Fin des pro­duits plas­tiques à usage unique: pas de contra­dic­tion avec l’ACÉUM

L’in­ter­dic­tion ca­na­dienne de cer­tains pro­duits en plas­tique à usage unique dès 2021 ne contre­vien­drait pas à l’ac­cord Ca­na­da-États-Unis-Mexique (ACÉUM), mais cer­tains in­ter­ve­nants croient qu’elle pour­rait être in­com­pa­tible avec l’es­prit de l’en­tente.

Acadie Nouvelle - - ÉCONOMIE - James McCar­ten La Presse Ca­na­dienne

La Plas­tics In­dus­try As­so­cia­tion, une or­ga­ni­sa­tion amé­ri­caine éta­blie à Wa­shing­ton, a ex­pri­mé son désac­cord sur cette pro­po­si­tion du gou­ver­ne­ment Tru­deau. Mer­cre­di, le mi­nistre fé­dé­ral de l’En­vi­ron­ne­ment, Jo­na­than Wil­kin­son, a an­non­cé la liste de pro­duits en plas­tique à usage unique, comme les pailles et les sacs en plas­tique, qui se­ront ban­nis au pays en fonc­tion de la Loi ca­na­dienne sur la pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment d’ici la fin de 2021.

«En iden­ti­fiant le plas­tique comme ‘’sub­stance toxique’’, le gou­ver­ne­ment ca­na­dien im­pose une po­li­tique qui pour­rait avoir de sé­rieux im­pacts né­ga­tifs sur la san­té des ci­toyens», sou­tient le pré­sident de la Plas­tics In­dus­try As­so­cia­tion, To­ny Ra­dos­zews­ki.

Le mois der­nier, un autre or­ga­nisme amé­ri­cain, le Vi­nyl Ins­ti­tute, avait aus­si ex­pri­mé ses ré­ti­cences de­vant la vo­lon­té du gou­ver­ne­ment fé­dé­ral, ju­geant que ban­nir les pro­duits en plas­tique à usage unique pour­rait «af­fai­blir» le nou­vel ACÉUM, qui est en­tré en vi­gueur en juillet der­nier.

M. Wil­kin­son et les avo­cats du gou­ver­ne­ment ont tou­te­fois ba­layé ces cri­tiques du re­vers de la main lors de l’an­nonce mer­cre­di. Le mi­nistre a alors an­non­cé qu’elles étaient «sim­ple­ment in­fon­dées».

«Notre pro­po­si­tion vise à s’as­su­rer que tous les pro­duits, peu im­porte qu’ils soient fa­bri­qués ici ou ailleurs, sont trai­tés de la même fa­çon», a ex­pli­qué M. Wil­kin­son en con­fé­rence de presse.

Cer­taines dis­po­si­tions de l’ac­cord Ca­na­daÉ­tats-Unis-Mexique, qui a rem­pla­cé l’ac­cord de libre-échange nord-amé­ri­cain (ALÉNA), pré­voient des ex­cep­tions pour les «me­sures en­vi­ron­ne­men­tales né­ces­saires à la pro­tec­tion de la vie ou de la san­té hu­maine, ani­male ou vé­gé­tale.»

Tou­te­fois, l’es­prit de co­opé­ra­tion dans le­quel s’est ins­crit cet ac­cord pré­voit aus­si qu’un pays doit consul­ter les deux autres na­tions avant d’im­po­ser de nou­velles res­tric­tions, se­lon un avo­cat spé­cia­li­sé dans les re­la­tions com­mer­ciales entre le Ca­na­da et les ÉtatsU­nis, Dan Ujc­zo.

«Il s’agit d’une cause dif­fi­cile à dé­fendre avec les clauses sur la san­té, la sé­cu­ri­té et la pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment de l’ACÉUM», a in­di­qué M. Ujc­zo.

Ce­pen­dant, le cha­pitre 12 de l’ac­cord pré­voit une en­tente, «du moins en prin­cipe», qui oblige les trois par­te­naires à «s’ar­rê­ter et à se consul­ter» lors­qu’ils pré­voient im­po­ser de nou­velles me­sures qui au­ront un im­pact sur dif­fé­rents ma­té­riaux, dont cer­tains pro­duits chi­miques et cer­tains plas­tiques, se­lon M. Ujc­zo.

Se­lon You­my Han, porte-pa­role de la mi­nistre du Com­merce in­ter­na­tio­nal, Ma­ry Ng, le Ca­na­da prend «très au sé­rieux» ses res­pon­sa­bi­li­tés dic­tées par l’ACÉUM.

«En fonc­tion de nos po­li­tiques com­mer­ciales, le nou­vel ALÉNA n’em­pêche en au­cun cas le Ca­na­da de prendre des me­sures strictes pour pro­té­ger l’en­vi­ron­ne­ment», a in­di­qué Mme Han. ■

- Archives

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.