KE­VIN VICKERS CHANGE LA DONNE POUR LES LI­BÉ­RAUX

Acadie Nouvelle - - ACTUALITÉS -

Ke­vin Vickers a connu une car­rière ex­cep­tion­nelle dans la GRC avant de de­ve­nir un hé­ros en abat­tant un tueur au Par­le­ment. - Ar­chives

GRC des fonc­tions im­por­tantes au ni­veau na­tio­nal où il fut res­pon­sable du ser­vice aux Pre­mières na­tions. Son tra­vail au Par­le­ment et comme am­bas­sa­deur l’au­ra cer­tai­ne­ment sen­si­bi­li­sé aux réa­li­tés éco­no­miques et so­ciales de notre pro­vince.

Un com­men­ta­teur po­li­tique cette se­maine l’a qua­li­fié d’étran­ger. À ce­ci, je ré­ponds que son en­ga­ge­ment à l’égard de son pays ne fait pas de lui un étran­ger, au contraire. Il est al­lé ac­qué­rir les com­pé­tences dont un lea­der au­ra be­soin pour di­ri­ger notre pro­vince. Qui plus est, pas dif­fi­cile de faire mieux que Blaine Higgs qui re­con­naît lui-même qu’il n’avait ja­mais vi­si­té le nord du Nou­veauB­runs­wick avant d’être en po­li­tique. Il im­pres­sionne par sa vo­lon­té de rap­pro­cher les com­mu­nau­tés et fus­tige la coa­li­tion po­pu­liste qui nous gou­verne.

Il y a loin bien sûr de la coupe aux lèvres et il est un peu tôt pour dé­si­gner un vain­queur dans une course qui s’an­nonce in­té­res­sante. Vickers doit en­core prou­ver de quel bois il se chauffe.

Mais il faut re­con­naître que son dos­sier pa­raît im­pres­sion­nant. Son ar­ri­vée dans la course re­donne en quelque sorte l’avan­tage de la glace aux li­bé­raux, qui pour­ront en­vi­sa­ger main­te­nant la pos­si­bi­li­té de dé­faire le gou­ver­ne­ment et de pré­sen­ter de nou­velles op­tions à la po­pu­la­tion. M. Vickers est le bien­ve­nu dans cette lutte!

Cor­rec­tion: Je dois re­con­naître que j’ai dit des faus­se­tés dans ma chro­nique de la se­maine der­nière. Les si­khs de l’Al­ber­ta, de la Co­lom­bie-Bri­tan­nique et du Ma­ni­to­ba peuvent être exemp­tés du port du casque de sé­cu­ri­té en mo­to­cy­clette. Toutes mes ex­cuses.

Es-tu ce­lui qui doit ve­nir ou de­vons-nous en at­tendre un autre?

- Mat­thieu 11:3

S’il n’existe pas de mi­racle en po­li­tique, la chose la plus près de ce­la pour les li­bé­raux pour­rait s’ap­pe­ler Ke­vin Vickers. Alors que les li­bé­raux ont ter­mi­né l’an­née en état de choc et pas­sa­ble­ment di­vi­sés sur l’ave­nir du par­ti, voi­là que du jour au len­de­main, l’in­té­rêt dé­mon­tré par l’am­bas­sa­deur du Ca­na­da en Ir­lande pour la chef­fe­rie li­bé­rale change consi­dé­ra­ble­ment la donne. Bien cer­tai­ne­ment, tout le monde a en­ten­du par­ler de cet an­cien agent de la GRC de­ve­nu un hé­ros quand il s’est ser­vi de son arme au Par­le­ment pour neu­tra­li­ser un ti­reur qui ve­nait d’abattre un mi­li­taire. Ce­pen­dant, peu de gens connaissent Ke­vin Vickers, ori­gi­naire de Mi­ra­mi­chi, qui a fait une car­rière ex­cep­tion­nelle dans la GRC avant d’at­teindre la célé­bri­té qu’on lui connaît.

Il est le fils d’un des fon­da­teurs de la Nor­thum­ber­land Coop, et re­con­naît que l’en­ga­ge­ment co­opé­ra­tif de sa fa­mille lui a per­mis de connaître un Nou­veauB­runs­wick ou­vert au par­tage et au res­pect des autres.

Vickers com­prend très vite que s’il veut faire une dif­fé­rence comme po­li­cier il de­vra être bi­lingue. Pour lui, ce­la est tout à fait na­tu­rel car sa vi­sion du Nou­veauB­runs­wick com­prend les an­glo­phones, les fran­co­phones et les Au­toch­tones. Il se­ra ins­tru­men­tal dans la ré­so­lu­tion du conflit à Burnt Church, et se­ra su­per­vi­seur du dé­ta­che­ment de la GRC dans la Pé­nin­sule aca­dienne du­rant la pre­mière crise du crabe à la fin des an­nées 1990. Re­con­nu pour son franc par­lé et ses qua­li­tés de ras­sem­bleur, il oc­cu­pe­ra à la

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.