Fran­çois Mas­si­cotte: «Je ne pense pas re­faire d’autres spec­tacles»

Il reste une ving­taine de shows à don­ner à Fran­çois Mas­si­cotte avant la fin de sa tour­née du spec­tacle Quelle fa­mille!, qu’il pré­sente de­puis plus de deux ans. Il est pos­sible que ce soit son der­nier.

Allô Vedettes - - SOMMAIRE - Yves Bou­dreau

Fran­çois Mas­si­cotte fait par­tie des vé­té­rans chez les hu­mo­ristes. Il était de la pre­mière cu­vée de di­plô­més de l’École na­tio­nale de l’hu­mour et il roule sa bosse de­puis main­te­nant 30 ans dans le mé­tier. Au mois de mai pro­chain, il don­ne­ra la der­nière re­pré­sen­ta­tion de Quelle fa­mille! Il a dé­jà pré­sen­té au to­tal sept spec­tacles dif­fé­rents de­puis le dé­but de sa car­rière. Sans l’an­non­cer of­fi­ciel­le­ment, il nous a dit qu’il avait l’in­ten­tion de ne plus faire ce type de re­pré­sen­ta­tion: «Après ce spec­tacle, je ne pense pas que je vais re­ve­nir avec un nou­veau show. Je ne le dis pas pu­bli­que­ment, je n’en fais pas une an­nonce of­fi­cielle, mais je ne pense pas re­faire un one man show. Après 30 ans, j’ai fait le tour. Je vou­drais faire un peu comme Jean-Mi­chel Anc­til, qui a an­non­cé son der­nier spec­tacle. Je veux re­mon­ter sur scène, je veux conti­nuer à faire de l’hu­mour, mais pas dans la for­mule d’un spec­tacle so­lo. Je peux faire des nu­mé­ros avec d’autres hu­mo­ristes, faire des ga­las et des nu­mé­ros au Bor­del, mais je ne fe­rai plus de gros spec­tacles d’une heure et de­mie. D’ailleurs, à la fin de Quelle fa­mille!, je dis aux spec­ta­teurs dans la salle que c’est la der­nière fois qu’ils me voient dans un one man show.»

Mal­gré cette dé­ci­sion, Fran­çois Mas­si­cotte n’est pas in­quiet. De­puis que sa blonde, Bian­ca Long­pré, pré­sente son spec­tacle Mère or­di­naire, Fran­çois est de­ve­nu pro­duc­teur: «Je ne pen­sais pas que ce tra­vail al­lait me de­man­der au­tant de temps. ll faut dire que le show de Bian­ca fonc­tionne très bien. Elle est ren­due à 200 re­pré­sen­ta­tions, et jus­qu’à Noël, elle pré­sente une ving­taine de shows à gui­chets fer­més. C’est vrai­ment un gros suc­cès. De­puis le dé­but, elle a ven­du 60 000 billets. Ça doit être parce qu’elle a un bon pro­duc­teur. Sé­rieu­se­ment, j’aime bien ce tra­vail.»

L’autre gros pro­jet de Fran­çois, c’est s’oc­cu­per de ses en­fants. Fran­çois est père d’un gar­çon de 17 ans, Ro­main, qu’il a eu d’une pre­mière union, et Bian­ca et lui ont adop­té trois en­fants. «Ro­main a com­men­cé son cé­gep cette an­née. Il va au Vieux-Mon­tréal. Il ne sait pas en­core ce qu’il va faire. Mais il a moins be­soin de moi au­jourd’hui. Les trois autres, Billy, trois ans, Ric­ci, six ans, et ma fille Mé­ly, qui a neuf ans, de­mandent beau­coup plus d’at­ten­tion. Si j’ai pen­sé à prendre ma re­traite des spec­tacles so­los, c’est sur­tout en pen­sant à eux. Je veux être à la mai­son pour m’en oc­cu­per. Juste pour les loi­sirs, comme les conduire à leurs dif­fé­rentes ac­ti­vi­tés spor­tives et al­ler les cher­cher, c’est 13 heures de tra­vail par se­maine. Avec les deux gars, je suis ha­bi­tué. Ils ont com­men­cé à jouer au ho­ckey, comme leur grand frère, Ro­main. Alors, l’aré­na, je connais ça. Quant à Mé­ly, c’est plus com­pli­qué parce qu’elle fait de la gym­nas­tique, du pa­ti­nage ar­tis­tique et de l’équi­ta­tion, mais de fa­çon moins sé­rieuse pour cette der­nière dis­ci­pline. On n’est pas ren­du à l’étape de lui ache­ter un che­val, nous ex­plique Fran­çois. J’aime bien être à la mai­son avec les en­fants.»

«Après 30 ans, j’ai fait le tour.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.