Ron FouRnieR se Re­met d’un can­ceR

Allô Vedettes - - SANTÉ - Luc De­non­court

Le po­pu­laire ani­ma­teur de ra­dio Ron Fournier a ré­vé­lé lors de son pas­sage à l’émis­sion Puis­qu’il faut se le­ver, au 98,5, qu’il avait re­çu un diag­nos­tic de can­cer il y a quelques mois.

L’homme de 69 ans avait pris la dé­ci­sion de res­ter dis­cret: «J’avais des cel­lules can­cé­reuses et, du jour au len­de­main, ma vie − et celle de Chan­tal, mon épouse − a bas­cu­lé. Elle a été d’une aide et d’un sou­tien in­croyable. J’ai es­sayé d’être dis­cret pour ne pas créer de vagues. J’ai pas­sé par l’en­fer pen­dant six à huit mois et je n’ai pas ar­rê­té de tra­vailler. Main­te­nant, 16 mois plus tard, il est im­por­tant pour moi de dire aux hommes d’al­ler pas­ser les tests de dé­pis­tage.» Il men­tionne qu’il a eu l’ap­pui de sa femme dans ses dé­ci­sions tout au long du pro­ces­sus: «Je me suis de­man­dé si je conti­nuais de tra­vailler ou si je pro­fi­tais de la vie. Mais pour moi, pro­fi­ter de la vie, c’est conti­nuer à tra­vailler. J’ai eu l’ap­pui de mon épouse dans ma dé­ci­sion. J’ai du fun à faire ça et je me sens vi­vant.»

Quand Paul Ar­cand lui a de­man­dé si sa san­té était bonne main­te­nant, Ron Fournier a ajou­té qu’il était heu­reux d’en par­ler: «Le plus dif­fi­cile pour moi, et pour Chan­tal sur­tout, c’était de gar­der ça pour nous. Avec le re­cul, je pense que c’est une er­reur. J’au­rais dû en par­ler en pu­blic. Comme je ne sa­vais pas si j’al­lais mou­rir, je ne vou­lais pas que les gens vivent ça. Je vou­lais at­tendre d’avoir les ré­sul­tats que j’ai ob­te­nus il y a quatre mois.»

«J’ai pas­sé par l’en­fer.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.