Les rêves de Mi­ckaël Gouin

Allô Vedettes - - SOMMAIRE - Luc De­non­court

L.D.: Tu es pré­sen­te­ment dans la pièce Bi­lan au TNM, est-ce ton pre­mier TNM en car­rière? M.G.: «Oui! C’est énorme pour moi. C’était un rêve. Que mon pre­mier TNM ar­rive avec cette gang d’ac­teurs et ce met­teur en scène, tout s’en­ligne.» Parle-nous un peu de ton per­son­nage dans cette oeuvre de Mar­cel Du­bé… «Je suis le fils de Guy Jo­doin et Syl­vie Léo­nard. Ra­chel Gra­ton in­ter­prète ma soeur et Jo­na­than Mo­rier, mon frère. C’est une jeu­nesse qui a be­soin de chan­ge­ment et de li­ber­té. Ils sont nés dans la ouate, mais ils veulent faire leurs preuves ailleurs. Le per­son­nage de Ra­chel n’est pas heu­reux dans son ma­riage et de­mande le di­vorce, mais ça nuit à l’image du père, qui tente de convaincre sa fille de ne pas le faire. De mon cô­té, il veut me lé­guer ses en­tre­prises pour al­ler en po­li­tique, mais mon per­son­nage sou­haite conti­nuer à faire le par­ty. Notre plus jeune frère a des idées de chan­ge­ment et il est très de gauche. C’est plein de ta­bous de l’époque et, en 2018, on y jette un re­gard.» Est-ce un hon­neur de jouer le fils de Guy Jo­doin et Syl­vie Léo­nard? «C’est un grand hon­neur et un beau ca­deau de la vie. C’est aus­si

Le co­mé­dien Mi­ckaël Gouin joue ac­tuel­le­ment sur les planches du TNM pour la toute pre­mière fois de sa car­rière. Ce­lui qui est éga­le­ment au­teur sou­haite écrire une sé­rie té­lé­vi­sée ori­gi­nale dans les pro­chaines an­nées.

un hon­neur de les voir ré­pé­ter. J’ap­prends énor­mé­ment en les re­gar­dant. Ils prennent des risques et par­fois, ils ont l’air fous, mais ça ne dé­range pas, ils n’ont pas d’égo. On sent qu’ils sont en­core pas­sion­nés. C’est aus­si une grande ins­pi­ra­tion pour moi.» Tu as fait beau­coup de té­lé au cours des der­nières an­nées, estce un sou­hait de gar­der des pro­jets de théâtre? «C’est très im­por­tant. On a la chance au Qué­bec de pou­voir tout faire et ça nous garde en forme. Il y a une li­ber­té au théâtre qu’on ne re­trouve nulle part ailleurs. C’est un grand car­ré de sable dans le­quel on es­saie des choses pen­dant deux mois. À la té­lé, on doit le faire sur le mo­ment. Je veux conti­nuer de jouer à la té­lé et au ci­né­ma, mais je ne veux pas dé­ve­lop­per les ré­flexes d’un seul mé­dium. Je veux sur­tout que ça reste vi­vant.» Au prin­temps pro­chain, on pour­ra voir sur ICI Tou.tv la règle de 3, que tu as scé­na­ri­sée avec Léane La­brèche-Dor. Com­ment est née la sé­rie? «C’est né de plu­sieurs ré­flexions sur l’amour en 2018. On réa­lise que l’en­ga­ge­ment n’est plus à la mode, mais que l’ami­tié est plus à la mode que l’amour. Il y a aus­si des trucs que ma grande soeur a vé­cus qui m’ont ins­pi­ré. On a lan­cé le pro­jet il y a deux ans à ICI Tou.tv et ils nous ont de­man­dé d’écrire des épi­sodes. On n’a pas eu de nou­velles pen­dant deux ans et, par la suite, ils nous ont dit que ça fonc­tion­nait. Tou­te­fois, on n’avait plus en­vie de par­ler de ça, car on trou­vait le su­jet un peu dé­pas­sé. On a dé­ci­dé d’ame­ner une di­men­sion plus sur­réelle. On a donc pro­po­sé un nou­vel angle et ils ont dit oui tout de suite.» Tu joue­ras éga­le­ment dans cette sé­rie. As-tu l’im­pres­sion de t’en mettre beau­coup sur les épaules? «Ce qui est beau du Web en ce mo­ment, c’est qu’on ne fait pas des tonnes d’ar­gent, mais on est libre. J’aime mieux m’en mettre beau­coup sur les épaules, mais être la bi­bitte que j’ai en­vie d’être. Je suis à un mo­ment de ma vie où je sou­haite comme créa­teur faire ce dont j’ai en­vie. C’est un bon mo­ment pour es­sayer quelque chose.» Tu tra­vailles beau­coup avec ton amou­reuse, Léane. Com­ment estce de tra­vailler en couple? «C’est comme tra­vailler avec une amie mais que je connais vrai­ment très très bien. Quand on tra­vaille en­semble, ce­la n’im­porte pas que l’on soit en couple. D’ailleurs, toutes les choses qu’on a faites en­semble ces der­nières an­nées, que ce soit SNL, Cam­ping de l’Ours ou Le Nou­veau Show, on les a faites alors qu’on ne sor­tait pas en­core en­semble. Nous sommes des es­prits un peu fun­ky qui créent des choses, et le couple n’est pas un obs­tacle.» On te ver­ra bien­tôt dans la deuxième sai­son de en tout cas. Que peux-tu nous dire sur ton per­son­nage? «L’au­teure a dé­ci­dé, pour la nou­velle sai­son, de faire des liens entre les vi­gnettes. On sui­vra mon per­son­nage, qui re­met son couple en ques­tion et qui de­mande conseil à sa mère et à sa soeur. C’est un fils à ma­man. Alors, de­man­der conseil à sa soeur se­ra dur pour son or­gueil.» Est-ce que tu écris d’autres pro­jets? «Je conti­nue à dé­ve­lop­per des pro­jets et, bien­tôt, je pré­sen­te­rai même une sé­rie té­lé­vi­sée à des pro­duc­teurs. Je conti­nue tou­jours d’écrire. Dès que j’ai un mo­ment où je n’ai pas de textes à ap­prendre, je vais dans un ca­fé pen­dant huit heures pour écrire.» Est-ce qu’un film est dans tes plans fu­turs? «Oui et non. C’est la té­lé­vi­sion in­ter­na­tio­nale qui m’in­ter­pelle beau­coup en ce mo­ment. On a énor­mé­ment à faire au Qué­bec et à in­ven­ter. Je trouve qu’il y a de la place à l’ori­gi­na­li­té et à de nou­veaux concepts. C’est à notre tour de ra­con­ter notre his­toire d’une autre fa­çon. Mon rêve est de créer une sé­rie ori­gi­nale au Qué­bec.»

Mi­ckaël Gouin et Jean-Phi­lippe Per­ras en pleine re­pré­sen­ta­tion. Léane La­brèche-Dor est son amou­reuse de­puis presque deux ans. Bi­lan met éga­le­ment en ve­dette la char­mante Ch­ris­tine Beau­lieu. Le co­mé­dien Guy Jo­doin fait par­tie de la dis­tri­bu­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.