Le vrai vi­sage d’Hu­bert Le­noir

Allô Vedettes - - SOMMAIRE - Ju­lie Loi­selle

«Noé­mie et moi avons eu un eye contact et on ne s’est plus ja­mais quit­tés.» Le chan­teur a été sa­cré Ré­vé­la­tion Ra­dio-Ca­na­da et a fait vi­brer l’au­di­toire lors de son pas­sage à La Voix. Il a éga­le­ment rem­por­té trois Fé­lix lors du der­nier Ga­la de l’ADISQ. Pour­tant, il reste en­core un per­son­nage énig­ma­tique. Qui est-il?

Hu­bert Le­noir, de son vé­ri­table nom Chias­son, est un jeune homme de 24 ans qui a gran­di en ban­lieue de Qué­bec. Son ex­cen­tri­ci­té, il l’af­fiche de­puis sa nais­sance. Se­lon le site nat­cor­beil.com, il a été la cible d’in­sultes au cours de son pas­sage à l’école se­con­daire et a vé­cu du re­jet. On se mo­quait de son al­lure féminine et on le trou­vait étrange. Mais cette réa­li­té n’a pas in­ci­té l’au­teur de Fille de per­sonne à se trans­for­mer

Noé­mie prend la dé­fense d’Hu­bert quand il re­çoit des in­sultes.

pour ren­trer dans la masse. Il a plu­tôt dé­ci­dé de lais­ser libre cours à sa créa­ti­vi­té. Il per­forme alors mu­si­ca­le­ment dans les rues et dé­ve­loppe son iden­ti­té. Ses idoles? El­ton John, Da­vid Bo­wie, Paul McCart­ney et le rap­peur Ka­nye West: «Je suis ob­sé­dé par lui. J’écoute sa mu­sique constam­ment.»

Une toUr­née in­ter­na­tio­nale À 17 ans, il se joint au groupe The Sea­sons, fon­dé par son

Ses idoles sont Paul McCart­ney, Da­vid Bo­wie, El­ton John et Ka­nye West.

frère Ju­lien. Leur premier al­bum, pa­ru en 2014, ob­tient un grand suc­cès. Si bien que le groupe fait une tour­née in­ter­na­tio­nale, de Ber­lin à Los An­geles, de la­quelle Hu­bert re­vient dé­çu. Il a confié à La Presse: «J’avais un peu per­du foi dans la créa­tion et l’art. J’avais en­vie de plus, d’une oeuvre to­tale.» C’est pen­dant cette pé­riode qu’il rencontre Noé­mie D. Le­clerc, avec qui il est en couple de­puis quatre ans: « On a eu un eye contact et on ne s’est plus ja­mais quit­tés.» En­semble, ils créent l’oeuvre Dar­lène, qui se dé­cline en un al­bum mu­si­cal, un film et des illus­tra­tions de Ga­briel La­pointe, mais aus­si en un livre, écrit par Noé­mie. Âgée de seule­ment 20 ans et sans études post­se­con­daires, la jeune femme étonne par sa plume. Elle ra­conte l’his­toire d’une fille de bonne fa­mille qui rencontre un être tour­men­té. «C’est tel­le­ment au­to­bio­gra­phique que par­fois, c’est ma­lai­sant» , a ra­con­té Hu­bert à Tout le monde en parle. Noé­mie est éga­le­ment sa gé­rante.

Un être ti­mide Der­rière son image co­lo­rée as­su­mée, l’au­teur-com­po­si­teu­rin­ter­prète cache une cer­taine ti­mi­di­té. Lors de son pas­sage à Su­cré Sa­lé l’été der­nier, il pei­nait à re­gar­der dans les yeux son in­ter­vie­weuse, An­nie-Soleil Pro­teau. Il avait ex­pli­qué en ondes: «Je ne suis vrai­ment pas à l’aise.» Pour­tant, ce­la n’em­pêche pas Hu­bert Le­noir de dé­mon­trer de l’as­su­rance et d’avoir le dé­sir de plaire. Si bien qu’il ose se pré­sen­ter à La Voix en dan­sant de fa­çon sug­ges­tive, en mon­trant le tatouage qu’il a sur une fesse, ce­lui d’une fleur de lys sexua­li­sée. « Ça re­pré­sente le Qué­bec qui ré­pand sa se­mence et trans­met ses va­leurs» , a-t-il spé­ci­fié par la suite. Son look fait aus­si ja­ser, puis­qu’il re­fuse d’être éti­que­té comme une fille ou un gar­çon. Le chan­teur est heu­reux de créer de la contro­verse: «Le terme pro­vo­ca­tion, ça peut être gal­vau­dé. Si pro­vo­quer, c’est juste être vul­gaire et dire des conne­ries, ça ne m’in­té­resse pas. Mais si c’est pour ame­ner de nou­velles idées et chan­ger les choses, alors je suis in­dé­nia­ble­ment un pro­vo­ca­teur.»

at­teint par les in­sUltes Se­lon son hu­meur, Hu­bert re­çoit les in­sultes qu’on lui lance sur son ap­pa­rence phy­sique ou sur sa mu­sique de fa­çon dif­fé­rente. Cer­tains jours, il n’a que faire de ces in­jures, alors que d’autres, il se sent bles­sé. C’est ce qu’il a confié sur le pla­teau de Tout le monde en parle en lan­çant qu’il avait par­fois «en­vie de se cris­ser en feu» . Une ex­pres­sion qui n’est, en­core une fois, pas pas­sée in­aper­çue. D’ailleurs, sa conjointe a sou­li­gné qu’elle de­vait se por­ter à sa dé­fense: «Les gens lui té­lé­phonent, je dois les en­voyer pro­me­ner. Comme si Hu­bert était trop mar­gi­nal… Avez-vous lu tous les com­men­taires sous notre vi­déo­clip?» Le­noir a ajou­té: «Des gens se sentent at­ta­qués par ma fa­çon d’être. Mais je ne trouve pas qu’il y a de la gros­siè­re­té ou de l’im­po­li­tesse dans ce que je fais. Je suis bien éle­vé.»

Le chan­teur ne veut pas être as­so­cié à un genre fé­mi­nin ou mas­cu­lin: «Je me si­tue un peu dans le mi­lieu de n’im­porte quoi.» Avec son groupe The Sea­sons, en 2014, sur le pla­teau de Belle et Bum.

Il a ren­con­tré Noé­mie lors d’une re­pré­sen­ta­tion de son groupe. Une photo d’Hu­bert dé­gui­sé, alors qu’il était âgé de deux ans.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.