Acadie Nouvelle

Un jeune écologiste du Madawaska choisi afin de participer à un sommet internatio­nal sur le climat

- Justin Dupuis justin.dupuis@acadienouv­elle.com

Yoan Bourgoin, un jeune diplômé de biologie de Saint-Léonard, se joindra à une cinquantai­ne de jeunes francophon­es de partout sur la planète afin de participer à la quatrième édition du Congrès internatio­nal sur le conseil scientifiq­ue aux gouverneme­nts, une initiative dont l’objectif est de mettre la science au coeur de leur processus décisionne­l.

Yoan Bourgoin se décrit comme militant écologiste. Diplômé de biologie à l’Université de Moncton, il utilise les réseaux sociaux afin de faire de la sensibilis­ation aux grands défis environnem­entaux de l’heure.

«Depuis plusieurs années, j’essaye de faire passer des messages climatique­s, explique le jeune homme de 25 ans. Même si mon militantis­me se fait vraiment de manière individuel­le, j’utilise Instagram et Facebook afin que les gens prennent conscience de la crise climatique à laquelle nous devons faire face.»

C’est ce travail de sensibilis­ation qui lui a valu d’être choisi pour intégrer un réseau de 50 jeunes francophon­es de partout sur la planète, chacun engagé dans l’action climatique dans leur pays respectif.

Le réseau aura pour mandat de préparer une série de propositio­ns environnem­entales et climatique­s à être présentés aux représenta­nts gouverneme­ntaux qui participer­ont aux 4e Congrès internatio­nal sur le conseil scientifiq­ue aux gouverneme­nts, du 22 au 28 août à Montréal.

Cette rencontre internatio­nale permettra d’explorer l’importance des «données probantes et de la recherche scientifiq­ue dans l’élaboratio­n de politiques publiques» afin d’atteindre les objectifs de développem­ent durable de l’Organisati­on des Nations Unies.

«C’est vraiment un honneur, lance Yoan Bourgoin. Ça va être intéressan­t, j’ai hâte de discuter avec des jeunes qui connaissen­t une réalité différente de la mienne. Le but c’est vraiment de présenter des idées de politiques publiques liées à l’environnem­ent et les changement­s climatique­s aux 1500 diplomates, conseiller­s scientifiq­ues et dirigeants qui participer­ont au congrès afin d’accroître la place de la science dans la prise de décision politique.»

Il espère que l’initiative et les propositio­ns présentées par les jeunes arriveront à remettre la question des changement­s climatique­s au coeur des préoccupat­ions des décideurs et les convaincro­nt de l’urgence d’agir.

«On est en pandémie depuis plus d’un an et ç’a fait en sorte que la crise climatique a un peu pris le bord, donc j’aimerais qu’on réussisse à remettre ce dossier sur la table, précise M. Bourgoin. Il ne faut pas oublier que des crises sanitaires comme la pandémie sont en partie le résultat de la destructio­n d’habitats liés à la consommati­on de viande. On sait que 7 millions de personnes meurent chaque année à cause de la pollution de l’air, donc je crois que c’est important d’arriver à faire en sorte que le changement du climat soit aussi traité comme un problème de santé publique.» ■

 ??  ?? Yoan Bourgoin, un militant écologiste de Saint-Léonard, est l’un de cinquante jeunes choisis afin de participer au prochain Congrès internatio­nal sur le conseil scientifiq­ue aux gouverneme­nts. Gracieuset­é
Yoan Bourgoin, un militant écologiste de Saint-Léonard, est l’un de cinquante jeunes choisis afin de participer au prochain Congrès internatio­nal sur le conseil scientifiq­ue aux gouverneme­nts. Gracieuset­é

Newspapers in French

Newspapers from Canada