Un triath­lon pour Mi­chel Cha­rette

De­puis dé­jà quelques mois, le co­mé­dien Mi­chel Cha­rette a en­tre­pris une re­mise en forme. Il a lan­cé un dé­fi à quelques col­lègues de Dis­trict 31, soit un premier triath­lon en 2019.

Allô Vedettes - - SOMMAIRE - Luc De­non­court

L.D.: Tu as lan­cé le dé­fi d’un premier triath­lon à tes amis de Dis­trict 31… M.C.: «Oui, à Pa­trice Go­din et à Sé­bas­tien De­lorme. De plus, on tente de convaincre Vin­centGuillaume Otis de se joindre à nous. J’ai com­men­cé un en­traî­ne­ment de course avec Fré­dé­ric Plante de RDS, Sé­bas­tien De­lorme va me coa­cher pour le vé­lo, et en na­ta­tion, je nage bien. On fe­ra la dis­tance olym­pique, soit 1,5 km de nage, 40 km de vé­lo et 10 km de course. C’est la course qui m’ef­fraie, mais ma perte de poids va m’ai­der. On a même de­man­dé la per­mis­sion à Mi­chel et à Fa­bienne d’être l’équipe Dis­trict 31. JeanF­ran­çois Gau­dreau, mon en­traî­neur au centre XPN, nous a of­fert de nous suivre tous les trois en mus­cu­la­tion et en nu­tri­tion. C’est un dé­fi que je me suis lan­cé.» Ai­me­rais-tu faire des Iron­man? «Je n’en ai pas be­soin. Mon but premier était de re­mettre ma san­té sur les rails, et c’est ce que j’ai fait. Le reste va suivre.» Avais-tu hâte de re­ce­voir les textes de Dis­trict 31 avant le dé­but des tour­nages? «C’est ce qui est ex­ci­tant, on a tou­jours hâte de voir où Luc est ren­du dans son écri­ture. Ça pa­raît qu’il aime écrire pour la sé­rie.» Est-ce qu’il faut dé­cro­cher avant d’en­tre­prendre une grosse sai­son? «Ça de­mande beau­coup de temps et d’éner­gie, et on doit être très dis­ci­pli­nés sur le pla­teau et dans l’ap­pren­tis­sage des textes. Je me suis donc re­po­sé en pre­nant quatre mois de congé, je me suis oc­cu­pé de ma fa­mille. Je tourne aus­si Les pays d’en haut en même temps.» Tu as par­ti­ci­pé au ga­la de Phil Roy lors du Co­mé­diHa!. As-tu hé­si­té avant d’ac­cep­ter cette in­vi­ta­tion? «Phil a d’abord de­man­dé à me ren­con­trer pour me men­tion­ner que Jean-Lou, mon per­son­nage dans Ra­dio En­fer, était son idole, et que j’avais in­fluen­cé sa vie. Jean-Lou lui mon­trait qu’il pou­vait réus­sir même s’il avait un pro­blème de poids. Il m’a de­man­dé de ve­nir faire le Rap des ali­ments. À la fin du nu­mé­ro, le pla­fond vou­lait le­ver. J’ai peut-être in­fluen­cé Phil, comme moi je l’avais été par Claude Meu­nier et Marc Mes­sier. Un jour, ce se­ra lui qui in­fluen­ce­ra quel­qu’un. C’est le fun de voir que la roue tourne.» Est-ce que la ré­ac­tion de la foule t’a don­né en­vie de re­ve­nir sur les planches? «Hon­nê­te­ment, j’ai re­joué dans le spec­tacle La­dies Night à deux re­prises l’an der­nier et j’ai com­pris pour­quoi j’avais ar­rê­té. C’est ex­trê­me­ment exi­geant. Je n’avais pas en­core en­tre­pris ma re­mise en forme. Dis­trict 31 m’oc­cupe à temps plein et je suis hy­per pri­vi­lé­gié. Je suis bé­ni des dieux. Ça m’a sor­ti de cette rou­tine de pe­tit gros drôle. C’est quelque chose de plus consis­tant.» Écris-tu pour le théâtre? «On écrit À votre san­té! pour le Théâtre des Hi­ron­delles, et Fran­çois Ché­nier et moi, on en fe­ra la mise en scène. Il y a de beaux ac­teurs qui ont ac­cep­té d’y jouer et on est très contents de notre his­toire.»

«Je suis bé­ni des dieux.»

Avant Le co­mé­dien a dé­ci­dé de faire un vi­rage san­té dans les der­niers mois.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.