Vé­ro­nique Clou­tier

Allô Vedettes - - SOMMAIRE -

Celle qui au­ra 44 ans le 31 dé­cembre n’ar­rête ja­mais! Son an­née 2019 s’an­nonce aus­si char­gée que 2018, mais ce­la semble lui plaire. Vé­ro­nique nous parle de ses fu­turs pro­jets, de ses fier­tés pro­fes­sion­nelles, mais sur­tout de ses fier­tés per­son­nelles, ses en­fants.

M.E.L.: La pre­mière sai­son de Plan B était dif­fu­sée sur Sé­ries+; voi­là qu’elle est sur ta chaîne. Pour­quoi ce chan­ge­ment? V.C.: «Je dois re­con­naître qu’on s’est tous bat­tus pour avoir la sai­son 2, car c’était une émis­sion très at­ten­due par le pu­blic. Même si je n’avais pas vu la sai­son 2, j’avais tel­le­ment ai­mé la pre­mière sai­son que je la vou­lais vrai­ment… et je l’ai eue! J’avoue que je suis vrai­ment fière. J’ima­gine que ça a un lien avec le fait que je connais bien le pro­duc­teur ( rires). » As-tu peur que le suc­cès de ta chaîne s’es­souffle, que cer­taines émis­sions ne soient pas sui­vies? «C’est sûr. D’ailleurs, il y en a qui connaissent un peu moins de suc­cès que d’autres. Ça fait par­tie de notre mé­tier, et il faut prendre des risques, es­sayer des af­faires, al­ler ailleurs. Par­fois, le pu­blic peut nous sur­prendre par ses goûts, ses in­té­rêts. L’im­por­tant, c’est de conti­nuer d’oser, d’es­sayer de sor­tir un peu des sen­tiers bat­tus. Je suis contente jus­qu’à main­te­nant de notre moyenne au bâ­ton: plu­sieurs de nos nou­veau­tés sont sui­vies par le pu­blic. C’est ça qui me rend fière et me fait plai­sir.» Ta chaîne te per­met donc d’al­ler ailleurs, d’ex­plo­rer d’autres ave­nues… «Ab­so­lu­ment. Il y a une émis­sion qui s’ap­pelle Je ne veux pas par­tir, et je ne sais pas si on au­rait trou­vé un autre en­droit que Vé­ro.tv pour la dif­fu­ser. C’est une sé­rie do­cu­men­taire courte, met­tant en avant-plan des gens qui savent qu’ils mour­ront bien­tôt. C’est un su­jet qui peut faire peur au dé­part. Une pla­te­forme Web nous per­met de le pro­po­ser, parce qu’il y a beau­coup de gens que ça in­té­res­se­ra, même si ce n’est pas un mil­lion de per­sonnes.» Ça me semble une belle li­ber­té, com­pa­ra­ti­ve­ment à la té­lé, non? «Ef­fec­ti­ve­ment. La pla­te­forme nu­mé­rique nous per­met de faire des pro­jets qui se tiennent dans un for­mat par­ti­cu­lier. Il y a moins de com­pro­mis à faire.» Quand on ana­lyse ce que pré­sente ta chaîne, on constate qu’elle re­groupe tout ce que tu vou­lais faire avec Votre beau pro­gramme… «C’est un pa­ral­lèle in­té­res­sant que tu fais, car c’est vrai­ment ça! La pla­te­forme touche à tous ces cô­tés. Il y a des émis­sions hu­mo­ris­tiques, dra­ma­tiques ou très hu­maines. Il y a des gens du pu­blic, des gens connus ou de la re­lève. Un mé­lange de tout ce qui me fait vi­brer et m’in­té­resse. Vé­ro.tv est le vé­hi­cule par­fait pour ça.» Les tour­nages de 1res fois on­tils dé­bu­té? «Oui. Je tourne deux épi­sodes par mois, alors le tra­vail est ré­par­ti de belle fa­çon. Comme in­vi­tés, on a re­çu jus­qu’à pré­sent Nor­mand Bra­th­waite, Ma­ri­na Or­si­ni, Sté­phane Rous­seau et Ma­ri­pier Mo­rin. Deux pre­miers shows ex­plo­sifs. Beau­coup de rires, de larmes et

«Nous ne sommes pas des pa­rents par­faits.»

des af­faires in­ima­gi­nables, comme Sté­phane qui voit pour la pre­mière fois des films de lui, en­fant. On lui a pré­pa­ré une sur­prise avec ça. Ça ar­rache le coeur, ce sont de beaux mo­ments forts en émo­tions.» A-t-on droit à de la nou­veau­té dans le concept de l’émis­sion? «Tout est exac­te­ment pa­reil, mais avec le stress en moins. On sait que le pu­blic et le mi­lieu ont adop­té notre émis­sion. Les in­vi­tés viennent et nous font confiance. Les gens com­prennent les codes, et tout est clair pour eux. Moi, je me sens bien en tant qu’ani­ma­trice.» Avez-vous com­men­cé à tour­ner l’émis­sion qui por­te­ra sur la construc­tion de la pre­mière mai­son pour la Fon­da­tion Vé­ro et Louis? «Oui, on a dé­jà com­men­cé, mais on ver­ra les épi­sodes seule­ment l’au­tomne pro­chain, car il faut tour­ner sur une longue pé­riode pour ar­ri­ver à avoir as­sez de bon ma­té­riel. Ce se­ra vrai­ment in­té­res­sant de suivre l’évo­lu­tion avec les ca­mé­ras.» Après deux ans à avoir amas­sé de l’ar­gent pour la construc­tion de cette ré­si­dence pour adultes au­tistes, comment te sens-tu de voir que le pro­jet se concré­tise? «Je ca­pote! C’est un point tour­nant pour notre fon­da­tion, car ça de­vient vrai et concret. On a fran­chi plu­sieurs

étapes sym­bo­liques pour moi qui étais là quand les ar­chi­tectes nous ont pré­sen­té le plan. Alors, an­non­cer pu­bli­que­ment que le gou­ver­ne­ment paye­ra les ser­vices à l’in­té­rieur de la mai­son, par exemple, ce sont de pe­tites vic­toires. Il reste une grande étape à fran­chir qui est celle de la construc­tion. Puis, après, le dé­fi se­ra d’ac­cueillir les ré­si­dents à la fin de 2019.» Tu as dé­jà dit vou­loir que la fon­da­tion s’étende dans tout le Ca­na­da. C’est en­core d’ac­tua­li­té? «Pour­quoi pas! Louis fait tou­jours une face quand je dis ça. Je vois grand pour cette fon­da­tion. Il y a des gens de l’On­ta­rio

et du Nou­veau- Bruns­wick qui m’écrivent pour dire qu’ils ont des be­soins. Qui sait? Si on fait nos preuves ici, d’autres per­sonnes pour­raient avoir en­vie de prendre notre

Elle a dû se battre pour avoir la se­conde sai­son de Plan B sur Vé­ro.tv.

mo­dèle et notre ex­per­tise pour s’en ser­vir ailleurs.» Est-ce im­por­tant d’im­pli­quer vos en­fants dans la fon­da­tion? «Ab­so­lu­ment. Les en­fants se com­portent de fa­çon for­mi­dable. C’est là qu’on voit que, comme être hu­main, on naît bon. On vient au monde avec une cer­taine bon­té, un cer­tain al­truisme. Je crois que ce sont les évé­ne­ments de la vie et l’édu­ca­tion qu’on re­çoit qui font que ce cô­té peut être dé­truit. Je pense que Louis et moi leur avons trans­mis de bonnes

De­puis qu’elle a fait la page cou­ver­ture du ma­ga­zine Vé­ro, sa fille Ra­phaëlle se fait de­man­der par ses ca­ma­rades de classe si elle est une ve­dette.

Mal­gré son échec avec Votre beau pro­gramme, Vé­ro conti­nue d’es­sayer des concepts nou­veaux sur sa pla­te­forme.

Les té­lé­spec­ta­teurs sont nom­breux à écou­ter la deuxième sai­son de Plan B sur Vé­ro.tv

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.