion pour créer le Nou­veau-Bruns­wick que nous vou­lons pour les dé­cen­nies qui ar­rivent.»

«Si nous n’ar­ri­vons pas à avoir un sys­tème d’édu­ca­tion qui réus­sit à bien for­mer nos en­fants dans les deux langues dans un ni­veau que nous pou­vons com­mu­ni­quer l’un à l’autre (...) com­ment est-ce que nous al­lons faire (pour y ar­ri­ver)?»

Le mi­nistre de l’Édu­ca­tion as­sure lui aus­si que l’ob­jec­tif n’est pas de re­mettre en ques­tion les ac­quis de la mi­no­ri­té fran­co­phone.

«Je veux dire très clai­re­ment à la com­mu­nau­té fran­co­phone que ses droits ne sont pas me­na­cés avec cet exer­cice. Si c’était le cas, je ne par­ti­ci­pe­rais pas au pro­gramme.» ■

Cy­rille Si­mard - Ar­chives

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.