Acadie Nouvelle : 2019-01-12

ACTUALITÉS : 4 : 4

ACTUALITÉS

4 ACTUALITÉS | ACADIE NOUVELLE SAMEDI 12 JANVIER 2019 La Commission de police du NouveauBrunswick étudiera le comportement des deux agents de la Force de police de Bathurst lors de ce jour fatidique. Elle cherchera à établir si la preuve est suffisante pour déterminer un «bris au code de conduite» à la suite de leurs agissements avant, pendant et après l’intervention qui a coûté la vie de l’homme d’affaires de Tracadie âgé de 51 ans. L’audience d’arbitrage se déroulera à Bathurst et est ouverte au public, selon le code de déontologie professionnelle de la Loi sur la police. Tous les éléments de preuve seront alors connus. Elle vise à déterminer les mesures correctives relatives à la plainte de la Force policière de Bathurst contre les deux agents impliqués. «Le dénonciateur à Échec au crime est la clé de l’histoire. C’est l’excuse pour tuer Michel. Notre famille vit une grande injustice. Nous pensons à Michel tous les jours», a-t-il confié. À la veille de ce triste anniversaire, Sylvie Vienneau, la mère de la victime, trouve cette période difficile. Les deux policiers sont passibles de mesures disciplinaires allant de la réprimande verbale au congédiement. Autant la Force policière de Bathurst que la Ville de Bathurst n’ont voulu commenter la situation, lorsque jointes par le journal, cette semaine. Le 12 janvier 2015, Michel Vienneau et Annick Basque revenaient d’un voyage en train de Montréal. Les deux policiers, habillés en civils, étaient à la gare de Bathurst à la suite d’un appel anonyme fait à Échec au crime, qui stipulait que M. Vienneau transportait un chargement de drogue. L’enquête qui a suivi a blanchi la victime de ces soupçons. Les deux policiers se seraient approchés du véhicule ciblé. Selon le témoignage d’Annick Basque, le couple a cru avoir affaire à des criminels ou à des terroristes. Le véhicule du couple a avancé en direction du constable Bulger et l’aurait heurté à une jambe. Craignant pour la sécurité de son collègue, le policier Mathieu Boudreau a tiré quatre coups de feu en direction du conducteur. En février 2017, la cour a abandonné les «On se demande toujours pourquoi et ça fait quatre ans maintenant… C’est triste. Ça réveille nos peines et nous avons besoin de réconfort. C’est arrivé pour rien», a-t-elle accepté de partager avec le journal. L’entreprise Liaison électronique de Tracadie, qui appartenait à Michel Vienneau, sera fermée samedi afin de commémorer le quatrième anniversaire du décès. ■

© PressReader. All rights reserved.