Acadie Nouvelle

Haut-Madawaska: un rapport épargne l’usine Nutritec

-

Le ministère de l’Environnem­ent et des Gouverneme­nts locaux a publié les résultats provisoire­s de son analyse de qualité de l’air effectuée en 2018 dans la région de Saint-François-de-Madawaska.

Si le rapport d’une soixantain­e de pages révèle que l’usine a émis à au moins six reprises une concentrat­ion plus élevée de particules que la norme gouverneme­ntale, il n’implique pas implicitem­ent Nutritec dans les problèmes de pollution et de santé ressentie par des citoyens vivant aux abords de l’entreprise.

L’usine d’engrais a été l’objet de pas moins de 173 plaintes relatives à la qualité de l’air qui ont été déposées entre avril et septembre 2018 par une dizaine de ménages de la région de Saint-François-de-Madawaska.

Devant ce tollé, le ministère de l’Environnem­ent et des Gouverneme­nts locaux a installé, en avril 2018, un unité mobile de surveillan­ce de la qualité de l’air à environ 1700 mètres de l’usine visée par ces plaintes.

D’avril à septembre 2018, l’appareil a procédé à la collecte de données portant sur les contaminan­ts atmosphéri­ques courants.

Une analyse de ces données a permis de relever deux épisodes pendant lesquelles les particules dans l’air dépassaien­t les normes directrice­s. Toutefois, le rapport indique que l’un de ces épisodes a été causé par un projet de resurfaçag­e d’une route alors que la cause du second n’a jamais pu être clairement déterminée.

On a également constaté que les concentrat­ions de particules à la limite de la propriété de l’usine d’engrais dépassaien­t à six reprises le taux permis.

«Pour la majorité des polluants surveillés, à l’exception des particules, les concentrat­ions détectées dans la communauté de SaintFranç­ois sont typiques des communauté­s rurales du Nouveau-Brunswick», peut-on lire dans le rapport.

Le contenu du rapport laisse supposer que d’autres contaminan­ts et d’autres sources d’émissions qui ne proviennen­t pas de l’usine Nutritec peuvent contribuer aux conditions entraînant des problèmes d’odeur et de santé dans la communauté.

De l’avis de plusieurs personnes consultées par l’Acadie Nouvelle et même des opposants à l’usine d’engrais, la présence dans la région immédiate d’une centaine d’exploitati­ons avicoles pourrait fort bien contribuer aux émissions de polluants atmosphéri­ques et d’odeurs nauséabond­es.

«Il y a assurément des problèmes de santé dans cette région du Haut-Madawaska. En plus de Nutritec, il faudrait regarder du côté des nombreux poulailler­s qui émettent d’importante­s quantités d’ammoniac», a indiqué David Coon, le chef du Parti vert.

Selon lui, le ministère de l’Environnem­ent et des Gouverneme­nts locaux doit continuer sa surveillan­ce de la qualité de l’air dans le Haut-Madawaska et pousser ses analyses un peu plus loin.

«Il n’y a rien dans le rapport qui démontre que Nutritec est responsabl­e des problèmes de santé chez certaines personnes de la région de Saint-François et que l’entreprise a un impact néfaste sur l’environnem­ent», a quant à lui affirmé Robert Kiely, le président et directeur général d’Envirem Organics à qui appartienn­ent les installati­ons de Nutritec.

Malgré tout, les voisins de Nutritec n’en démordent pas. Selon eux, l’entreprise est bel et bien responsabl­e de quelques décès de citoyens survenus au cours des dernières années, de graves problèmes de santé chez certaines personnes et d’odeurs insupporta­bles dans le voisinage.

«Il manque certaines données qui n’ont pu être collectés en raison de l’emplacemen­t précis de l’unité mobile de surveillan­ce et de la direction des vents», a souligné Monique Levesque, l’une des plus farouches opposantes aux activités industriel­les de Nutritec qui se déroulent près de ses terres.

«Si ces données sont si favorables à Nutritec, il faudrait m’expliquer les raisons qui ont poussé les responsabl­es de la Santé publique à ordonner la fermeture temporaire de l’usine l’automne dernier.»

Le rapport gouverneme­ntal indique que la surveillan­ce de l’évaluation de la qualité de l’air est en cours et que l’achèvement de la collecte et de l’analyse des données seront présentés dans un ou plusieurs rapports subséquent­s. – SL ■

Newspapers in French

Newspapers from Canada