Gi­nette ma­Gique, Lance StroLL top­mo­dèLe, et Le re­tour d’ar­noLd

Allô Vedettes - - OH MY GOD! -

le per­son­nage de Brad­ley, ter­ras­sé par ses pro­blèmes de drogue et d’al­cool, craque pour Al­ly, cette chan­teuse qui de­vien­dra avec le temps très po­pu­laire. Les scènes in­times entre les deux stars, c’est à faire pleu­rer, et une com­pli­ci­té sem­blable au ci­né­ma, en ce qui me con­cerne, c’est presque du ja­mais vu. Le na­tu­rel de la Gaga est unique, et, oui, je suis prêt à pa­rier quelques sous que ce n’est qu’un dé­but pour elle dans l’uni­vers du sep­tième art.

Mais ce qui m’a ému drô­le­ment, c’est quand j’ai écou­té la bande-an­nonce de A Star Is Born, qui est ex­tra. La fa­çon dont GAGA in­ter­prète La vie en rose, ça m’a don­né un fris­son que je ne pour­rai ja­mais ou­blier, et, oui, je peux vous ju­rer que du­rant plu­sieurs heures, je ne me suis même plus sou­ve­nu de l’in­ter­pré­ta­tion de Piaf, qui a tou­jours été trou­blante et ex­cep­tion­nelle, de cette chan­son tra­duite dans toutes les langues dans des in­ter­pré­ta­tions bien dif­fé­rentes, dont celle de Grace Jones. En toute hon­nê­te­té, je me dois de vous conseiller d’al­ler vi­sion­ner le plus ra­pi­de­ment pos­sible Star Is Born… qui est un mo­ment de di­ver­tis­se­ment et d’émo­tions ma­giques. Un bi­jou!

AAc­com­pa­gnée par son fils Pas­ca­lin, notre Gi­nette na­tio­nale a été ex­cep­tion­nelle lors de l’hom­mage na­tio­nal à Lise Payette, et la fa­çon dont elle a in­ter­pré­té Un peu plus haut… je ne pour­rai ja­mais l’ou­blier. Pour ce qui est de son 40e al­bum, c’est du bon­bon, et c’est du Re­no à son meilleur. Mes deux chan­sons pré­fé­rées sont On ne fait que pas­ser et L’amour à dé­fendre. La chan­teuse n’a ja­mais été aus­si en voix, et sa nou­velle coif­fure avec la che­ve­lure longue… j’adore…! À ache­ter ab­so­lu­ment.

Oui, on sait que l’em­pire de Mi­chael Kors, le cé­lèbre de­si­gner, vient d’ache­ter pour plus de deux mil­liards de dol­lars US la griffe in­ter­na­tio­nale Ver­sace. Et comme on le sait tous, La­wrence Stroll, le pa­ter­nel du jeune cou­reur de For­mule 1, a des ac­tions dans l’em­pire Kors, lui qui a aus­si une for­tune éva­luée à quelques mil­liards de dol­lars. Dans une cer­taine presse people, on a lais­sé en­tendre que Lance pour­rait très bien de­ve­nir top-mo­dèle pour la griffe du re­gret­té Gian­ni. Oui, il a la gueule de l’em­ploi le Lance, qui pour­rait très bien se re­trou­ver en 2019 dans l’écu­rie Ra­cing Point Force In­dia, la­quelle vient d’être ache­tée par son pa­ter­nel… En­ten­du à la té­lé, Yoan a été ex­tra en in­ter­pré­tant deux ex­traits de son deuxième al­bum, De­puis long­temps, et je parle de Kar­ma et de Sans fin. Il a un ta­lent et un cha­risme par­ti­cu­lier, l’ex-aca­dé­mi­cien, l’un des pré­fé­rés de la co­pine France Cas­tel… Pas ques­tion de re­traite pour le fas­ci­nant Ar­nold qui, à 71 ans, va se re­trou­ver avec Lin­da Ha­mil­ton, 25 ans après Ter­mi­na­tor 2, pour la sixième aven­ture du même film. Et la jo­lie Lin­da, à 62 ans, est tou­jours aus­si agui­chante. cer­tains drames quo­ti­diens trop pu­bli­ci­sés, à mon humble avis.

Un couple ado­rable ac­tuel­le­ment, et ils sont par­tout en­semble, et évi­dem­ment que je parle du sym­pa Pas­cal Bé­ru­bé et de sa jo­lie pa­ra­mour, An­nie-Soleil Pro­teau. Je suis prêt à pa­rier que ça va du­rer cette love sto­ry.

Et je suis en ac­cord avec l’em­pire Lise Wa­tier qui a si­gné avec la trop jo­lie Sa­rahJeanne La­brosse pour qu’elle soit le nou­veau vi­sage de la cé­lèbre griffe de cos­mé­tiques qué­bé­coise. Un ex­cellent choix…

Plein de bi­sous.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.