La grande fier­té de Sé­bas­tien Be­noit

Pour une qua­trième sai­son, Sé­bas­tien Be­noit nous in­vite à dé­cou­vrir les Coups de food de dif­fé­rents ar­tistes. L’ani­ma­teur, qui cette sai­son est aux com­mandes de deux émis­sions de té­lé et d’un show de ra­dio, se­ra très oc­cu­pé. De plus, son fils, Laurent, en

Allô Vedettes - - SOMMAIRE - Luc De­non­court

L.D.: Tu re­prends Coups de food pour une qua­trième sai­son, en plus de faire de la ra­dio et d’ani­mer La poule aux oeufs d’or. Gé­rer cet ho­raire, est-ce dif­fi­cile? S.B.: «Non, car Coups de food, c’est 13 émis­sions, dont 13 jours de tour­nage. J’ai tour­né les trois quarts de la sai­son pen­dant les vacances es­ti­vales. Il ne me res­tait en­suite que quelques tour­nages que l’on fait le ven­dre­di, puisque je suis à la ra­dio du lun­di au jeu­di.» As-tu fait de belles dé­cou­vertes au fil des sai­sons? «Ab­so­lu­ment, mais je vais ra­me­ner ça aux gens. J’ai ren­con­tré des fa­milles, des as­so­ciés et des amou­reux. Un res­tau­rant,

ça de­mande de la pas­sion et beau­coup de sa­cri­fices. Je pars à la rencontre de gens qui se lèvent pour of­frir des pro­duits ex­tra­or­di­naires et je ne compte pas les heures. C’est ça, la ré­com­pense de l’émis­sion.» En res­tau­ra­tion, on re­tourne ra­pi­de­ment à nos ha­bi­tudes. As-tu chan­gé celles-ci à la suite de tes dé­cou­vertes? «J’ai adop­té des res­tau­rants, dont cer­tains qui ne sont pas trop loin de chez moi. Ce qui me rend le plus fier, c’est qu’on re­çoit beau­coup de mes­sages d’en­tre­prises qui nous disent que notre show a fait une dif­fé­rence. Ça a at­ti­ré de nou­veaux clients. Les foo­dies prennent des notes pour faire des dé­cou­vertes. Un soir, je suis al­lé dans un res­tau­rant chi­nois et cinq tables de clients étaient oc­cu­pées par des gens qui avaient écou­té l’émis­sion.» Com­ment se passe l’ex­pé­rience de La poule? «Guy Mon­grain a don­né un gros lot à sa der­nière émis­sion et on a don­né un gros lot à notre pre- mière. Cette émis­sion a été une belle sur­prise dans mon été. J’ai re­çu un ap­pel où on m’in­vi­tait à pas­ser une au­di­tion avec Ju­lie [ Houle] pour voir si la chi­mie se­rait au ren­dez-vous. Ça s’est très bien pas­sé. On a le pri­vi­lège d’être une cour­roie de trans­mis­sion de bon­heur pour les par­ti­ci­pants.» C’est une grosse rentrée pour toi puisque Laurent va main­te­nant à l’école. Com­ment as-tu vé­cu ce pas­sage? «Mieux que je ne le pen­sais. Ils font la rentrée de fa­çon pro­gres­sive. La pre­mière jour­née, c’est une heure avec les pa­rents, le len­de­main, une heure sans les pa­rents. La troi­sième jour­née, c’est deux heures avec les pa­rents. Comme ce­la s’est fait gra­duel­le­ment, il n'a pas fait de crise. On l’a vu un peu plus an­xieux les jours pré­cé­dant la rentrée, mais de­puis qu’il est à l’école, tout se passe bien. Il ne nous dit pas grand-chose, mais on voit dans ses yeux qu’il est content. On adore sa pro­fes­seure, et il a l’air d’un pe­tit gars heu­reux.» As-tu res­sen­ti un pin­ce­ment au coeur lors­qu’il est en­tré à l’école? «C’est la vie, mais je res­sens de la fier­té. Ça ne vient que confir­mer que le temps passe vite. Je le vois aus­si pour moi, mais j’ai l’im­pres­sion que mon gars est né hier.» Tu as une nou­velle équipe à la ra­dio cette an­née. Aimes-tu ce chan­ge­ment? «J’ai un fun que je ne peux pas ex­pli­quer. Je ris comme ça n’a pas de bon sens. Alexandre Bar­rette est vrai­ment très drôle. Il me sort de ma zone de confort comme ani­ma­teur. Ma­rie-Eve Jan­vier, c’est une fleur sur deux pattes. Elle est pro­fes­sion­nelle, gen­tille, sou­riante. Je suis vrai- ment chan­ceux. Je tra­vaille avec de belles équipes.» Est-ce que la chi­mie a été au ren­dez-vous? «Je n’avais pas de doute là­des­sus. Ma­rie-Eve a dé­jà fait de l’ani­ma­tion avec moi l’an der­nier. Puis je sa­vais qu’Alexandre et moi on par­ta­geait la même pas­sion pour le ten­nis. On a fait un test les trois cet été et on sa­vait que ça al­lait mar­cher. Notre com­pli­ci­té se pour­suit au-de­là de l’émis­sion. Le soir, on s’échange des trucs, on se ta­quine.»

«Alexandre me sort de ma zone de confort.»

Sé­bas­tien Be­noit anime Coups de Food les mer­cre­dis à 20 h sur les ondes d’Éva­sion. Il est éga­le­ment à la barre, en com­pa­gnie de Ju­lie Houle, de La poule aux oeufs d’or les mer­cre­dis à 19 h à TVA. Il coa­nime avec Ma­rie-Eve Jan­vier et Alexandre Bar­rette L’in­croyable re­tour sur les ondes de Rythme FM.

Son fils et sa conjointe lors d’une sor­tie aux pommes.

En com­pa­gnie de Lise Dion au mo­ment d’un tour­nage de Coups de food.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.