An­ge­li­na Jo­lie: ré­vé­la­tions trou­blantes sur l’ac­trice

C’est le 4 dé­cembre pro­chain qu’An­ge­li­na Jo­lie et Brad Pitt se re­trou­ve­ront de­vant le tri­bu­nal, en ce qui a trait au dos­sier de la garde de leurs en­fants. Par ailleurs, le bio­graphe Ian Hal­pe­rin a ré­cem­ment pu­blié cer­taines ru­meurs sur son com­por­te­ment.

Allô Vedettes - - SOMMAIRE - Luc De­non­court

Il y a main­te­nant deux ans que la guerre est amor­cée entre An­ge­li­na et Brad, puisque l’ac­trice re­fuse d’ac­cor­der une garde par­ta­gée à son ex-ma­ri. Le pro­cès − qui dé­bu­te­ra sous peu − pour­rait du­rer plu­sieurs se­maines, car Brad ten­te­ra d’ob­te­nir plus de temps avec ses en­fants, Pax, 14 ans, Za­ha­ra, 13 ans, Shi­loh, 12 ans, Knox et Vi­vienne, 10 ans. Pour ce qui est de Mad­dox, le pro­cès ne le concerne pas puis­qu’à 17 ans, il est en âge lé­gal de faire ses propres choix.

En en­tre­vue avec le ma­ga­zine Pu­blic, Ian Hal­pe­rin af­firme que le ca­rac­tère bouillant d’An­ge­li­na pour­rait bien lui nuire pour la suite des choses. Il ajoute avoir recueilli les confi­dences d’une gou­ver­nante de la fa­mille: « Elle m’a dé­crit une An­ge­li­na in­ca­pable de maî­tri­ser ses émo­tions, dé­pres­sive à cause des échecs ré­pé­tés de sa car­rière et très ja­louse. Elle ne sup­por­tait pas que Brad gagne plus d’ar­gent qu’elle et, dès qu’il quit­tait la mai­son, elle le soup­çon­nait d’in­fi­dé­li­té. L’at­mo­sphère était très toxique pour les en­fants, qui pleu­raient sou­vent.» Au cours de cette en­tre­vue, Ian Hal­pe­rin évoque deux grosses dis­putes qui au­raient écla­té au sein du couple, dont une, le 23 août 2014, le jour même du ma­riage. Il ajoute même que Brad au­rait sou­hai­té an­nu­ler la cé­ré­mo­nie: «Anéan­tie et pleu­rant toutes les larmes de son corps, An­ge­li­na l’au­rait alors sup­plié à ge­noux de l’épou­ser.»

La deuxième dis­pute au­rait me­né au di­vorce de Brad et d’An­ge­li­na. D’ailleurs, ce se­rait quelques heures après celle-ci qu’il y au­rait eu l’al­ter­ca­tion entre Brad et Mad­dox dans l’avion, la même qui avait fait cou­ler beau­coup d’encre. An­ge­li­na au­rait je­té une lampe à la fi­gure de Brad au res­tau­rant. « Elle re­pro­chait à Brad son manque d’at­ten­tion à son égard et lui di­sait qu’il était un mau­vais père» , pré­cise le bio­graphe.

Un ac­cord à l’amiable? Si les pro­cé­dures concer­nant la garde des en­fants risquent d’être longues, un seul évé­ne­ment pour­rait tout chan­ger: ce se­rait un ac­cord à l’amiable qui sur­vien­drait au tout dé­but. Tou­te­fois, se­lon Ian Hal­pe­rin, c’est peu pro­bable. « Chaque fois qu’un ac­cord se pro­file, An­ge­li­na le re­jette et exige autre chose, dit-il. Elle veut faire payer Brad et lui ré­clame tou­jours plus d’ar­gent.» Il y a quelques mois, Lau­ra Wa­ser, l’avo­cate d’An­ge­li­na Jo­lie, a dé­ci­dé de dé­mis­sion­ner. Par la suite, une ru­meur cir­cu­lait se­lon la­quelle l’en­tou­rage d’An­ge­li­na au­rait dé­ci­dé d’at­ta­quer Brad pu­bli­que­ment en l’ac­cu­sant de n’avoir ja­mais ver­sé d’ar­gent à sa fa­mille, ce qui a été ra­pi­de­ment dé­men­ti par Brad. Se­lon le US Week­ly, mal­gré le com­por­te­ment de son ex­femme, Brad Pitt ten­te­rait de la convaincre de conclure une en­tente à l’amiable.

«L’at­mo­sphère était très toxique pour les en­fants.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.