Juliette Gos­se­lin: «J’ai un rap­port mal­sain avec Ins­ta­gram»

De­puis quelques an­nées, la co­mé­dienne Juliette Gos­se­lin tourne beau­coup pour le ci­né­ma et la té­lé­vi­sion. Elle joue en ce mo­ment dans deux films et re­prend son rôle dans L’Aca­dé­mie.

Allô Vedettes - - SOMMAIRE - Yves Bou­dreau

Juliette n’est pas une nou­velle ve­nue dans le monde de la comédie. On l’a dé­cou­verte à la fin de l’été dans le long-mé­trage de Ri­car­do Tro­gi 1991. Dans Fa­bu­leuses, un film qui sor­ti­ra en 2019, la co­mé­dienne, âgée de 27 ans, qui peut fa­ci­le­ment in­ter­pré­ter des per­son­nages plus jeunes qu’elle, se re­trouve dans la peau de Cla­ra, une blo­gueuse qui connaît un grand suc­cès sur le Web: « Fa­bu­leuses est une comédie où les gens vont sou­vent rire jaune. Je tiens le rôle de Cla­ra Dia­mond, celle qu’on ap­pelle la star, la reine des ré­seaux so­ciaux. Elle a son blogue et a com­men­cé très jeune dans son sous-sol à faire ce tra­vail. Son en­tre­prise est de­ve­nue un vé­ri­table em­pire. Elle car­bure aux “like”. Elle est l’égé­rie de sa marque de ma­quillage. Mal­gré toute cette po­pu­la­ri­té, elle se sent bien seule. Elle a un amou­reux [joué par Mi­khaïl Ahoo­ja] qu’elle fré­quente de­puis le se­con­daire, mais ce n’est pas le grand amour avec lui. Le film ra­conte l’his­toire de Cla­ra. Celle-ci ren­contre deux filles, Lau­rie [Noé­mie O’Far­rell] et Éli­za­beth [Mou­nia Zah­zam], et sa vie va alors chan­ger.» Sa re­la­tion avec leS ré­Seaux So­ciaux Comme le film Fa­bu­leuses tourne au­tour des ré­seaux so­ciaux et de ses ré­per­cus­sions, nous avons de­man­dé à Juliette quel rap­port elle en­tre­te­nait avec eux: «Je l’avoue hon­nê­te­ment, j’ai un rap­port mal­sain avec Ins­ta­gram. Je ne lâche ja­mais mon té­lé­phone, je suis tou­jours col­lé sur lui. Je passe beau­coup trop de temps à le consul­ter. J’ai même mal aux pouces à force d’en­voyer des mes­sages. Heu­reu­se­ment, je ne suis pas trop Fa­ce­book, sauf pour le tra­vail, et j’uti­lise Mes­sen­ger pour com­mu­ni­quer avec les gens.»

Nous lui avons aus­si de­man­dé si elle avait be­soin de dé­cro­cher à l’oc­ca­sion: «C’est drôle que vous me po­siez cette ques­tion. L’été der­nier, je suis par­tie faire du cam­ping, seule­ment trois jours, dans un en­droit où il n’y avait pas de ré­seau. Je n’ai donc pas pu uti­li­ser mon té­lé­phone et j’ai ado­ré ça. Je me dis que je de­vrais le faire plus sou­vent. J’es­saie. Par exemple, pen­dant le tour­nage de Fa­bu­leuses, je me suis dit que je de­vrais lais­ser mon té­lé­phone à la mai­son. Mais ce n’est pas fa­cile.» Fi­na­le­ment, quand on de­mande à Juliette si elle a dé­jà été vic­time de cy­be­rat­taque ou de har­cè­le­ment sur les ré­seaux so­ciaux, elle es­time avoir été chan­ceuse: «Je sais que ça existe, mais je suis chan­ceuse. Comme je joue dans l’aca­dé­mie, je re­çois sur­tout de beaux mes­sages des jeunes. Je ne suis pas comme mon per­son­nage Cla­ra dans Fa­bu­leuses, je ne cours pas après les “like”» , nous a-t-elle dit tout sou­rire, en conclu­sion de notre conver­sa­tion.

L’ho­raire de Juliette Gos­se­lin, de­puis le mois d’avril der­nier, ne lui laisse pas beau­coup de temps libre. Après avoir ter­mi­né le tour­nage de la sé­rie L’Aca­dé­mie 2, dans la­quelle elle re­prend le rôle de Ma­rie, elle a im­mé­dia­te­ment en­chaî­né avec La beau­té du monde d’An­dré For­cier: «J’étais tel­le­ment contente qu’il m’ap­pelle! J’ai tour­né dans son der­nier film, em­brasse-moi comme tu m’aimes, et l’ex­pé­rience avait été ex­tra­or­di­naire. J’ai la chance de tour­ner avec des co­mé­diens et comédiennes de grand talent, comme Roy Du­puis, France Cas­tel, Yves Jacques.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.