Louis Mo­ris­sette: «Je me fais dire non moins sou­vent»

Allô Vedettes - - SOMMAIRE - Luc De­non­court

L.D.: Tu as ra­flé quelques Gémeaux pour la pre­mière sai­son de Plan B. Quelle a été ta ré­ac­tion? L.M.: «Ça a été tel­le­ment com­plexe de vendre Plan B! Au dé­part, on de­vait faire 10 fois une heure, en­suite 6 fois, puis fi­na­le­ment, c’est de­ve­nu un film. On a écrit tel­le­ment de ver­sions pour les dif­fu­seurs qui les ont fi­na­le­ment toutes re­fu­sées, jus­qu’à ce que Sé­ries+ ac­cepte.» Pour­quoi croyais-tu au­tant à ce pro­jet? «Il y a plein de pro­jets que j’aban­donne en cours de route. Avec Plan B, je lais­sais dor­mir le texte un peu, puis j’al­lais le re­lire. Je sa­vais que ça al­lait mar­cher, alors on y re­ve­nait.» Était-ce ton premier pro­jet à titre de pro­duc­teur? «Je n’étais même pas pro­duc­teur au dé­part. Ça a pris sept ans avant que ça entre en ondes. J’ai com­men­cé à tra­vailler là-des­sus alors que je fai­sais C.A. Je n’avais pas le temps d’écrire, alors j’ai ap­pe­lé JeanF­ran­çois As­se­lin et Jacques Dro­let. La sé­rie était chez No­vem, l’en­tre­prise de Vé­ro. Lors­qu’elle a ven­du la com­pa­gnie, j’ai ra­che­té le pro­jet et on est al­lés à Ra­dio-Ca­na­da, qui l’a re­fu­sé. J’ai en­suite ra­che­té mes textes pour al­ler les vendre ailleurs.» As-tu en­core quelques sé­ries qui dorment dans tes ti­roirs?

Après des an­nées de tra­vail, Louis Mo­ris­sette a fi­na­le­ment pré­sen­té la pre­mière sai­son de Plan B sur les ondes de Sé­ries+, en 2017. On pour­ra dé­cou­vrir la deuxième sai­son sous peu. Le che­min pour y ar­ri­ver a été moins ar­du cette fois-ci. «On veut ou­vrir la pre­mière mai­son dans un an.»

«Pas tant que ça. Je me fais dire non moins sou­vent ( rires). Ça ar­rive en­core, mais Plan B a été ma pre­mière ex­pé­rience comme pro­duc­teur de fic­tion. Les Si­mone aide beau­coup main­te­nant.» Es-tu fier du dé­ve­lop­pe­ment de ton en­tre­prise, KO? «Je suis su­per fier de ce qu’on a fait en sept ans. On a ti­ré notre épingle du jeu, même si on était en com­pé­tion avec de grosses ma­chines. C’est un suc­cès d’équipe. Par­fois, on me de­mande de faire des confé­rences, mais je ne suis pas très coach de vie. Lorsque ça s’adresse aux jeunes, je prends le temps d’y al­ler pour leur dire qu’il est pos­sible de se trom­per, mais que c’est comme ça qu’on ap­prend. On doit s’en­tou­rer des meilleurs, et c’est ce qui m’ar­rive.» Quel est ton pro­chain pro­jet? «Je n’en parle pas en­core, mais je veux re­faire du ci­né­ma dans un ave­nir rap­pro­ché.» Est-ce qu’on s’ap­proche de plus en plus de la construc­tion de la pre­mière mai­son con­cer­nant la Fon­da­tion Vé­ro et Louis? «La pre­mière pel­le­tée de terre au­ra lieu en no­vembre. On sou­haite ou­vrir la pre­mière mai­son en dé­cembre 2019; la deuxième sui­vra plus vite qu’on ne le pen­sait. C’est une très grosse af­faire. On ne sa­vait pas dans quoi on s’em­bar­quait. C’est très gri­sant, mais c’est in­tense.» Pour plus d’in­for­ma­tions sur la fon­da­tion, vi­si­tez fon­da­tion­ve­ro­louis.com. La sai­son 2 de Plan B se­ra of­ferte dans la sec­tion Vé­ro. tv d’ICI Tou.tv Ex­tra dès le 7 no­vembre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.